Simard, René

René Simard. Chanteur, animateur, acteur (Chicoutimi, Québec, 28 février 1961). Fils d'un maître de chapelle de l'Île d'Orléans où il passe son enfance, René Simard remporte à l'âge de neuf ans le prix de l'émission « Les Découvertes de Jen Roger » (CFTM-TV, Montréal).

Simard, René

René Simard. Chanteur, animateur, acteur (Chicoutimi, Québec, 28 février 1961). Fils d'un maître de chapelle de l'Île d'Orléans où il passe son enfance, René Simard remporte à l'âge de neuf ans le prix de l'émission « Les Découvertes de Jen Roger » (CFTM-TV, Montréal). L'impresario Guy Cloutier le remarque et fait bientôt du jeune soprano une vedette internationale de la musique populaire. Le « p'tit Simard » (célèbre pour une annonce de pudding) est adopté par le public québécois dès son spectacle à la Place des Arts en 1971 et l'enregistrement de ses premiers succès, « Ave Maria », « L'Oiseau » et « Un enfant comme les autres », chez Nobel, maison de production de Cloutier. En 1974, il représente le Canada au Festival international de la chanson à Tokyo où il gagne le premier prix d'interprétation ainsi que le trophée Frank Sinatra, présenté par le chanteur lui-même. Acclamé au Japon puis à Paris, où il débute à l'Olympia (1975), il entreprend à cette époque une carrière dans le monde anglophone et se produit fréquemment aux réseaux américains de télévision, aux côtés d'artistes tels que Bing Crosby, Bob Hope, Liza Minnelli et Andy Williams, ainsi qu'à Las Vegas et (1977) en tournée avec Liberace. La même année, il revient au Québec et chante dans 25 villes. En 1977-1979, il anime de Vancouver sa propre émission de variétés à la télévision du réseau anglais de la SRC, « The René Simard Show », démontrant sa prédilection pour un style de présentation à l'américaine.

Ayant traversé sans heurt la période délicate de la mue, René Simard maintient sa popularité grâce à un répertoire habilement choisi, composé de ballades sentimentales telle « Ma mère est un ange » (paroles et musique de son frère Régis), de chansons style disco et de mélodies plus rock, qui séduisent un vaste public de tous âges. Parmi ses principaux succès à l'époque, citons « Les Dimanches après-midi » (1974), « Maman, laisse-moi sortir ce soir » (1975), « Bébé bleu » (1975), « Fernando » (1976), « Bienvenue à Montréal » (chanson thème des Jeux olympiques de 1976), « Never Know the Reason Why » (1977) et « You're My Everything » (1978). Au début des années 1980, René Simard abandonne son image d'adolescent pour celle d'un jeune homme séduisant aux allures plus rock. Avec sa sœur Nathalie Simard, il anime deux émissions de télévision en direct de Disneyworld en Floride et de Disneyland en Californie. Il participe ensuite au téléthon de Jerry Lewis à Las Vegas. En 1984, Simard remporte un trophée Félix pour son single best-seller, « Comment ça va ». En 1984-1985, il anime « R.S.V.P. » à Télé-Métropole. Son disque Tourne la page (1987), enregistré avec Nathalie, vient confirmer son changement d'image et lui mérite, en 1988, les trophées Félix de la meilleure vidéo et du single le plus vendu. La télévision de la SRC lui confie en 1988 l'animation de « Laser 33-45 » où il se fait un promoteur de la chanson francophone.

Enregistrements suivants
Les apparitions de René Simard en studio deviennent alors intermittentes. Il n'enregistre plus jusqu'en 1993, à la parution de E=MC2. Deux autres albums suivent en 1996 : 1971 - 1996 et Les Ballades. Avec Nathalie et Régis, il enregistre deux versions de Mon Village, à la suite de l'inondation de leur ville natale du Saguenay. Il fait une autre pause avant la sortie de Hier... Encore en 2003, un enregistrement de versions jazz de 13 classiques français et québécois mettant en vedette les artistes invités Céline Dion et Jean-Pierre Ferland.

Carrière d'acteur
Les films documentaires Un enfant comme les autres (1972) et René Simard au Japon (1974) sont réalisés au début de sa carrière. Simard participe également au film québécois J'ai mon voyage (1974) et au téléroman « Les Berger » (CFTM-TV). Adulte, Simard effectue une carrière extrêmement réussie sur scène, à la télévision et dans les films. Il anime le Gala de l'ADISQ en 1991-1992 et l'émission télévisée Qu'est-ce qui fait courir Dramis Ener? en 1992. Après avoir étudié l'art dramatique à Toronto en 1993, il obtient le rôle principal dans le spectacle d'Andrew Lloyd Webber, Joseph and the Amazing Technicolor Dreamcoat, mais la production est suspendue. En 1996, il joue avec Judith Bérand dans Jeanne-la-Pucelle à la Place des Arts puis, en 1999, il tient le rôle principal dans la production torontoise de The Phantom of the Opera. Il compte aussi à son actif l'animation d'une émission radio du matin, la production estivale de Cyclone (2001) avec divers comédiens français et québécois, le spectacle musical annuel Génération Motown au Théâtre Capitole et la production de Dalida, une vie (2004). Il tient également le rôle principal dans un feuilleton télévisé, Les Parfaits (2001-2002).

