Parc provincial Notikewin

La création du parc provincial Notikewin (créé en 1979, 97 km2) est attribuable à l'intérêt des résidents de la région.

La création du parc provincial Notikewin (créé en 1979, 97 km2) est attribuable à l'intérêt des résidents de la région. On a ainsi conservé une parcelle du paysage naturel quintessencié du nord de l'Alberta, jadis formé de forêts interminables de peupliers et d'épinettes profondément sectionnées par des rivières au débit changeant. Ce parc lointain est situé à 165 km au nord de la ville de PEACE RIVER.

Histoire naturelle
Le parc abrite le confluent des rivières de la PAIX et Notikewin, où les vallées profondes s'enfoncent à plus de 150 m au-dessous des hautes terres voisines. Les vallées se sont creusées dans un manteau de sédiments glaciaires à l'intérieur des grès sous-jacents du Crétacé, mettant occasionnellement à nu du bois pétrifié, des ammonites et d'autres fossiles.

Des forêts de jeunes peupliers faux-trembles recouvrent les terres hautes ravagées par le feu dans les années 40; les îles des rivières et les plaines inondables ont été épargnées et elles soutiennent de vieilles forêts exceptionnelles. Des forêts âgées autorégénérées d'épinettes blanches de 200 ans, ayant plus de 30 m de hauteur, poussent sur l'île Spruce et fournissent un habitat vital au grand pic, à la mésange à tête brune, au roitelet à couronne dorée, au tangara à tête rouge, à la chouette rayée, à la paruline verdâtre, à la paruline verte à gorge noire et à la paruline à poitrine baie, de même qu'à d'autres espèces ayant besoin de végétation âgée.

Les riches plaines alluviales soutiennent des peuplements de 30 m de hauteur de peupliers baumiers accompagnés de fougères plumes (voirCROSSES DE FOUGÈRES) dans les baissières les plus humides. Les pentes abruptes et sèches exposées au sud font contraste avec le fond de la vallée. Ces flancs de coteaux forment une mosaïque de prairies parmi lesquelles s'intercalent des massifs d'arbustes. L'automne, Notikewin devient un kaléidoscope de peupliers faux-trembles et de peupliers baumiers or, d'arbustes rouges et de conifères verts. L'automne apporte en plus des volées migratrices de grues du Canada et de bernaches du Canada qui s'arrêtent pour une halte sur les bancs de sable des rivières et qui se gavent dans les champs de céréales à proximité avant leur longue migration.

Histoire humaine

En 1793, Alexander MACKENZIE est passé dans le secteur au cours de son voyage héroïque vers le Pacifique. De 1866 à 1897, la Compagnie de la baie d'Hudson a exploité le poste de Battle River House sur la rive sud de la Notikewin. Des vapeurs à aubes ont ployé la rivière de la Paix pendant 50 ans à partir de 1903, transportant marchandises, trappeurs, colons et missionnaires. Pendant des siècles auparavant, la rivière a constitué un lien vital pour les populations autochtones. Notikewin provient d'un terme CRI signifiant bataille ou lutte; il rappelle la défaite des Cris, qui avaient voulu envahir la région, par les CASTORS qui y étaient établis.

Installations
Aujourd'hui, la rivière est fréquentée par les canoteurs, les pêcheurs et les amateurs de canot à réaction. Les installations du parc comprennent un terrain de camping de 19 places, une aire d'utilisation journalière, une rampe de lancement pour les embarcations et des sentiers. Vu l'emplacement éloigné du parc, les usagers sont principalement des gens de la région, mais la magie de Notikewin viendra certainement à attirer les naturalistes de lieux éloignés au fur et à mesure qu'on connaîtra mieux l'endroit.