Parc national Elk Island

   Le Parc national Elk Island (établi en 1913, 194 km2), sanctuaire composé de forêts, de prairies, de lacs, de tourbières et d'étangs, est situé à 48 km à l'est d'Edmonton.

Élan (mâle)
L'Élan mâle est aussi désigné sous le nom d'Élan d'Amérique ou de Wapiti (Corel Professional Photos).
Elk Island, parc national
Cooking Lake dans le parc national Elk Island. Cette région est représentative des zones de boisés de peupliers (photo de Cliff Wallace; avec la permission de Cottonwood Consultants Ltd.).
Castor (extrait vidéo)
(avec la permission de Karvonen Films)
Bison
Bison dans le parc national d'Elk Island, l'une des quelques réserves qui reproduit l'ancien habitat de forêts-parcs et de prairies des bisons (photo de Cleve Wershler, avec la permission de Cottonwood Consultants Ltd.).

Le Parc national Elk Island (établi en 1913, 194 km2), sanctuaire composé de forêts, de prairies, de lacs, de tourbières et d'étangs, est situé à 48 km à l'est d'Edmonton. L'intérêt général en faveur de la protection de la faune mène à la création d'une réserve pour les élans en 1906, réserve qui deviendra par la suite le Parc national Elk Island, le seul parc national entièrement clos au Canada. À l'intérieur se trouvent les restes des Alberta's Beaver Hills.

Histoire naturelle

La banlieue d'Edmonton, avec ses champs et ses pâturages, est à l'extérieur des limites clôturées. En raison des clôtures, les techniques de gestion des ressources ont été nécessaires pour maintenir et augmenter l'intégrité écologique du parc et sa biodiversité. Des feux contrôlés créent des mosaïques de trembles et de forêts mixtes, de prairies et de terres humides, qui fournissent un habitat idéal pour la faune, dont font partie les orignaux, les élans, les cerfs et plus de 500 bisons des plaines et 300 bisons des forêts, ainsi qu'un grand nombre de petits mammifères et au moins 230 espèces d'oiseaux. Les cygnes trompettes ont été réintroduits dans le parc. Le régime de feux naturels a été interrompu depuis la création du parc parce que, en raison de sa petite taille, tous les gros prédateurs, sauf le coyote, ont disparu.

Histoire humaine

Dans la période qui précède l'établissement des colonies, les Cris habitent cette région où ils font le troc des fourrures de castors et chassent le bison des plaines. Les Européens s'y établissent vers la fin des années 1800 et attendent la construction du chemin de fer. La publicité pour les propriétés attire les groupes ethniques vers l'Ouest et l'influence ukrainienne reste très présente dans ce secteur.

Installations

Les routes panoramiques sillonnent le parc et les sentiers mènent les marcheurs vers les lacs et les étangs où se trouvent les castors. Errer dans le parc offre une excellente occasion de voir la faune et la plupart des gens ne quitteront pas le parc sans avoir vu au moins un bison. On peut y faire du camping, du canot, du golf, du ski de fond et de la randonnée pédestre.