Parc national des Mille-Îles (autrefois parc national des îles-du-Saint-Laurent)

 Depuis le roc aride, couvert de lichen, jusqu'aux boisés de feuillus luxuriants, les îles du parc recèlent diverses espèces animales et végétales. De nombreuses espèces de plantes sont typiques de régions plus au sud et ne se trouvent nulle part ailleurs au Canada.

Le parc national des Mille-Îles est le plus petit parc national du Canada avec une superficie de 4 km2. Créé en 1904, il est formé de 19 îles de granit et 85 îlots s'échelonnant de Brockville à Kingston, en Ontario. Les îles du parc sont les sommets d'anciennes collines de l'axe de Frontenac, une bande de granit précambrien reliant le bouclier canadien et les monts Adirondack, dans l'État de New York. Après le retrait des glaciers, les collines ont été inondées par le fleuve Saint-Laurent nouvellement formé, donnant naissances aux Mille-Îles.

Depuis le roc aride, couvert de lichen, jusqu'aux boisés de feuillus luxuriants, les îles du parc recèlent diverses espèces animales et végétales. De nombreuses espèces de plantes sont typiques de régions plus au sud et ne se trouvent nulle part ailleurs au Canada. Pendant longtemps, les Améridiens y font la chasse et la pêche. Des explorateurs, des traiteurs de pelleteries et des missionnaires y passent. Cependant, les terres peu abondantes ne retiennent pas les colons, des Loyalistes, avant la fin des années 1770.

Durant la guerre de 1812, la région est une artère militaire vitale. Plus tard, elle devient un havre pour les propriétaires de bateaux et de chalets. En 1904, alors que les chalets envahissent de plus en plus les îles, le gouvernement décide d'en convertir un certain nombre en parc national. On trouve un terrain de camping à Mallorytown Landing.


Lecture supplémentaire

  • Don Ross, Discovering the Thousand Islands (2001).