Tarragon Theatre

Il en coûte environ 9000 $ au Tarragon pour rénover l'entrepôt et présenter Creeps, de David Freeman. La réponse des critiques et du public est si enthousiaste que les autres pièces de la première saison semblent moins bonnes.

Tarragon Theatre

Tarragon Theatre

Tarragon Theatre, fondé à Toronto, constitué en organisation à but non lucratif le 22 avril 1970. Il est fondé par Bill GLASSCO et Jane Gordon afin de fournir une vitrine aux nouveaux dramaturges canadiens interprétés par des artistes canadiens de la scène. Là où d'autres petits théâtres - comme le THEATRE PASSE MURAILLE et le FACTORY THEATRE - promeuvent de nouvelles œuvres de théâtre expérimental à contenu social et esthétique, Bill Glassco (ex-professeur d'université aux antécédents scolaires impressionnants) cherche de nouveaux textes afin de monter des pièces de grande qualité et d'attirer un nouvel auditoire. Lui et sa femme Jane aménagent leur théâtre en tant qu'entreprise familiale dans un entrepôt vacant au 30, Bridgman Avenue, et le nomment Tarragon, le condiment (estragon) préféré de Bill. Comme l'explique Bill Glassco quelques semaines avant l'ouverture du théâtre, la mission du Tarragon est de trouver « à la fois un contexte significatif dans lequel travailler et une façon significative de travailler ». Il croit qu'il est essentiel pour le Canada et ses théâtres de produire des pièces canadiennes plutôt que d'avoir recours aux classiques ou aux derniers succès du West End ou de Broadway. Il ne croit cependant pas à la nécessité de produire des pièces canadiennes purement par sens du devoir ou pour plaire aux organismes subventionnaires. La qualité doit prévaloir.

Il en coûte environ 9000 $ au Tarragon pour rénover l'entrepôt et présenter Creeps, de David Freeman. La réponse des critiques et du public est si enthousiaste que les autres pièces de la première saison semblent moins bonnes. En fait, les Glassco sont même prêts, en 1972, à fermer le théâtre si Leaving Home, de David FRENCH n'est pas un succès. Leur pessimisme se révèle toutefois injustifié. Leaving Home reçoit d'excellentes critiques et le Tarragon s'emploie alors aux importantes étapes suivantes : élargir le répertoire de pièces canadiennes et acheminer ces œuvres à d'autres théâtres régionaux. La première production en anglais de À toi, pour toujours, ta Marie-Lou (v.a. Forever Yours, Marie-Lou), de Michel TREMBLAY a lieu en 1972 (l'année où Mallory Gilbert est nommée directrice du théâtre) et James REANEY fait sensation avec Sticks and Stones, l'année suivante. Parmi les autres pièces montées pendant la période Glassco, mentionnons : Of the Fields Lately et Jitters (David French); Hosanna, Bonjour, là, bonjour, Damnée Manon, sacrée Sandra, The Impromptu of Outremont et Saint Carmen of the Main (Michel Tremblay); la trilogie The Donnellys (James Reaney); One Night Stand (Carol Bolt); Waiting for the Parade (John MURRELL); Blood Relations (Sharon POLLOCK); The Saga of the Wet Hens (Jovette Marchessault) et Mother Country (Margaret HOLLINGSWORTH). Glassco ajoute des pièces d'ailleurs dans le monde au fil des saisons du Tarragon, mais il maintient son intérêt premier pour les œuvres canadiennes.

En 1978, Mallory Gilbert devient directrice générale, poste qu'elle occupe avec grande distinction pendant plus de 20 ans. En 1980, le Tarragon inaugure le Maggie Bassett Studio (aujourd'hui le Tarragon Studio) pour agrandir l'espace réservé aux cours de formation professionnelle, aux ateliers et aux répétitions. En 1983, le Extra Space - une seconde salle de 100 places - s'ajoute au complexe. En 1975, Glassco s'accorde une sabbatique dont il a grand besoin et le Tarragon invite alors des théâtres de partout au pays à s'y produire gratuitement. Puis, en 1982, voulant passer à une compagnie plus grande (CentreStage), Glassco se retire et nomme, pour lui succéder, Urjo KAREDA (ex-critique de théâtre au Toronto Star, directeur littéraire du STRATFORD FESTIVAL et directeur du développement à la rédaction de scénarios pour le théâtre radiophonique de la CBC).

