Pomerleau, René

Pomerleau, René, mycologue et phytopathologiste (Saint-Ferdinand, Qc, 27 avril 1904-Québec, 11 octobre 1993). Après ses études d'agronomie à l'Université Laval (1925), il poursuit ses études à l'Université McGill (M.Sc.
Pomerleau, René, mycologue et phytopathologiste (Saint-Ferdinand, Qc, 27 avril 1904-Québec, 11 octobre 1993). Après ses études d'agronomie à l'Université Laval (1925), il poursuit ses études à l'Université McGill (M.Sc.


Pomerleau, René

Pomerleau, René, mycologue et phytopathologiste (Saint-Ferdinand, Qc, 27 avril 1904-Québec, 11 octobre 1993). Après ses études d'agronomie à l'Université Laval (1925), il poursuit ses études à l'Université McGill (M.Sc. 1927), à la Sorbonne et à l'École des Eaux et Forêts de Nancy, de 1927 à 1930, en qualité de boursier du gouvernement du Québec, puis, à l'Université de Montréal (Doctorat ès sciences, 1937). Pionnier de la pathologie forestière au Canada, il dirige des recherches dans les laboratoires du gouvernement du Québec de 1930 à 1952, à Berthierville et à Québec. En 1952, il participe à la fondation du Centre de foresterie des Laurentides à Québec, où il restera jusqu'en 1970. Aujourd'hui, l'Herbier René Pomerleau, consacré aux champignons, y rappelle son souvenir. Il fut également professeur de pathologie forestière et de mycologie à l'Université Laval et au Jardin botanique de Montréal.

Auteur de 250 articles scientifiques et de sept livres, René Pomerleau a consacré ses principales recherches aux maladies des arbres et à leurs agents. Il a étudié nombre d'infections parasitaires, notamment celle à l'origine de la maladie hollandaise de l'orme, dont il a découvert la présence au Canada en 1944. Il s'est également fait remarquer par ses travaux sur les caries des conifères, domaine où son savoir a fait autorité. Vulgarisateur doué, il publie en 1951 Champignons de l'est du Canada et des États-Unis, ouvrage qui ne sera surpassé que par sa Flore des champignons du Québec, parue en 1980. Il est également à l'origine de la création de nombreux cercles de mycologie.

Sa longue carrière a été jalonnée de prix et distinctions. Membre de la Société royale du Canada depuis 1948, il a été président de l'Acfas en 1952. Il a reçu notamment le prix David (1947), la médaille Parizeau de l'Acfas (1955), la médaille de la Société botanique de France et le prix Marie-Victorin, décerné par le gouvernement du Québec (1981). Il fut fait Officier de l'Ordre du Canada en 1970.