The Holy Body Tattoo

En 1992, les chorégraphes Noam Gagnon et Dana Gingras et le compositeur Jean-Yves Thériault (cofondateur du groupe rock Voivod)créent un groupe d'interprétation appelé The Holy Body Tattoo.

En 1992, les chorégraphes Noam Gagnon et Dana Gingras et le compositeur Jean-Yves Thériault (cofondateur du groupe rock Voivod)créent un groupe d'interprétation appelé The Holy Body Tattoo. Thériault est l'un des fondateurs du groupe rock Voivod; Gingras et Gagnon ont travaillé pour certains des plus grands chorégraphes canadiens et dansent ensemble depuis 1987. La collaboration de Gagnon et de Gingras dans des projets de chorégraphie commence dans les années 1987-1989, alors qu'ils sont tous deux membres d'EDAM; leur partenariat se consolide au sein du Groupe de la place royale à Ottawa en 1991. Thériault quitte la compagnie en 1999.

Les fondateurs de la troupe soutiennent que nos secrets personnels et collectifs sont inscrits dans notre corps, qui les révèle quand il fait des efforts extrêmes et arrive à l'épuisement. The Holy Body Tattoo s'inspire des conventions de la culture populaire qu'il transpose dans une danse qualifiée d'« épuisante », de « féroce » et d'« agressante ». Ce style combatif se rapproche de ce qui se fait au Québec, en France et en Belgique. Mais la croyance de la troupe en un minimalisme scénique et l'originalité de sa structure administrative réduite au strict minimum la distinguent des autres.

Gagnon et Gingras comptent sur la répétition, en studio ou en public, comme source de révélation. The Holy Body Tattoo produit à son propre rythme. Il n'a d'ailleurs créé que deux spectacles de danse durant ses huit premières années d'existence : Poetry & Apocalypse (1994) et Our brief eternity (1996). Une version filmée de 26 minutes de Poetry and Apocalypse, réalisée en collaboration avec les cinéastes de Vancouver William Morrison et Valerie Nelson, paraît en 1997. Leur création Our brief eternity remporte le prix Dora Mavor Moore pour la meilleure prestation d'un ensemble

En 2000, le prix Alcan des arts de la scène, dans la catégorie de la danse, est remis pour la première fois à The Holy Body Tattoo. Le prix consiste en 50 000 $ pour la commande d'une nouvelle oeuvre. Saluée par la critique, Circa, la coproduction internationale qui en résulte, est présentée en première au Vancouver East Cultural Centre en février 2000. Aux dires de la compagnie, la pièce est une célébration des forces sensuelles de la soumission et de l'autorité ». C'est aussi une déconstruction postmoderne du tango qui se mêle à des séquences filmées de William Morrison et se heurte à une musique originale de Steven Severin, Warren Ellis et The Tiger Lillies, trio anglais ayant une présence sur scène étrangement fascinante et un son obsédant.

Installé à Vancouver, The Holy Body Tattoo est l'une des petites troupes de danse canadiennes qui effectuent le plus grand nombre de tournées. Ses danses enragées et éreintantes, accompagnées d'images de films, d'éclairages et de sons appartenant à l'ère postindustrielle, sont présentées dans des festivals nationaux et internationaux, parmi lesquels le festival New Moves Across Europe de Glasgow, en Écosse, le Pride Arts Festival de Londres, en Angleterre, et le Marator de l'Espectacle de Barcelone, en Espagne. The Holy Body Tattoo effectue une tournée en Australie, en Hongrie, en Allemagne, en Belgique, en Angleterre, en Écosse et aux Pays-Bas en 1997, et en Allemagne, en Belgique, en Écosse, aux Pays-Bas, en France, en Italie, en Slovénie, en Slovaquie et en République tchèque en 1998. Circa a été présentée partout au Canada, aux États-Unis et en Europe.

Depuis ses débuts, The Holy Body Tattoo accorde une grande importance aux méthodes différentes de présentation et de distribution. Ce en quoi il est en un chef de file : ses projets de marketing croisé en musique et en cinéma, ses prestations dans les boîtes de nuits à travers le monde et son utilisation créative du site web de la troupe pour la distribution de produits (disques compacts, affiches, tee-shirts et vidéos), ainsi que les engagements envers les présentateurs sont maintenant la norme pour les petites troupes de danse qui tentent de survivre dans un marché toujours plus compétitif.

The Holy Body Tattoo est la troupe résidente du Vancouver East Cultural Centre depuis 1996. En collaboration avec celui-ci, elle a mis sur pied bon nombre d'initiatives éducatives destinées aux élèves de 15 à 18 ans. En 2001, The Holy Body Tattoo a inauguré son initiative pour artistes de la relève en danse, un prix annuel consistant en une période d'étude ou un voyage et visant à soutenir les jeunes artistes de Vancouver.