Le patinage artistique est un sport qui évalue le style et les compétences techniques. Les Jeux olympiques, les championnats mondiaux, européens et des quatre continents constituent les compétitions les plus importantes. La série du Grand Prix consiste en six compétitions internationales de niveau senior, dont notamment Skate Canada, qui a eu lieu pour la première fois en 1973. Plusieurs patineurs canadiens se sont distingués au niveau international en remportant des championnats et des médailles. Plusieurs sont entrés dans les anales en étant les premiers à réussir de nouveaux sauts ambitieux.

Patinage artistique

Le patinage artistique est un sport pratiqué individuellement ou en couple où la performance des patineurs est jugée selon leurs qualités artistiques et techniques. Il existe quatre catégories de compétition amateur : les épreuves individuelles, hommes et femmes, le patinage en couple et la danse sur glace. Les patineurs peuvent progresser depuis le niveau prénovice aux niveaux novice, junior et senior. Des équipes allant jusqu’à 20 patineurs peuvent compétitionner en patinage synchronisé. Le patinage individuel comporte un programme court et un programme libre, tout comme le patinage en couple. Avant 1990, les patineurs en patinage simple étaient aussi évalués sur des figures imposées. Quant à la danse sur glace, les épreuves consistent en une danse courte et le patinage libre; les sauts, les pirouettes et les levés au-dessus de la ceinture y sont interdits. Auparavant, les patineurs en danse sur glace recevaient aussi une note en fonction de leur performance et des danses obligatoires. Les compétitions internationales de patinage artistique sont organisées par l'Union Internationale de patinage, fondée en 1892.

Compétitions internationales

Les Jeux olympiques, les championnats mondiaux, européens et des quatre continents constituent les compétitions les plus importantes. Les championnats nord-américains (les derniers datent de 1971) figuraient aussi parmi les compétitions de haut calibre. Pour les championnats du monde ou les Olympiques, le nombre de participants est déterminé selon les résultats antérieurs. Chaque pays n'a droit qu'à trois inscriptions par épreuve. Une autre compétition importante est la série du Grand Prix qui consiste en six compétitions internationales de niveau senior qui ont lieu dans différents pays, dont Skate Canada, qui s’est tenu pour la première fois en 1973. Les patineurs qui souhaitent se qualifier au Grand Prix Final doivent amasser des points dans deux de ces compétitions.

Skate Canada

Skate Canada est l’association responsable du patinage amateur au Canada, est la plus importante association du genre au monde. Elle ne doit pas être confondue avec la compétition internationale annuelle qui porte le même nom. Alors que seuls deux clubs en faisaient partie en 1914, elle en compte 360 en 1967 et 1410 en 1986. En 1998, on compte 185 000 patineurs inscrits dans les clubs affiliés. En 2012-2013, on compte 186 884 membres répartis dans 1 172 clubs. Skate Canada offre des programmes de patinage pour les patineurs de tous âges et niveaux de compétences, dont CANSKATE (le programme d’apprentissage du patinage), CANPOWERSKATE et SYNCHROSKATE, de même que des programmes d’évaluation et de compétition. Seulement les patineurs inscrits à un club affilié à Skate Canada peuvent tenter leur chance aux essais officiels. Skate Canada dispense aussi des cours pour les entraîneurs amateurs et professionnels.

Origines

Jusqu'au début des années 90, les figures imposées faisaient aussi partie des épreuves de patinage artistique. L'appellation anglaise « figure skating » y trouve d'ailleurs son origine. Le sport a commencé à progresser après 1742, avec la création de l'Edinburg Skating Club. Dans les années 1880, Saint-Moritz (Suisse) est le centre du patinage artistique; les patineurs de Grande-Bretagne y conçoivent de nouvelles figures et élaborent un système de points pour les évaluer. Pendant ce temps, l'école « viennoise » encourage une approche plus théâtrale du patinage libre en incorporant des mouvements de danse aux sauts et aux pirouettes. Dans les années 1860, Jackson Haines, maître de ballet américain, y ajoute la musique et crée le style qui deviendra plus tard le patinage libre.

La danse sur glace remonte aux années 1880 à Vienne et, dès 1885, à Halifax, on assiste à une valse exécutée sur la glace. En 1896, les premiers championnats mondiaux masculins officiels ont lieu à Saint-Pétersbourg (Russie). En 1906, des championnats féminins sont tenus séparément et le patinage en couple apparaît deux ans plus tard. Aux Jeux olympiques d’été de 1908 et de 1920, le patinage artistique est un événement contesté et est transféré aux Jeux olympiques d’hiver en 1924. Dès 1952, la danse sur glace figure au programme des championnats du monde et aux Jeux olympiques d’hiver en 1976.