Dans une évaluation de la popularité de Simard, Patrick Conlon écrit : « L'exubérance de Simard sur scène agit particulièrement sur les jeunes filles (qui voudraient l'épouser) et les femmes d'âge mûr (qui voudraient être sa mère)... Il cajole son auditoire à la limite, se pavanant de long en large sur la scène en souriant de ses belles dents » ( Maclean's, 3 novembre 1975). Après son deuxième passage à la Place des Arts, Linda Nantel écrit par ailleurs dans Photo-Journal (19 décembre 1977) : « ... son talent supérieur et sa grande facilité d'expression ont fait de lui un "grand" dans tous les sens que ce qualificatif englobe de professionnalisme ». Dans le Winnipeg Free Press (juin 2005), Patricia Bailey rapporte que René Simard a vendu plus d'albums au Québec qu'Elvis Presley et Les Beatles.

Bibliographie

Ave Maria : 1971; Nobel NBL-503.

L'Oiseau : 1971; Nobel NBL-502.

C'est demain : 1972; Nobel NBL-401.

Les Temps des fêtes chez la famille Simard à l'Île d'Orléans : 1972; Nobel NBL-402.

Pascale : 1973; Nobel NBL-510.

Un enfant comme les autres : 1973; Nobel NBL-504.

21 succès : 1973; 2-Nobel NBL-506-507.

Bonne fête Maman et Papa : 1974; Nobel NBL-607.

Les Dimanches après midi : 1974; Nobel NBL-600.

En concert : 1974; Nobel NBL-605.

21 super succès : 1974; K-Tel KF-109.

Ma petite Japonaise : 1975; Nobel NBL-601.

Fernando - René à 15 ans : 1976; Nobel NBL-12001.

À la Place des nations : 1977; Concorde CDL-102.

Never Know the Reason Why : 1977; Lon PS-707.

Toujours plus loin : 1977?; Disques No 1 NO-1800.

Souvenirs de vacances : 1978; Disques No 1 NO-1801.

18 ans déjà : 1979; Disques No 1 NO-1806.

Souvenirs d'adolescents : (1980); Disques No 1 NO-1817.

Un homme : 1980; Disques No 1 NO-1812.

La Grande rétrospective : 1981; Disques No 1 NO-1820.

Original : 1982; Disques No 1 NO-1829.

Comment ça va : 1984; Disques No 1 NO-1837.

23 ans de succès: 1984 : Disques No 1 NTV-1847.

Et tu danses avec lui : 1985; Disques No 1 NO-1844.

E=MC2 : 1993; Guy Cloutier Productions PGC4-919.

1971 - 1996 : 1996; PCG Musique PCG-CD-9324.

Les Ballades : 1996; Guy Cloutier Communications PGC4-9321.

Hier... encore 2003 : Guy Cloutier Communications PGC-CD-9448.

Voir aussi DISCOGRAPHIES des Disciples de Massenet et de Nathalie Simard.

Bibliographie

Pierre VINCENT, « Petit René Simard deviendra-t-il grand? », La Presse (Montréal, 9 mars 1972).

-, « Le Succès des frères Simard », CompCan, XVIC (oct. 1973).

Hilda KEARNS, « Going up. Canada's biggest star is 13 », Montreal Star (8 juin 1974).

Christiane BERTHIAUME, « Le P'tit Simard : une "entreprise" compliquée », La Presse (Montréal, 11 juil. 1974).

Yves TASCHEREAU, « Mais qu'est-ce-qui fait donc grimper le p'tit Simard? », Le Devoir (Montréal, 31 août 1974).

Jean-Pierre NICAISE, « René Simard, un enfant pas abîmé malgré tout », Perspectives, XVI (12 oct. 1974).

Blaik KIRBY, « René Simard : Quebec's kid superstar goes after bigger game », Globe and Mail (Toronto, 8 nov. 1975).

Bruno DOSTIE, « Les Journées studieuses de René Simard », La Presse (Montréal, 5 août 1978).

Pierre BEAULIEU, « I love you René, même si tu chantes comme aux USA », ibid. (21 août 1978).

Marie-Odile VÉZINA, « Petit Simard devenu grand », Perspectives (12-19 mai 1979).

Danielle BACHAND et Claudine RENÉ, René et Nathalie Simard : les enfants chéris du showbusiness (Montréal 1983).


Lecture supplémentaire

  • Vincent, Pierre. 'Petit René Simard deviendra-t-il grand?,' Montreal La Presse, 9 Mar 1972

    'Two brothers win in Quebec,' CanComp, 84, Oct 1973

    Kearns, Hilda. 'Going up. Canada's biggest star is 13,' Montreal Star, 18 Jun 1974

    Berthiaume, Christiane. 'Le p'tit Simard: une ''entreprise'' compliquée,' Montreal La Presse, 11 Jul 1974

    Taschereau, Yves. 'Mais qu'est-ce-qui fait donc grimper le p'tit Simard,' Montreal Le Devoir, 31 Aug 1974

    Nicaise, Jean-Pierre. 'René Simard, un enfant pas ''abîmé'' malgré tout,' Perspectives, vol 16, 12 Oct 1974

    Kirby, Blaik. 'René Simard: Quebec's kid superstar goes after bigger game,' Toronto Globe and Mail, 8 Nov 1975

    Dostie, Bruno. 'Les journées studieuses de René Simard,' Montreal La Presse, 5 Aug 1978

    Beaulieu, Pierre. 'I love you, René, même si tu chantes comme aux USA,' Montreal La Presse, 21 Aug 1978

    Vézina, Marie-Odile. 'Petit Simard devenu grand,' Perspectives, 12-19 May 1979

    Bachand, Danielle and René, Claudine. René et Nathalie Simard: les enfants chéris du showbusiness (Montreal 1983)