Wilhelmus Nicholaas Theodore Marie Vander Zalm

Wilhelmus Nicholaas Theodore Marie Vander Zalm, « Bill », premier ministre de la Colombie-Britannique, homme d'affaires et horticulteur (Noordwykerhout, Hollande, 29 mai 1934). En 1947, il s'installe dans la vallée du Fraser avec sa famille.

Wilhelmus Nicholaas Theodore Marie Vander Zalm

Wilhelmus Nicholaas Theodore Marie Vander Zalm, « Bill », premier ministre de la Colombie-Britannique, homme d'affaires et horticulteur (Noordwykerhout, Hollande, 29 mai 1934). En 1947, il s'installe dans la vallée du Fraser avec sa famille. Après avoir terminé ses études secondaires, il se lance dans le commerce des bulbes et, en 1956, il achète une pépinière. Il fait des placements dans l'immobilier et met sur pied le Fantasy Garden World, un parc thématique, à Richmond, en Colombie-Britannique, avant d'entrer en politique municipale.

Pendant qu'il est conseiller municipal (1965-1968) et maire (1969-1975) de Surrey, Vander Zalm brigue sans succès les suffrages au niveau provincial et fédéral pour le Parti libéral. En 1974, il se joint au Crédit Social et, en 1975, est élu député provincial de Surrey. En occupant tour à tour les postes de ministre des Ressources humaines (1975-1978), ministre des Affaires municipales (1978-1982) et ministre de l'Éducation (1982-1983), il se fait remarquer par son franc-parler. Il attaque les bénéficiaires de l'aide sociale bien portants qui, selon lui, refusent de « mettre la main à la pâte ». Il dit de ses collèges du Cabinet, après qu'ils eurent rejeté une nouvelle loi sur l'aménagement du territoire, qu'ils manquent de cran et il se plaint du bilinguisme sur les boîtes de céréales.

Après s'être temporairement retiré de la vie politique, Vander Zalm remporte la course à la direction du Crédit Social en juillet 1986 et il succède à William R. BENNETT le 6 août 1986, devenant ainsi le 28e premier ministre de la Colombie-Britannique. Bien que l'opposition l'accuse de ne pas avoir de programme politique, le charismatique Vander Zalm mène le Crédit Social vers une victoire éclatante le 22 octobre 1986. Il défend énergiquement le LIBRE-ÉCHANGE proposé par le gouvernement fédéral et, en 1988, il s'oppose vigoureusement à l'avortement en Colombie-Britannique. Un scandale entache l'administration de son parti et sa popularité en subit les contrecoups. Un autre scandale, personnel cette fois, relativement à des placements dans son Fantasy Garden World, l'amène à démissionner en 1991.

En 1998, il retourne brièvement à la vie politique en tant que président du Parti réformiste de la Colombie-Britannique, un parti provincial de droite sans lien avec le Parti réformiste fédéral. Toutefois, le parti réformiste de la Colombie-Britannique perd rapidement de l'éclat dans la sphère politique et Vander Zalm disparaît peu à peu de la scène politique. Il refait surface en 2009 lorsqu'il critique haut et fort le projet de taxe de vente harmonisée provinciale, projet qui fut adopté plus tard, en juillet de la même année.