Whitchurch-Stouffville

Whitchurch-Stouffville, (Ontario), constituée en ville en 1971, Municipalité régionale de York, population de 45 837 habitants (recensement de 2016), de 37 628 habitants (recensement de 2011). La ville de Whitchurch-Stouffville se situe à 47 km au nord-est de Toronto. Le site Jean-Baptiste Lainé, autrefois connu comme le site Mantle, est l’ancien emplacement d’un grand village huron-wendat datant du 16e siècle et se trouve juste au sud de Whitchurch-Stouffville. 



Peuples autochtones

Les peuples autochtones vivent dans la région de Whitchurch-Stouffville depuis des millénaires. Les Hurons-Wendats pratiquent l’agriculture, la pêche et la chasse du petit gibier, et habitent dans des maisons longues. À l’arrivée des Européens dans les années 1600, les marchands français forment une alliance avec les Hurons-Wendats et traitent les Haudenosaunee en ennemis. La population des Hurons-Wendats est décimée d’une part par les guerres iroquoises menées au 17e siècle pour le contrôle de la traite des fourrures et, d’autre part, par les maladies introduites par les Européens.

Au tournant du 18e siècle, les Hauenosaunee quittent la zone au nord du lac Ontario et partent pour leur territoire au nord de l’État de New York. Leur retrait ouvre la voie à la migration des peuples anishinaabes, dont les Mississaugas, dans le sud de l’Ontario.

Site Jean-Baptiste Lainé (autrefois site Mantle)

En 2002, des archéologues découvrent les vestiges d’un village huron-wendat sur un territoire situé juste au sud de Whitchurch-Stouffville. Nommée site Mantle, la zone porte d’abord le nom de son propriétaire. Ensuite, des membres de la communauté huronne-wendat la renomment en hommage à Jean-Baptiste Lainé, un vétéran huron-wendat de la Deuxième Guerre mondiale.

Les fouilles ont lieu entre 2003 et 2005 et révèlent un village huron-wendat couvrant 4,2 ha qui, au 16e siècle, comptait environ 1 800 habitants. Les archéologues déterrent 95 maisons longues et plus de 100 000 artefacts, notamment des haches de pierre, des pointes de flèche en silex et des marmites en céramique. Le village est jadis entouré de tous côtés par de vastes champs de maïs s’étendant sur des kilomètres. La ville de Whitchurch-Stouffville est construite sur l’un de ces anciens champs.

Établissement des Européens

Les premiers Européens à s’établir dans la région arrivent dans les années 1790. John Graves Simcoe, lieutenant-gouverneur du Haut-Canada, crée le canton de Whitchurch en 1792. Le village de Stouffville (d’abord connu sous le nom de Stouffersville ou Stoversville) est nommé en l’honneur d’Abraham Stouffer, arrivé de la Pennsylvanie en 1805.

Au départ, le canton administre les affaires de Stouffville. Toutefois, le village devient rapidement le principal centre commercial de la région et met sur pied son propre conseil en 1877. Malgré la séparation, les deux localités demeurent interdépendantes et partagent les services publics tels que l’approvisionnement en eau et les premières lignes téléphoniques. La fusion du canton et du village a lieu en janvier 1971, à la même époque que la création de la région de York à laquelle appartient Whitchurch-Stouffville.