Patinage artistique au Canada, 1850-1900

Au Canada, dans les années 1860, ce qu'on appelle alors le « patinage de fantaisie » gagne en popularité à la suite d'une tournée qu'effectue Haines dans l'Est et le centre du Canada en 1864. L'inauguration de nouvelles patinoires s'accompagne de démonstrations et, à Montréal, la patinoire Victoria accueille souvent des galas et des carnavals. F. Perkins de Toronto, patineur vedette de l'époque, gagne la Médaille d'or du Canada en 1867. La même année, le Skating Club de Montréal offre une coupe pour couronner un championnat amateur qui était ouvert aux patineurs du monde entier.

Louis Rubenstein est sans contredit le patineur artistique canadien le plus remarquable de la fin du XIXe siècle. Après avoir été couronné champion amateur des États-Unis en 1885 et en 1889, il remporte le championnat mondial non officiel à Saint-Pétersbourg en 1890. En 1891, le Montréalais George Meagher gagne une compétition ouverte considérée comme le Championnat du monde. Au cours des décennies suivantes, le patinage artistique suscite un intérêt croissant. En 1903, les prix Minto sont présentés par le gouverneur général lord Minto aux patineurs qui réussissent le mieux à l'épreuve des figures.

Organisation du sport, 1900-1950

En 1914, avec la création du Figure Skating Department of Canada (division de l'Association canadienne de patinage amateur), le patinage artistique est reconnu comme sport autonome, distinct du patinage de vitesse. Louis Rubenstein est le premier président de cette organisation qui regroupe le Minto Skating Club d'Ottawa et l'Earl Grey Skating Club de Montréal. Cette année-là, le premier championnat officiel de patinage artistique canadien a lieu à Ottawa.

En 1939, le département devient l'Association canadienne de patinage artistique (ACPA). Autonome depuis 1951, l'ACPA est affiliée à la Fédération internationale du patinage (ISU). En 2000, le nom de l’Association canadienne de patinage artistique est changé pour Skate Canada.

Meilleurs patineurs canadiens, 1924-1956 [H2]

Bien que le patinage artistique figure aux Jeux olympiques depuis 1908, le Canada n'y participe pas avant 1924, année des premiers Jeux d'hiver, tenus à Chamonix (France). Ceci Smith et Melville Rogers sont les premiers représentants canadiens. Smith est aussi la première femme à représenter le Canada dans une épreuve olympique. En 1930, elle se classe deuxième aux championnats du monde féminins et devient la première Canadienne à remporter une médaille dans une compétition internationale de patinage artistique.

En 1932, les championnats du monde ont lieu pour la première fois au Canada, à Montréal, et les patineurs canadiens Montgomery Wilsonet Constance Wilson-Samuel se classent respectivement deuxième et troisième dans leurs épreuves individuelles. La même année, Wilson est médaillé de bronze aux Olympiques de Lake Placid. Entre 1929 et 1939, Wilson sera huit fois champion canadien. Deuxième Guerre mondiale, le Canada établit sa réputation dans le monde du patinage artistique grâce à Barbara Ann Scottd'Ottawa. En 1944, à l'âge de 15 ans, Scott remporte son premier titre canadien. Patineuse exceptionnelle, elle est couronnée championne du monde en 1947 à l'issue de sa première compétition outre-mer. L'année suivante, elle gagne les championnats canadiens, américains, européens et mondiaux ainsi qu'une médaille d'or olympique. Aux Olympiques de 1948, la médaille de bronze remportée par Suzanne Morrow et Wallace Diestelmeyer marque le début des années de gloire pour le patinage en couple canadien. En 1954 et en 1955, Frances Dafoe et Norris Bowden deviennent les champions du monde et se classent deuxièmes aux Olympiques de 1956.

Meilleurs patineurs canadiens, 1956-1979

En 1957, Barbara Wagner et Robert Paul gagnent le premier de quatre titres mondiaux consécutifs et, en 1960, ils sont le premier couple non européen à se voir décerner le titre olympique. En 1962, Maria et Otto Jelinek, le premier couple à réussir des portés combinés à plusieurs rotations, remportent le championnat du monde et Debbi Wilkes et Guy Revell terminent deuxièmes aux Olympiques de 1964. À la fin des années 1970, les patineurs en couple juniors réalisent une excellente performance à l'occasion des championnats du monde juniors.

