Lunenburg

Lunenburg (Nouvelle-Écosse), constituée en ville en 1888; population de 2263 habitants (recensement 2016), de 2313 habitants (recensement 2011). Lunenburg, chef-lieu du comté de Lunenburg, est située sur la baie de Lunenberg, à 90 km au sud-ouest d’Halifax.




Peuplement

Lunenburg est située sur le territoire traditionnel des Micmacs. Les Micmacs appellent l’endroit E'se'katik ou « lieu des palourdes ». Pour les Français, elle est connue sous le nom de Merliguesche. Le site est une petite colonie acadienne jusqu’à ce que les Britanniques commencent à déporter les Acadiens en 1755. (Voir aussi Histoire de l’Acadie.)


En 1753, le gouvernement britannique installe 1453 « protestants étrangers » à Lunenburg. Ces colons sont en grande majorité de langue allemande, en provenance du sud-ouest de l’Allemagne et de la région de Montbéliard, en France et en Suisse. Leur présence vise à contrer celle de la majorité française et catholique en Nouvelle-Écosse. La localité est nommée en l’honneur de la maison royale de Brunswick-Lünenburg, dont est issu le roi George I d’Angleterre. Chaque colon se voit accorder gratuitement un lopin de terre avec potager et une portion de terre agricole dans le comté. Le plan de la ville est à l’image de celui d’Halifax.

Malgré des débuts difficiles, Lunenburg approvisionne Halifax en produits agricoles divers dès la fin du 18esiècle. Ses habitants s’adonnent aussi à la pêche en haute mer, fréquentant la côte du Labrador. À la fin des années1860, grâce aux nouvelles techniques de chalutage, la flotte de goélettes se déplace vers les Grands bancs de Terre-Neuve et le banc de l’Ouest, au sud-ouest de l’île de Sable. L’exportation de morue salée vers les Antilles, surtout à Puerto Rico, est florissante.

Pourtant, « le boom économique extraordinaire » dont parle le Lunenburg Progress (1888) ne dure pas: le commerce d’exportation du poisson se centralise plutôt à Halifax, d’où partent les navires à vapeur rapides en direction des Antilles et des États-Unis. Qui plus est, la demande de poisson frais supplante celle de poisson salé. Ainsi, certains entrepreneurs locaux — les familles Smith et Zwicker en tête — cherchent à s’ajuster pour reconquérir leur place sur les marchés. En effet, à partir de la fin des années 20, les claies de séchage de la morue et les goélettes traditionnelles cèdent la place à l’équipement frigorifique, aux usines de transformation du poisson et aux chalutiers diesel.

Vie économique et culturelle


Lunenburg possède une des plus importantes usines de transformation du poisson au Canada. Sa propriétaire et gestionnaire, High Liner Foods Inc, est issue de plusieurs entreprises successives de Lunenberg.

Le Musée des pêcheries de l’Atlantique se trouve d’ailleurs à Lunenberg. En outre, c’est à partir d’un chantier naval de la région qu’a été lancée la célèbre goélette Bluenose en 1921.

Plusieurs églises servent d’exemples de l’architecture patrimoniale de Lunenburg: on y trouve la plus ancienne église presbytérienne canadienne (St. Andrew’s, fondée en 1769), la plus ancienne église luthérienne canadienne (Zion’s, fondée en 1770) et la deuxième plus ancienne église anglicane canadienne (St. John’s, fondée en 1754). Le « Vieux-Lunenburg » a été désigné région historique nationale en 1991, puis site du patrimoine mondial par les Nations Unies en 1995. L’industrie du film est attirée par le charme pittoresque de la ville et son patrimoine architectural. La ville présente une exposition d’artisanat en juillet et un festival folklorique en août.


Lecture supplémentaire

  • Winthrop Pickard Bell, The Foreign Protestants and the Settlement of Nova Scotia (1990); Brian Cuthbertson, Lunenburg: Then and Now (2002); M.B. DesBrisay, A History of Lunenburg County (1895); Lunenburg Heritage Society, A Walk Through Old Lunenburg (1979).

Liens externes