Squelette de Gore Creek, un ancien humain en Amérique du Nord

L'analyse médicolégale du squelette révèle que celui-ci appartenait à un homme dans la vingtaine ou le début de la trentaine.

Squelette de Gore Creek, un ancien humain en Amérique du Nord

Le squelette de Gore Creek représente les plus anciens restes humains connus à ce jour au Canada et il est la contribution du pays à la connaissance des premiers habitants de l'Amérique du Nord. Les restes sont découverts par hasard en 1975 lorsqu'on remarque, dans un ravin situé à 40 km à l'est de Kamloops en Colombie-Britannique, la présence d'ossements dans une paroi érodée par le ruissellement dû à des pluies abondantes. Les ossements se trouvent dans la face exposée du dépôt, sous une couche de cendre laissée par une éruption volcanique qui a recouvert, il y près de 7000 ans, le Pacifique Nord-Ouest, de la Californie jusqu'en Alberta. Mise à part cette couche de cendre, tout ce qui reste aujourd'hui du volcan connu sous le nom de mont Mazama, est le lac Crater dans l'État de l'Oregon aux États-Unis. La datation du squelette au radiocarbone confirme sa place dans l'histoire, le situant à 8250 ± 115 ans avant aujourd'hui, c'est-à-dire environ 6300 av. J.C. Le squelette de Gore Creek est donc comparable en âge à l'homme de Kennewick découvert aux États-Unis.

L'analyse médicolégale du squelette révèle que celui-ci appartenait à un homme dans la vingtaine ou le début de la trentaine. Il manque le crâne et la mâchoire inférieure, mais plusieurs des petits os des mains et des pieds sont présents, démontrant, avec le contexte géologique, que cet homme a été tué et enseveli par une coulée de boue. Le crâne a probablement roulé plus loin et a été perdu lors de l'érosion ultérieure du site.

La composition physique et chimique de l'homme en dit long sur la population locale de cette époque. L'homme faisait probablement partie d'un petit groupe de chasseurs de l'intérieur, qui poursuivaient du gibier comme le cerf et l'élan et mangeaient occasionnellement des végétaux et du poisson. La stature relativement haute de l'homme pour l'époque, 168 cm or 5'6", et ses membres inférieurs forts et faits pour courir sur de longues distances, révèlent le chasseur en lui. La signature chimique de ses os (§13C), légèrement supérieure au nombre qui indique généralement une diète basée exclusivement sur des protéines terrestres, montre qu'au cours de sa vie l'homme de Gore Creek se nourrissait aussi de certains aliments marins (probablement du saumon du Pacifique qui frayait en amont). On peut déduire qu'il mangeait aussi des plantes (racines et bulbes) à partir d'études comparatives de restes humains plus récents provenant de la côte et de l'intérieur de la Colombie-Britannique.


Lecture supplémentaire

  • Jerome S. Cybulski, "Human Skeletal Variation and Environmental Diversity in Northwestern North America" in Human Variation in the Americas: The Integration of Archaeology and Biological Anthropology (2010); Andrei M. Sarna-Wojcicki, Duane E. Champion, and Jonathan O. Davies, "Holocene Volcanism in the Conterminous United States and the Role of Silicic Volcanic Ash Layers in Correlation of Latest-Pleistocene and Holocene Deposits" in Late Quaternary Environments of the United States, Volume 2, The Holocene (1984); Brian S. Chisholm and D. Erle Nelson, "An Early Human Skeleton from South-Central British Columbia: Dietary Inference from Carbon Isotopic Evidence" in Canadian Journal of Archaeology 7(1) (1983); Jerome S. Cybulski, Donald E. Howes, James C. Haggarty and Morley Eldridge, "An Early Human Skeleton from South-Central British Columbia: Dating and Bioarchaeological Inference" in Canadian Journal of Archaeology 5 (1981).