Parmi les patineurs individuels canadiens les plus remarquables, on trouve Donald Jackson, troisième aux Olympiques de 1960 et champion du monde en 1962, et Donald McPherson, champion du monde en 1963. Donald Jackson se distingue en étant le premier patineur à réussir un triple Lutz dans une compétition internationale. Un triple Lutz est un saut exécuté par en arrière sur la carre extérieure, assisté par un piqué et complétant trois révolutions dans les airs.

Un certain nombre de patineuses se sont aussi distinguées sur la scène internationale au début des années 1960. En 1962, Wendy Griner termine deuxième aux championnats du monde. La même année, la jeune Petra Burka révèle tout son talent en étant la première femme à exécuter un triple salchow lors d'une compétition. Un triple salchow est un saut sur la carre intérieure d’un pied à la carre extérieure de l’autre pied incluant trois révolutions dans les airs. Aux Olympiques de 1964, Burka termine troisième et remporte, l'année suivante, les championnats du monde.

Les années 70 sont dominées par Toller Cranston, patineur au style innovateur et champion canadien de 1971 à 1976. Il remporte quatre fois l'épreuve de patinage libre aux championnats du monde et il est médaillé de bronze aux Olympiques de 1976. Au début des années 1970, après s'être remise de fractures aux jambes, Karen Magnussen termine deuxième aux Olympiques de 1972 et est couronnée championne du monde en 1973. Vem Taylor vient s’ajouter à la liste des premiers patineurs canadiens à effectuer des sauts quand il devient la première personne à réussir un triple axel dans une compétition aux Championnats du monde à Ottawa, en Ontario en 1978. Un triple axel consiste en un saut de trois révolutions et demie dans les airs sur la carre avant.

Médailles canadiennes, 1980-1988

Dans les années 80, les patineurs canadiens comptent encore une fois parmi les meilleurs au monde. En 1984, la longue carrière de Barbara Underhill d'Oshawa (Ontario) et de Paul Martini de Woodbridge (Ontario) atteint son point culminant lorsqu'ils remportent le Championnat du monde en couple à Ottawa. Brian Orser de Belleville et Penetanguishene (Ontario), champion du titre senior canadien de 1981 à 1988, termine troisième aux Championnats du monde en 1983. Deuxième les trois années suivantes, il obtient une médaille d'argent aux Olympiques de 1984 et, en 1987, il remporte le titre mondial. Il est le premier à réussir deux triples axels au cours d'un même programme. Aux Olympiques de Calgary (1988), les Canadiens remportent des médailles dans trois des quatre épreuves de patinage. Orser est médaillé d'argent pour la deuxième fois consécutive; Elizabeth Manley remporte l'argent (patinage individuel), alors que Tracy Wilson et Robert McCall reçoivent le bronze (danse sur glace). Ces trois performances seront réitérées aux championnats mondiaux de 1988.

Médailles canadiennes, 1989-2000

Kurt Browning, premier patineur à réussir un quadruple saut en compétition en 1988, détrône Orser comme champion canadien en 1989 pour ensuite remporter trois Championnats du monde consécutifs (1989 à 1991). En 1992, il gagne une médaille d'argent aux Championnats du monde, tandis que le bronze va à Elvis Stojko. En 1993, dans des performances enlevantes, Kurt Browning et Elvis Stojko se disputent le titre de champion du monde. Elvis Stojko termine deuxième derrière Kurt Browning, qui remporte ainsi son quatrième titre mondial. Entre 1994 et 1997, Elvis Stojko est trois fois champion du monde et, en 1998, il est médaillé d'argent aux Olympiques de Nagano. En 2000, Stojko remporte une médaille d'argent aux Championnats du monde. Le succès de Kurt Browning et d’Elvis Stojko découle en partie de l’élimination en 1990 des figures imposées des compétitions individuelles. Auparavant, l’accent qui était mis sur les figures imposées avait affecté des patineurs canadiens comme Karen Magnussen et Brian Orser qui étaient forts sur le plan athlétique et artistique, mais qui n’étaient pas aussi habiles en ce qui a trait aux figures. Grâce à ce changement, les aspects athlétique et artistique des programmes de patineurs artistiques ont beaucoup plus de poids dans l’appréciation des juges.