Pendant les années 1970, l'explosion de l'activité théâtrale à Toronto emballe Urjo Kareda, le critique, qui devient bientôt connu pour le support passionné qu'il accorde aux nouvelles voix. Il se démarque de Glassco en ce sens qu'il est davantage dramaturge que directeur et qu'il joue un rôle déterminant dans l'élaboration de dizaines de scripts par année. Il contribue au succès de dramaturges tels que Joanna McClelland GLASS (un chef de file du théâtre autobiographique), Judith THOMPSON (qui parfois élargit le réalisme urbain à quelque chose qui s'approche du surréel), George F. WALKER (expert ironique et désabusé de l'angoisse et de la violence urbaine), Joan MACLEOD (reconnue pour ses monologues poétiques), Morris PANYCH (polyvalent et toujours intéressant), Guillermo VERDECCHIA (expert en théâtre politique avec une touche postmoderne), Jason SHERMAN (d'une cinglante force satirique) et Carole FRÉCHETTE (réputée pour son théâtre lyrique). Kareda fait aussi valoir plusieurs autres talents, dont ceux de Diane Flacks, Ken Garnhum, Morwyn Brebner, Richard Greenblatt et Kristen Thompson.

Sous la direction de Kareda, le Tarragon produit aussi Spring Arts Fair, un festival annuel s'étalant sur un seul week-end et qui se consacre aux œuvres en cours d'élaboration (organisé et préparé par Andy McKim, directeur artistique adjoint), qui attire 2000 habitués chaque année. Parmi les projets nés de ce festival, mentionnons 2 Pianos, 4 Hands, de Ted Dykstra et Richard Greenblatt. Née d'un sketch de 30 minutes, cette pièce est devenue, au fil des ateliers, une production complète. La pièce tient l'affiche à guichets fermés au Tarragon pendant deux saisons, fait l'objet de deux tournées d'un an au Canada et tient longtemps l'affiche à New York, Washington, Montréal (en version française), Birmingham et Londres. D'autres productions font des tournées au Festival d'Édimbourg et au Glasgow Mayfest, au Festival des Amériques de Montréal, en Angleterre (Birmingham et Londres) et dans des théâtres partout au Canada. Andy McKim est nommé directeur artistique adjoint et le demeure pendant plus de 20 ans.

Parmi les œuvres dont la première a eu lieu au Tarragon avant d'être présentées dans d'autres théâtres figurent des pièces de Carol BOLT (One Night Stand), Mavis GALLANT (What Is to Be Done?), Don Hannah (The Wedding Script, Fathers and Sons) et les premières productions en anglais des dramaturges québécois René-Daniel DUBOIS (Being at Home With Claude) et Serge Boucher (Motel Hélène). À la fin des années 1980 et au début des années 1990, le Tarragon présente de nouvelles pièces de Joan MacLeod (Toronto, Mississippi, Amigo's Blue Guitar, The Hope Slide, 2000); de Guillermo Verdecchia (Fronteras Americana et, avec Marcus Youssef, A Line in the Sand); de John Murrell (October, Democracy, The Faraway Nearby); de Jason Sherman (Three in the Back, Two in the Head, The Retreat, Patience, It's All True) et de Morris Panych (The Ends of the Earth, Vigil, Lawrence & Holloman). Le répertoire fut aussi élargi pour inclure la performance (Buoys, Beuys, Boys, Surrounded by Water, Pants on Fire, one Bord, de Ken Garnhum) et le petit opéra comique (Nigredo Hotel, de Nic Gotham et Ann-Marie MACDONALD).

Après la mort de Kareda en 2001, Richard Rose, qui avait dirigé la Necessary Angel Company, est nommé directeur artistique, en 2002, l'année même où la communauté environnante adopte le nom de « Tarragon Village ». Rose poursuit la longue tradition du Tarragon d'élargir le répertoire de pièces canadiennes en promouvant les œuvres des favoris du Tarragon Morwyn Brebner, Morris Panych, Michel Tremblay, Diane Flacks, Richard Greenblatt et Daniel MACIVOR tout en misant sur les pièces de Charlotte Jones, Michael Redhill, Rosa Laborde, Hannah Moscovitch et Wajdi MOUAWAD, dont la pièce Scorched fut mise en scène par Rose en 2007. Tarragon a produit en première plus de 175 pièces canadiennes et, bien que le réalisme demeure prépondérant, Rose s'est davantage aventuré dans l'expressionnisme que ses prédécesseurs.

Voir aussiTHÉÂTRE DE LANGUE ANGLAISE.


Lecture supplémentaire

  • Andy McKim, Snappy Shorts at Tarragon Theatre (2005).