Ben Steinberg

Ben (Benjamin) Steinberg. Compositeur, chef de choeur, organiste, professeur (Winnnipeg, 22 janvier 1930). B.Mus. (Toronto) 1961. Soliste à huit ans dans un choeur de synagogue dirigé par son père, le cantor Alexander Steinberg, il commença à diriger lui-même des choeurs à 12 ans.

Ben (Benjamin) Steinberg. Compositeur, chef de choeur, organiste, professeur (Winnnipeg, 22 janvier 1930). B.Mus. (Toronto) 1961. Soliste à huit ans dans un choeur de synagogue dirigé par son père, le cantor Alexander Steinberg, il commença à diriger lui-même des choeurs à 12 ans. Au RCMT (1948-51, 1957-60), il étudia la composition avec John Weinzweig, le piano avec Samuel Dolin et le chant avec Weldon Kilburn. Après avoir enseigné aux écoles publiques de la région torontoise (1953-58) et étudié la pédagogie musicale à l'Université de Toronto, il devint dir. du dépt de musique au Winston Churchill Collegiate Institute (1961-64) puis occupa un poste identique au Forest Hill Collegiate Institute à Toronto (1964-86). Il fut dir. en éducation (1950-60) et dir. mus. (1960-69) au temple Holy Blossom, puis fut nommé dir. mus. au temple Sinai en 1970. Sa méthode destinée aux choeurs de jeunes, Together Do They Sing (New York 1961), fut commandée et publiée par l'Union of American Hebrew Congregations.

Les compositions de Steinberg incluent cinq services sacrés (dont quatre publiés chez Transcontinental Music, en 1963, 1969, 1969 et 1990 respectivement; des oeuvres pour choeur et/ou soliste et orgue ou orchestre (dont certaines publiées chez Transcontinental Music et Israeli Music Publications); The Vision of Isaiah (1970) pour ténor, choeur, orgue ou ensemble instrumental; Yerushalayim (1973) pour soprano, choeur et orchestre; Echoes of Children (1979), cantate pour soliste, narrateur, choeur et orchestre (qui lui valut l'International Gabriel Award et qui fut télédiffusée deux fois au réseau PBS); et des oeuvres instrumentales dont une suite pour flûte et trio à cordes inspirée de chansons folkloriques d'Israël. En 1978 et 1980, la ville de Jérusalem invita Steinberg à titre d'artiste résident; en 1983, il reçut le Kavod Award, titre honorifique décerné par l'assemblée du Cantor, de même qu'un prix de composition de l'American Harp Society pour sa Suite pour flûte, alto et harpe (1981, une commande de Suzanne Schulman). Un certain nombres de temples, de synagogues et d'assemblées amér. lui commandèrent quelque 18 oeuvres entre 1980 et 1991. Il a également reçu des commandes de Paul Brodie (Suite Shepardi, 1983), des Chamber Players de Toronto (Suite pour orchestre à cordes, 1983) et Lawrence Cherney (Invocations, 1990). Le baryton Richard Allen a enregistré plusieurs oeuvres de Steinberg sur la cassette A Ben Steinberg Concert (v. 1989, Transcontinental, non numérotée).

Michael Isaacson écrivit au sujet de la musique de Steinberg : « Bien que conservatrice, pragmatique et toujours élégante, elle rappelle aussi avec affection ses origines d'une manière profondément lyrique » (Journal of Synagogue Music, juin 1973). Steinberg a présenté de la musique juive à la SRC, publié des articles sur ce sujet et donné plusieurs récitals-causeries, en Australie, au Canada, au Japon et aux États-Unis. Il a aussi collaboré à l' EMC. Il est membre de la LCComp et compositeur agréé du Centre de musique canadienne. Ses documents personnels ont été déposés à l'Université de Calgary.

Voir aussi Juifs et musique juive.


Lecture supplémentaire

  • Schulman, Michael. 'Ben Steinberg: a composer comes to musical terms with the Holocaust,' CanComp, 155, Nov 1980

    Strohl, Marguerite. 'Ben Steinberg,' American Organist, vol 16, Jan 1982