Upper Canada College

L'UCC est une réplique des meilleures écoles pour garçons de la Grande-Bretagne, tel le Eton College. Au cours de sa première année, un directeur et huit enseignants y sont employés pour éduquer 57 élèves.

Upper Canada College
Upper Canada College, \u00e0 Toronto, dans les années 1890. Le Upper Canada College demeure l'école privée la plus citée pour ce qui est de conserver les valeurs de l'élite économique et sociale canadienne (avec la permission des Biblioth\u00e8que et Archives Canada/RD353).

Upper Canada College

L'Upper Canada College (UCC), TORONTO, est fondé en 1829 par le lieutenant-gouverneur du Haut-Canada, Sir John COLBORNE, en tant qu'école non-confessionnelle formant les étudiants pour le nouveau King's College (qui deviendra plus tard l'Université de Toronto).

L'UCC est une réplique des meilleures écoles pour garçons de la Grande-Bretagne, tel le Eton College. Au cours de sa première année, un directeur et huit enseignants y sont employés pour éduquer 57 élèves. Le campus permanent, d'abord situé au centre-ville de Russell Square, déménage sur son site actuel de 17 hectares en 1891, dans ce qui est à l'époque une zone rurale connue sous le nom de Deer Park. Le gouvernement de l'Ontario cesse de financer le collège en 1900, ce qui en fait une école totalement indépendante et la première de son genre en Ontario. En 1913, l'UCC fait l'acquisition de 180 hectares de terres à environ 50 km au nord-ouest de Toronto, près de la petite ville de Norval, avec l'intention d'y déplacer le campus. Ce plan est par la suite abandonné et le site devient éventuellement la Norval Outdoor School, un centre éducatif de plein air de l'UCC. Celui-ci offre une éducation environnementale, héberge environ 25 étudiants en plus du personnel, et comporte une salle à manger, un salon, une salle de classe et un entrepôt.

L'UCC prospère durant la première moitié du siècle jusqu'en 1958, lorsqu'on découvre que son bâtiment principal est en mauvais état et doit être démoli. Une campagne majeure de financement permet de le reconstruire et l'école continue ensuite de rénover ses installations et d'ajouter de nouveaux bâtiments. C'est autour de cette période que l'UCC délaisse peu à peu l'éducation classique pour une formation plus générale axée sur les arts (voirPROGRAMMES DE FORMATION GÉNÉRALE), et qu'elle commence à élargir la gamme de diplômes offerts aux élèves.

L'École préparatoire à l'extrémité sud du campus compte plus de 400 élèves allant de la maternelle à la septième année. Environ 700 élèves fréquentent l'École supérieure de la huitième à la douzième année, où l'on retrouve des installations pouvant héberger près de 90 pensionnaires. L'UCC y accueille des étudiants de partout au Canada et de 25 pays différents. Plus de 150 étudiants sont admis dans les différents programmes d'études chaque année, et l'institution compte environ 100 enseignants en plus de 160 autres employés.

En 1995, l'UCC adopte le programme de Baccalauréat international (IB), que tous les élèves suivent au cours de leurs deux dernières années à l'école. L'IB met l'accent sur la pensée critique et le développement de compétences d'écriture et de recherche de niveau supérieur. Le programme cultive l'internationalisme et le respect des autres cultures, tandis que ses composantes de créativité, d'action et de service aident les élèves à acquérir de précieuses compétences dans une variété de domaines. L'UCC offre également le Diplôme d'études secondaires de l'Ontario.

L'UCC est l'une des écoles pour garçons les plus prestigieuses d'Amérique du Nord et ses frais de scolarité sont à la hauteur de sa renommée. Toutefois, même si par le passé, l'institution desservait principalement l'élite économique, elle s'est donné pour mandat d'attirer les meilleurs étudiants en offrant de l'aide financière à ceux qui le méritent, à partir de la cinquième année. Cette aide peut aller jusqu'à couvrir 100 p. cent des frais de scolarité, et l'école a pour objectif d'offrir des bourses complètes ou partielles à 20 p. cent de la population étudiante.

En 2002, l'UCC lance son initiative École verte, qui met l'accent sur l'éducation environnementale et le développement durable à travers son programme d'études ainsi que par le recyclage, le changement des habitudes de consommation, la création d'un « jardin d'apprentissage » et la modernisation des installations physiques de l'école. L'aréna et le complexe sportif William P. Wilder '40 ouvre en 2009 avec deux patinoires (y compris l'une des quatre patinoires olympiques en Ontario) et reçoit une médaille d'or du Leadership in Energy and Environmental Design.

L'UCC possède certaines autres installations sportives et terrains de jeux ainsi que des salles de classe, des laboratoires et des salles de spectacles qui offrent un environnement riche pour les activités académiques, artistiques et sociales.

L'UCC compte 24 boursiers Rhodes à son actif, et ses anciens élèves sont au premier plan dans divers domaines. Parmi ceux-ci se retrouvent les acteurs Melvyn Douglas et Raymond Hart MASSEY, nominés aux Academy Awards; le scénariste et producteur Leonard Dick, titulaire d'un Emmy Award; l'artiste multimédia Michael SNOW; les médaillés olympiques James ELDER, Michael Evans, George Mara et Barney Williams; le compositeur Galt MACDERMOT, gagnant d'un Grammy Award; les écrivains Robertson DAVIES et Stephen LEACOCK; les géants des affaires Ted ROGERS, David THOMSON et Galen Weston; et les premiers ministres Robert BEAVEN, Edward BLAKE et George DREW.


Liens externes