Margaret Newton | l'Encyclopédie Canadienne

article

Margaret Newton

Margaret Newton, MSRC, phytopathologiste (née le 20 avril 1887 à Montréal, au Québec; décédée le 6 avril 1971 à Victoria, en Colombie-Britannique). Margaret Newton a été une pionnière pour les femmes dans le domaine des sciences agricoles. Tout au long de sa carrière, elle a approfondi les connaissances sur la rouille du blé qui pourrait entrainer des pertes de cultures et avoir un impact négatif sur l’économie canadienne (voir Blé; Économie agricole).

Portrait de Margaret Newton, date inconnue.

Éducation

Margaret Newton obtient son baccalauréat en sciences de l’agriculture (1918) et sa maîtrise en sciences (1919) au Collège Macdonald de l’Université McGill (voir Enseignement de l’agriculture). Alors qu’elle est étudiante, Margaret Newton travaille sur une enquête scientifique sur la rouille du blé au Canada, à la suite d’une épidémie de rouille de la tige du blé en 1916 (voir Blé; Recherches sur les cultures).

Margaret Newton obtient son doctorat en agriculture à la University of Minnesota en 1922. Elle serait apparemment la première femme canadienne à obtenir un doctorat en sciences agricoles.

Rouille de la tige du blé, vers 2005.

Faits saillants de carrière

Margaret Newton se joint au Laboratoire fédéral de recherche sur les rouilles à Winnipeg, qui est créé en 1925. (Voir aussi Recherches sur les cultures; Recherche et développement agricoles.) Ses recherches en collaboration avec John Hubert Craigie sont résumées dans l’ouvrage de Thorvaldur Johnson, Rust Research in Canada and Related Plant-Disease Investigations (1961) et dans l’ouvrage de Ibra Lockwood Conners’s Plant Pathology in Canada (1972). En 1933, elle est invitée en Union soviétique pour discuter de son travail avec la rouille du blé (voir Blé). Elle prend sa retraite en 1945 en raison de problèmes de santé qui sont possiblement causés par 25 ans d’expositions aux spores de la maladie de la rouille.

Vie personnelle

Margaret Newton ne s’est jamais mariée. Il semblerait qu’elle travaillait jusqu’à l’épuisement, et qu’elle se détendait ensuite grâce à des voyages à l’étranger et des expéditions ardues en canot (voir Canotage).

Legs

Margaret Newton est reconnue pour ses recherches approfondies sur la rouille du blé. Elle est également reconnue comme étant une pionnière pour les femmes qui œuvrent dans les domaines des STIM (sciences, technologie, ingénierie, et mathématiques).

Une résidence pour femmes à l’Université de Victoria porte le nom de Margaret Newton en sa mémoire. Elle a été désignée comme étant personnage historique national par le gouvernement du Canada en 1997.

Distinctions et prix

Liens externes