Walking Buffalo (Tatanga Mani)

Walking Buffalo (né Tatanga Mani, aussi connu sous le nom de George McLean), leader du peuple Stoney-Nakoda, homme d’État, philosophe (né le 20mars1870 dans la vallée de la rivière Bow, près de Morley, en Alberta; décédé le 27décembre1967 à Banff, en Alberta). Walking Buffalo assiste à la signature du Traitén°7 (1877) et devient plus tard un chef respecté de la Première nation de Bearspaw, poste qu’il occupe jusqu’à sa mort. L’homme prêche la paix dans le monde et, en 1959, fait une tournée mondiale pour répandre sa parole. Il est également un grand défenseur de l’environnement ainsi que des droits et de la culture autochtones.



Jeunesse et éducation

Pendant les huit premières années de sa vie, Walking Buffalo est élevé par ses grand-mères sur les terres des Stoney-Nakodas, sa mère ayant rendu l’âme peu après sa naissance.

À l’âge de seulement six ans, l’enfant est témoin de la signature du Traité n° 7 avec sa famille. Tout comme les autres traités numérotés, le Traité n° 7 mène à la création de réserves et à la cession de territoires traditionnels en échange de promesses du gouvernement, comme des droits spéciaux sur les terres et des dons en argent. (Voir aussi Traités autochtones au Canada.)

En 1881, le révérend John MacLean (parfois écrit McLean), un missionnaire méthodiste de Morley, adopte le jeune Walking Buffalo (vraisemblablement en raison du décès de ses grand-mères) et lui donne le nom de George McLean. L’enfant commence ainsi son parcours scolaire à l’orphelinat McDougall, puis dans des écoles de Red Deer et de Winnipeg.

Leader autochtone

Walking Buffalo retourne dans sa réserve et devient conseiller pour la Première nation de Bearspaw de 1907 à 1916. Il y est élu chef en 1920 et conserve son rôle jusqu’en 1935. Par la suite, il demeure un membre actif de sa Première nation et de l’Association des Indiens de l’Alberta. (Voir aussi Indien et Autochtones : organisations et activisme politiques.)

Défenseur des droits conférés par traité, Walking Buffalo et d’autres leaders du peuple Stoney-Nakoda réussissent en 1918 à tenir tête à la Calgary Power Company, qui leur doit de l’argent après avoir acquis le territoire ancestral qu’elle compte exploiter. Leader respecté et puissant, Walking Buffalo se dévoue à la protection de son peuple, de la terre et de l’environnement. (Voir aussi Droits des Autochtones au Canada.)

Pendant de nombreuses années, et jusqu’à son décès, Walking Buffalo s’implique activement dans les Journées indiennes à Banff et le Stampede de Calgary, où il présente fièrement la culture des Stoney-Nakodas.

Le saviez-vous?

Walking Buffalo continue de s’impliquer auprès de l’Église unie et, en 1952, devient le gardien officiel de l’église de Morley. Malgré son dévouement pour l’église, Walking Buffalo critique les missionnaires chrétiens qui interprètent mal la spiritualité autochtone et tentent d’éradiquer les croyances et pratiques traditionnelles. Il affirme que « l’homme blanc avait de bonnes intentions. De nombreux missionnaires étaient mes amis, mais ils ont sous-estimé la foi indienne lorsqu’ils ont utilisé la peur pour nous changer. »


Réarmement moral

En 1934, Walking Buffalo rencontre Frank Buchman, leader d’un organisme international spirituel du nom de Réarmement moral (aujourd’hui, Initiatives et Changement). Inspiré par le discours pacifique de l’organisme, il devient ambassadeur du mouvement.

En novembre 1959, Walking Buffalo entame un voyage de sept mois et se rend dans 18 pays pour promouvoir Réarmement moral. Le message principal qu’il véhicule est d’« arrêter de se détester les uns les autres et de commencer à agir en frères, comme le veut le Grand Esprit ». Pendant sa tournée, il porte une ornementation du peuple Stoney-Nakoda, affichant ainsi fièrement son peuple et sa tradition au monde entier.

Décès et héritage

Walking Buffalo s’éteint le 27 décembre 1967. Il confie son ornementation, y compris sa coiffe munie de cornes de bison, à sa bonne amie, Catharine Whyte (née Robb). Elle et son mari, Peter Whyte, sont des artistes établis à Banff. Le Whyte Museum of the Canadian Rockies est fondé en 1968 sur leur propriété et abrite encore aujourd’hui l’ornementation de Walking Buffalo. 

Pendant sa vie, Walking Buffalo voit sa terre natale subir de nombreux changements sociaux, politiques et économiques. Il est notamment témoin de la disparition des bisons, de la création de traités et de l’invasion des territoires autochtones par les colons. Tout au long de cette période difficile, Walking Buffalo lutte pour protéger son peuple et sa culture.

L’homme laisse aussi en héritage ses propos pacifiques. En tant qu’ancien lieutenant-gouverneur de l’Alberta, Grant MacEwan (1965 à 1974) écrit, à propos de Walking Buffalo : « Prononcées dans un tipi ou un temple, ses paroles d’amour et de respect de la dignité humaine avaient toujours une grande portée. »


Guide pédagogique perspectives autochtones

Collection des peuples autochtones

Collection Premières Nations

Liens externes