Train de bois

Voir aussi BOIS, HISTOIRE DU COMMERCE; GLISSOIRE À BILLES.

Radeau de bois
Ottawa, vers 1880. Le bois descend la rivière des Outaouais puis remonte jusqu'à Québec sur ces radeaux (photo de W.J. Topely, avec la permission des Bibliothèque et Archives Canada/PA-840).
Train de bois
Train de bois sur la rivière des Outaouais, près de la Colline du Parlement, 1899 (photo de William James Topley, avec la permission de Bibliothèque et Archives Canada/PA-144140).

Train de bois

Au printemps, une fois le bois flotté arrivé aux rivières principales, il était regroupé en trains de bois pour être acheminé au port d'embarquement. Sur la RIVIÈRE DES OUTAOUAIS, le FLEUVE SAINT-JEAN et la RIVIÈRE MIRAMICHI, les trains étaient constitués de brelles contenant une vingtaine de billes réunies en deux rangées superposées à l'aide d'une ingénieuse cage en bois. Sur le FLEUVE SAINT-LAURENT, on utilisait le drame, un assemblage plus grand avec des attaches d'osier (liens de jeunes pousses). Les deux types de train sont de tailles différentes. Dans les années 1830, sur le fleuve Saint-Jean, on fait descendre des trains de bois composés de 12 à 140 brelles. Mais c'est sur le fleuve Saint-Laurent que passent les plus gros trains de bois, contenant sans doute entre 2000 et 2500 tonnes de bois.

Voir aussi BOIS, HISTOIRE DU COMMERCE; GLISSOIRE À BILLES.