Troupes de la Marine

Les Troupes de la Marine (également connues sous le nom de Compagnies franches de la Marine) étaient composées de soldats français de l’infanterie, sous le contrôle du ministère de la Marine. Leur objectif principal était de défendre les possessions coloniales d’outre‑mer de la France, notamment la Nouvelle‑France. Ces soldats peuvent être considérés comme la première armée régulière permanente du Canada.

Les Troupes de la Marine (également connues sous le nom de Compagnies franches de la Marine) étaient composées de soldats français de l’infanterie, sous le contrôle du ministère de la Marine. Leur objectif principal était de défendre les possessions coloniales d’outre‑mer de la France, notamment la Nouvelle‑France. Ces soldats peuvent être considérés comme la première armée régulière permanente du Canada.


Un soldat des Compagnies franches de la Marine

(avec la permission de Bibliothèque et Archives Canada/2837934)

Origines

La lignée des Troupes de la Marine remonte jusqu’en 1622, date à laquelle des compagnies de soldats sont mises en place pour servir sur les navires de la marine française. Ces unités sont renommées « Troupes de la Marine » en 1674 par Jean‑Baptiste Colbert, responsable du ministère de la Marine. En 1690, l’unité est rebaptisée Compagnies franches de la Marine.

Déploiement en Nouvelle‑France

Après 1668, la défense de la Nouvelle‑France passe sous la responsabilité du ministère de la Marine. Hormis le Régiment de Carignan‑Salières qui vient d’être déployé, la défense de la colonie dépend principalement des milices canadiennes locales. Les premières compagnies des Troupes de la Marine, chacune d’entre elles comptant 50 soldats, arrivent en Nouvelle‑France en 1683. En 1756, près de 40 compagnies sont présentes au Canada, plusieurs étant également stationnées à Louisbourg. Ces troupes deviennent progressivement la première force « canadienne » permanente.

Combattre au Canada

Initialement entièrement composées de Français, les Compagnies franches de la Marine deviennent peu à peu majoritairement dirigées par des Canadiens. Les troupes adaptent également leur équipement et leurs tactiques à l’environnement canadien. Des vêtements chauds, des canots et des raquettes deviennent, au fil du temps, partie intégrante du matériel utilisé. Au 18e siècle, les Compagnies ont acquis une excellente maîtrise de la guerre en zone forestière vierge. Elles opèrent généralement en petits groupes, avec les troupes de la milice, ainsi qu’avec des alliés autochtones pour attaquer les forts et les implantations britanniques. Pour autant, elles conservent leur capacité à combattre en tant qu’unités d’infanterie de ligne habituelle dans des batailles rangées à l’européenne.

En 1758, pendant la guerre de Sept Ans, les compagnies de Louisbourg sont faites prisonnières par les Britanniques, lors de la chute de cette forteresse. Les Compagnies franches de la Marine participent aussi à des batailles importantes, comme la bataille des plaines d’Abraham et la bataille de Sainte‑Foy.

Avec la défaite de la France et la Conquête de la Nouvelle‑France par les Britanniques, de nombreux soldats s’installent au Canada, tandis que plusieurs retournent en France à contrecœur.