Robert Gravel

Robert Gravel, comédien, auteur et directeur de théâtre (né le 14 septembre 1945 à Montréal; décédé le 12 août 1996 à Montréal). Esprit libre et atypique, comédien à l'air narquois et débonnaire doté d'une grande envergure physique et morale.

Robert Gravel
\u00a9 Marie-Josée Hudon. Toutes les \u0153uvres reproduites sont la propriété de l'artiste. Reproduite avec la permission du Musée des Grands Québécois.

Robert Gravel, comédien, auteur et directeur de théâtre (né le 14 septembre 1945 à Montréal; décédé le 12 août 1996 à Montréal). Esprit libre et atypique, comédien à l'air narquois et débonnaire doté d'une grande envergure physique et morale, auteur épris d'humour et de critique sociale, animateur de troupe et machine à idées folles, il a marqué les scènes québécoises expérimentales et institutionnelles pendant trois décennies.

Le comédien

Comédien doué d'une présence exceptionnelle, Robert Gravel participe à la création de plusieurs grands classiques de la dramaturgie québécoise, Les oranges sont vertes de Claude Gauvreau (TNM, 1972), Ha! ha!... de Réjean Ducharme (version TNM 1978) et surtout les six pièces du cycle complet de Vie et mort du roi boiteux (NTE, 1982), épopée grotesque de Jean-Pierre Ronfard, son éternel complice. Robert Gravel s'attache aussi un large public en participant à des téléromans populaires, dont L'Héritage de Victor-Lévy Beaulieu et Les Héritiers Duval de Guy Fournier.

Théâtre expérimental de Montréal

En 1975, avec Pol Pelletier et Jean-Pierre Ronfard, Gravel fonde le Théâtre expérimental de Montréal, un lieu fonctionnant sur le modèle de l'autogestion. Quatre ans plus tard, après une scission, il fonde avec Ronfard, Robert Claing et Anne-Marie Provencher le Nouveau Théâtre expérimental et l'installe dans l'ancienne caserne de pompier d'un quartier populaire de l'Est de Montréal. Le NTE se révèle tout à la fois un terrain de jeu, un lieu d'échange et de partage, et surtout un formidable laboratoire pour l'exploration des limites de l'art théâtral, questionnant tour à tour les enjeux scéniques et les mécaniques de la représentation. La Ligue nationale d'improvisation demeure une des initiatives les plus dynamiques du NTE.

L’auteur

Les dernières années de la vie de Gravel révèlent un auteur grave, posant un regard sans illusion sur la société contemporaine, dominée par l'argent, le mépris de l'autre, le néant. Sa trilogie La tragédie de l'homme est montée par le NTE, Durocher le milliardaire et L'Homme qui n'avait plus d'amis sont jouées en 1991 suivies de Il n'y a plus rien en 1992.

Cinéma et télévision

Gravel était un habitué du jeu devant la caméra, ayant fait partie de plus de deux douzaines de films et séries télévisées et travaillant auprès de quelques-uns des plus grands noms du cinéma québécois. Il a fait ses débuts au cinéma dans le film Les Vautours (1975) de Jean-Claude Labrecque et a tenu un petit rôle dans La tête de Normande St-Onge (1975) de Gilles Carle. Il a tenu la vedette dans Le Dernier Glacier (1984) de Roger Frappier et Jacques Leduc ainsi que dans le populaire film d’escroquerie Pouvoir intime (1986) de Yves Simoneau. Il a fait des apparitions dans le succès commercial Liste noire (1995) ainsi que dans le court métrage primé Les Mots magiques (1998), tous deux réalisés par Jean-Marc Vallée.


Autres Québécois remarquables