Les patineurs canadiens connaissent aussi le succès dans les compétitions en couple avec Lloyd Eisler et Isabelle Brasseur. Aux Olympiques d'Albertville (1992), ils montent sur le podium et décrochent la médaille de bronze en patinage en couple. Aux championnats du monde de 1990 et 1991, Eisler et Brasseur remportent l'argent et, en 1992, ils obtiennent le bronze aux Championnats du monde et l’or en 1993.

Isabelle et Paul Duchesnay, des patineurs canadiens qui compétitionnent pour le Canada depuis 1985, moment où ils ont quitté pour représenter la France, sont les champions du monde de 1991 en danse sur glace. Renommés pour leur approche novatrice, ils remportent aussi l’argent aux Jeux olympiques de 1992. Shae-Lynn Bourne et Victor Kraatz remportent trois médailles de bronze. Aux Olympiques d'hiver de 1998, ils décrochent une quatrième place qui soulève beaucoup de controverse. Des accusations de vote trompeur de la part de certains juges (certains croyaient que Shae-Lynn Bourne et Victor Kraatz auraient dû monter sur le podium).

Scandale et Olympiques de 2002

Olympiques de Salt Lake en 2002 ne seront pas oubliés de sitôt par les patineurs canadiens, car le scandale baptisé « Skategate » en anglais éclate. Un scandale sur le système de notation qui touche les compétitions en couple. Chez les couples, l'équipe de Jamie Salé et David Pelletier dominent la compétition internationale en 2001; ils remportent les quatre principales compétitions, y compris les championnats du monde tenus à Vancouver. Aux Olympiques de 2002, Jamie Salé et David Pelletier s’inclinent devant le couple russe composé d’Elena Bereznaya et d’Anton Sikharulidze, une décision que plusieurs jugent comme étant injuste. Bientôt, la révélation par les médias d'une faute possible des juges élève Salé et Pelletier au rang de superstars et leur vaut un soutien international. Quatre jours plus tard, le Conseil de la Fédération internationale du patinage (ISU) devant la pression du Comité olympique qui appelait à l'action immédiate, déclare la juge française Marie-Reine le Gougne coupable de « faute » pouvant avoir privé Salé et Pelletier d'une médaille d'or méritée de l'avis de beaucoup. Finalement, deux médailles d'or sont présentées aux deux équipes lors d'une cérémonie spéciale. Peu après, Salé et Pelletier renoncent à défendre leur titre de champions du monde en mars 2002 à Nagano, au Japon.

La controverse autour de « Skategate » semble entacher le sport qui a déjà été durement ébranlé par le scandale de Lillehammer, en 1994, impliquant Nancy Kerrigan et Tonya Harding et la controverse entourant les juges de la compétition de danse sur glace à Nagano en 1998. Toutefois, le scandale de 2002 entraîne des changements positifs puisque l’Union internationale de patinage introduit un tout nouveau système de notation quantitative complexe basé sur l’écriture normalisée. Skate Canada a rapidement adopté le nouveau système pour l’utiliser au pays.

Les Jeux de Salt Lake seront également la dernière compétition olympique d'Elvis Stojko et du couple de danse Shae-Lynn Bourne et Victor Kraatz, tous trois compétiteurs de longue date. Le favori, Emanuel Sandhu, s'étant retiré peu avant la compétition à cause d'une blessure au genou, Stojko sera le seul patineur individuel masculin à représenter le Canada. Il finit huitième au classement général. La chute de Kraatz à la fin d'un long programme élimine le couple de la course aux médailles; il se place quatrième au classement général. La Canadienne, Jennifer Robinson, se classe septième.

Médailles canadiennes, 2003-2010

En 2003, Bourne et Kraatz remportent la médaille d'or en danse pour l'Amérique du Nord aux Championnats mondiaux, une première pour un couple nord-américain dans un événement dominé par les Américains et les Russes. En 2006, aux Jeux olympiques de Turin, le Canada monte sur le podium grâce à Jeffrey Buttle qui remporte la médaille de bronze. En 2006 toujours, les jeunes danseurs sur glace Tessa Virtue et Scott Moir remportent la première médaille d'or jamais remportée par le Canada aux Championnats mondiaux juniors. En 2008, Jeffrey Buttle devient champion du monde, le premier Canadien depuis Elvis Stojko, sacré champion en 1997, à remporter ce titre.

