Tornade

Les tornades sont un type de tempêtes violentes. Elles se caractérisent par leur nuage en forme d’entonnoir qui s’allonge jusqu’au sol.

Les tornades sont un type de tempêtes violentes. Elles se caractérisent par leur nuage en forme d’entonnoir qui s’allonge jusqu’au sol. À l’exception de l’Arctique, où la manifestation de tornades est incertaine, les tornades peuvent survenir n’importe où au Canada, mais surtout dans les Prairies, en Ontario et au Québec. La tornade la plus mortelle ayant frappé le Canada est survenue le 30 juin 1912 à Regina, en Saskatchewan. Elle a tué 28 personnes.

Description

Une tornade est une tempête tournante intense, de petit diamètre (quelques dizaines ou centaines de mètres), qui se caractérise par au moins un tourbillon atteignant la surface terrestre. Ce tourbillon, un nuage en entonnoir associé à un orage, est habituellement visible, mais reste parfois invisible. Dans les deux cas, il cause des dommages au sol. Une tornade est composée d’un ou de plusieurs entonnoirs simultanés ou consécutifs.

Le cycle de vie d’une tornade comprend habituellement trois stades. D’abord, une protubérance en entonnoir, appelée tuba, se développe en dessous d’une section en rotation d’un orage. Ensuite, le tuba s’allonge vers le bas à partir du nuage et est entouré d’un manchon en rotation, appelé anneau, qui se développe vers le haut à partir du sol. La fusion complète de ces deux éléments forme un tourbillon de tornade à maturité. Enfin, la troisième phase, ou phase dégénérative, se caractérise par la remontée du tuba vers les nuages et sa disparition. Si le tuba se développe seul, il ne s’agit pas d’une tornade mais simplement d’un « entonnoir en altitude ». La rotation des tornades est presque toujours cyclonique (vue de dessous dans le sens horaire dans l’hémisphère nord et dans le sens antihoraire dans l’hémisphère sud ).

Incidence au Canada

Des tornades se produisent un peu partout au Canada, sauf peut-être dans les régions à climat arctique où l’incidence de tornades est inconnue. Elles sont relativement fréquentes à l’intérieur du pays, du Nouveau-Brunswick aux montagnes Rocheuses. Elles surviennent surtout dans le sud de l’Ontario (au rythme moyen de 21 par saison), puis dans le sud du Manitoba. Le Canada est le deuxième pays au monde le plus frappé par des tornades; il s’y forme en moyenne entre 80 et 100 tornades par année, tandis qu’aux États-Unis, on en dénombre en moyenne entre 1 000 et 1 200. L’incidence de tornades est probablement plus élevée au Canada que ce l’on croît, puisque certaines régions non surveillées ou peu peuplées peuvent être touchées par des tornades sans que celles-ci soient rapportées.

Au Canada, la saison des tornades commence en mars et se prolonge jusqu’en octobre. Elle dure généralement 107 jours à l’intérieur du pays et environ 60 jours ailleurs. Elle atteint son pic à la fin de juin et au début de juillet. Une tornade moyenne cause des dégâts sur une aire moyenne de 0,6 km2. Les tornades surviennent habituellement entre 15 h et 19 h (heure normale locale) et viennent de l’ouest ou du sud-ouest.

Échelle

L’amplitude des tornades va d’une intensité très faible (avec des vents autour de 64 km/h) à une intensité dévastatrice (avec des vents allant jusqu’à 509 km/h), sur une échelle de 0 à 5 (mise au point par le météorologiste américano‑japonais Dr Theodore Fujita). Plus de 90 % des tornades canadiennes sont faibles, soit de F0 à F1 sur l’échelle de Fujita. Les tornades d’intensité F0 sont légères et sont caractérisées par des vents de 64 à 116 km/h. Celles-ci peuvent entraîner des dommages aux toits des maisons et aux arbres. Les tornades F1 sont modérées et, avec des vents de 117 à 180 km/h, peuvent entraîner des dommages tels que des abris d’automobiles démolis et des arbres déracinés.

Tornades canadiennes notables

Parmi les tornades violentes observées au Canada, on compte la tornade de Regina du 30 juin 1912, qui tue 28 personnes, en blesse des centaines et démolit une grande partie du centre‑ville. Classée F4 (dévastatrice, avec des vents de 331 à 417 km/h), elle rivalise avec la tornade d’Edmonton, aussi classée F4, du 31 juillet 1987, qui tue 27 personnes, en blesse plus de 200, fait plus de 400 sans‑abri et cause des dégâts estimés à plus de 250 millions de dollars sur un corridor d’une longueur de 40 km. La gravité de cette tornade est sans précédent en Alberta.

Une autre tornade F4 balaye le sud de l’Ontario le 31 mai 1985. Survenue lors d’une invasion de tornades (dans ce cas, une famille de tourbillons se déplaçant le long de huit itinéraires bien définis), elle cause des dégâts matériels estimés à 100 millions de dollars. De plus, elle dévaste la partie sud de Barrie et est responsable de la mort de huit personnes sur les douze tuées pendant l’invasion. Heureusement, au Canada, moins de 1 % de toutes les tornades sont d’intensité F4.

En Ontario, le 17 juin 1946, une tornade se forme dans la région de Windsor et se déplace vers l’est en direction de Tecumseh. Connue sous le nom de la tornade de Windsor, la tempête tue 17 personnes, en blesse des centaines et détruit près de 400 maisons. Cette tornade est considérée comme une F4 ou F5.

Cependant, la première tornade F5 officiellement documentée au Canada a frappé Elie, au Manitoba, le 22 juin 2007. Une tornade F5 est d’une force incroyable et la vitesse des vents varie de 418 à 509 km/h. Elle est suffisamment puissante pour soulever des maisons à charpente solide de leurs fondations, projeter des objets de la taille d’automobiles à plus de 100 m dans les airs, arracher l’écorce des arbres et causer de graves dommages aux structures de béton armé. La tornade d’Elie a fait des ravages pendant 35 minutes et a voyagé sur une distance de 5,5 km, entraînant des dommages le long d’une bande d’une largeur de 300 m. Les vents ont atteint 420 à 510 km/h au point le plus intense de la tornade. Heureusement, elle n’a pas fait de mort ni de blessé grave.


En savoir plus