Metchosin

Metchosin (Colombie‑Britannique), constituée en municipalité de district en 1984, population de 4 708 habitants (recensement de 2016), de 4 803 habitants (recensement de 2011). Le district de Metchosin est situé sur l’île de Vancouver, en surplomb du détroit de Juan de Fuca. Metchosin fait partie de la région du Grand Victoria. De la fin des années 1800 à 1958, un poste de quarantaine a été en activité à William Head, à Metchosin. De nombreux immigrants, arrivant au Canada par bateau, y ont été confinés, avant d’être autorisés à entrer au pays. Il s’agissait alors d’essayer de prévenir la diffusion de maladies infectieuses répandues sur des bateaux surpeuplés. En outre, de 1924 à 1956, l’île Bentinck, toute proche, abritait une léproserie.



Histoire et colonisation

Le terme Metchosin trouve son origine dans un mot de la langue des Salish des détroits, smets‑shosin, qui signifie « l’endroit du poisson puant » ou « l’endroit qui sent l’huile de poisson ». Il est possible que cette appellation trouve son origine dans l’échouage d’une baleine morte sur la plage. Sir James Douglas, un marchand de la Compagnie de la Baie d’Hudson qui sera, plus tard, gouverneur de l’île de Vancouver, nomme cette région « Metchosin », l’orthographe qui est utilisée aujourd’hui.

Des agriculteurs viennent s’installer dans la région au début des années 1850, plantant des légumes et des arbres fruitiers et élevant des bovins laitiers, des porcs et des moutons. L’expansion de Victoria, après la Deuxième Guerre mondiale, conduit les résidents de Metchosin à demander leur incorporation, en tant que municipalité de district, afin de pouvoir maintenir leur mode de vie.

Stations de quarantaine

En 1883, une station de quarantaine est construite à Albert Head, à Metchosin. À l’époque, la quarantaine constitue la méthode de défense la plus connue contre la propagation de maladies infectieuses comme le typhus, la fièvre jaune et le choléra. Les passagers, arrivant sur des navires, sont examinés et mis en quarantaine, pour ces maladies infectieuses et pour d’autres, avant de pouvoir entrer au pays. Lorsque l’on estime que la station de quarantaine d’Albert Head n’est plus adaptée, elle est remplacée par une autre station, située à proximité, à William Head. Le premier rapport de quarantaine à William Head remonte à 1894.

Pendant la Première Guerre mondiale, 84 473 Chinois, membres du Chinese Labour Corps, passent par William Head, au cours de leur périple les menant de Chine jusqu’en France et en Belgique. Ces travailleurs chinois, recrutés par la Grande‑Bretagne pour travailler derrière les lignes de front, effectuent des tâches telles que le nettoyage des champs de bataille, la construction de routes et le creusement de tranchées. De William Head, ils se rendent jusqu’à Vancouver, où ils embarquent dans des trains, en direction de Halifax, avant d’effectuer la traversée par bateau jusqu’en France.

Des prisonniers de guerre, rentrant chez eux du Japon pendant la Deuxième Guerre mondiale, sont également mis brièvement en quarantaine à William Head, avant de rentrer au pays. La station de quarantaine ferme ses portes en 1958. En 1959, le gouvernement ouvre l’Établissement William Head, une prison fédérale à sécurité minimale.

Léproserie de l’île Bentinck

Une léproserie, remplaçant un autre établissement de ce type qui fonctionnait sur l’île D’Arcy, au nord de Victoria, depuis 1891, est en activité sur l’île Bentinck de 1924 à 1956. L’île de Bentinck est située juste au sud de Metchosin et de la station de quarantaine de William Head, sur le détroit de Juan de Fuca.

Économie

Metchosin s’efforce, encore aujourd’hui, de maintenir son caractère rural et son développement économique est mis en œuvre prudemment. Des jardins maraîchers y ont remplacé les fermes d’origine.

Vie culturelle

Le Metchosin Day est célébré, chaque année, le dimanche suivant la fête du Travail. Ce jour‑là, on organise, entre autres manifestations et activités communautaires, des concours ainsi qu’un défilé d’animaux de compagnie. Le Metchosin Schoolhouse Museum et le Metchosin Pioneer Museum proposent des expositions sur l’histoire des pionniers de la région. Au chapitre des arts, de la culture et de l’éducation, la municipalité s’enorgueillit de la publication mensuelle Metchosin Muse, ainsi que du Metchosin Arts and Cultural Center et du Collège du Pacifique Lester B. Pearson, un établissement réputé à vocation internationale.