Raymond Urgel Lemieux

Raymond Urgel Lemieux, CC, MSRC, professeur de chimie (né le 16 juin 1920 à Lac-la-Biche, AB; décédé le 22 juillet 2000 à Edmonton, AB).

Lemieux, Raymond
Le chimiste Raymond Lemieux détient plus de 30 brevets. Il est le premier \u00e0 avoir utilisé la spectroscopie de résonance magnétique nucléaire (avec la permission d'Ole Hindsgaul, U. de l'Alberta, Département de chimie).

Raymond Urgel Lemieux, CC, MSRC, professeur de chimie (né le 16 juin 1920 à Lac-la-Biche, AB; décédé le 22 juillet 2000 à Edmonton, AB). Reconnu mondialement pour ses contributions fondamentales et novatrices en chimie organique, en particulier dans le domaine des glucides, Lemieux obtient son Ph.D. à McGill en 1946. Il occupe brièvement des postes de chercheur à l'Ohio State University et à l'U. de la Saskatchewan avant de devenir agent principal de recherche au Laboratoire régional des Prairies du Conseil national de recherches à Saskatoon en 1949. Il y réalise la première synthèse chimique du saccharose.

En 1954, il commence à travailler à l'U. d'Ottawa où il est l'un des premiers à appliquer la spectroscopie de résonance magnétique nucléaire pour expliquer la structure des produits naturels. En 1961, il entre à l'U. de l'Alberta, où il concentre sa recherche sur la façon dont les propriétés de liaison particulières, appelées « effets anomériques », régissent les réactions chimiques et la forme des molécules glucidiques. Ce travail conduit à la réalisation des premières synthèses chimiques des glucides complexes présents sur la surface des cellules humaines et permet de comprendre comment la forme de ces molécules influence leur fonction.

Parallèlement à la publication de plus de 200 articles scientifiques, Lemieux détenait quelque 30 brevets ayant trait, pour la plupart, aux antibiotiques et aux antigènes érythrocytaires semi-synthétiques. Il a fondé trois compagnies de recherche et de chimie. Il était membre de la Société royale du Canada (1954) et de la Royal Society of London (1955) et reçoit de nombreuses récompenses, dont le prix Izaak Walton Killam (1981), la Médaille d'Honneur de la Société médicale canadienne (1985), le prix Gairdner International (1985) et la Médaille d'or en sciences et en génie du Canada (1991). Il était Compagnon de l'Ordre du Canada.