Jeux olympiques d’hiver de Vancouver en 2010 marquent une étape importante en danse sur glace pour le Canada. Le 22 février 2010, les patineurs Tessa Virtue et Scott Moir remportent la médaille d'or, ils deviennent ainsi les plus jeunes médaillés olympiques de ce sport. Après avoir obtenu des notes exceptionnelles dans les catégories « Programme obligatoire » et « Danse originale », le couple de danseurs sur glace était pressenti pour monter sur le podium. En programme libre, les jeunes patineurs ont donné le meilleur d'eux-mêmes et obtiennent 111,15 points, devançant de 2,6 points leurs partenaires d'entraînement, les Américains Meryl Davis et Charlie White. C'est la première médaille d'or que remporte le Canada en danse sur glace et la première médaille d'or jamais remportée par un duo nord-américain de danseurs sur glace.

Les Jeux olympiques de Vancouver de 2010 marquent également la première montée sur le podium d'une patineuse canadienne en compétition individuelle depuis la médaille d'Elizabeth Manley en 1988, Joannie Rochette dont la mère avait succombé à une crise cardiaque quelques jours seulement avant le début de la compétition livre une performance hautement émotionnelle tant dans le programme court que dans le programme long et remporte la médaille de bronze.

Aux Championnats mondiaux de 2010, le Canadien Patrick Chan remporte l’argent dans l’épreuve masculine de patinage en simple tandis que Tessa Virtue et Scott Moir décrochent la médaille d’or à la compétition de danse sur glace.

Patinage artistique au Canada, 2011 à aujourd’hui

En 2011, Patrick Chan remporte les Championnats mondiaux. Les jugent lui accordent une marque totale qui établit un nouveau record mondial de 280,98. Les deux années suivantes (2012-2013), Patrick Chan devient le troisième patineur canadien après Kurt Browning et Elvis Stojko à gagner trois Championnats mondiaux. Tessa Virtue et Scott Moir se classent au deuxième rang en danse sur glace aux Championnats mondiaux en 2011 et décrochent le premier rang en 2012. Ils remportent la deuxième place à nouveau en 2012. En 2013 et en 2014, le couple de patineurs composé de Meagan Duhamel et Eric Radford remportent le bronze aux Championnats mondiaux en couple.

Aux Jeux olympiques d’hiver de 2014, un nouveau couple de patineurs s’ajoute et l’équipe canadienne remporte la médaille d’argent dans cet événement inaugural. Patrick Chan, malgré le fait qu’il se vantait d’être à la maison pour remporter l’épreuve masculine de patinage en simple, éprouve des difficultés pendant son programme et termine en seconde place. Tessa Virtue et Scott Moir, malgré une performance époustouflante, finissent en deuxième dans la compétition de danse sur glace. Il en résulte une controverse entourant l’entraînement et la notation (voir Virtue et Moir). Ni Patrick Chan ni Tessa Virtue et Scott Moir ne participent aux Campionnats mondiaux de 2014.

Championnats mondiaux canadiens

En 1932, les Championnats du monde de l’Union internationale de patinage ont lieu pour la première fois au Canada, à Montréal. Depuis, l’événement s’est déroulé au Canada à maintes reprises : Vancouver (1960), Calgary (1972), Ottawa (1978 et 1984), Halifax (1990), Edmonton (1996), Vancouver (2001) et London en Ontario (2013).

Patinage synchronisé

Le patinage synchronisé (appelé patinage de précision auparavant) est une épreuve de patinage d’équipe dans laquelle 8 à 20 patineurs se déplacent en une seule unité pour réaliser des chorégraphies de formations et de configurations à grande échelle comme des rondes et des lignes. La popularité des compétitions de patinage synchronisé grandit au Canada. Les Championnats nationaux de patinage synchronisé ont lieu pour la première fois en 1983. La première compétition de patinage de précision approuvée au niveau international se tient en 1995. En 2000, l’équipe canadienne « black ice » termine deuxième aux premiers Championnats mondiaux de patinage synchronisé; l’équipe canadienne NEXXICE remporte l’or à l’événement en 2009. En 2003, c’est à Ottawa en Ontario que se déroule l’événement, ce qui représente la première fois où il est tenu au Canada.

Spectacles sur glace au Canada

Depuis les années 1930, les spectacles sur glace sont populaires au Canada. Ces spectacles costumés présentent des patineurs professionnels appuyés par de larges ensembles de patineurs exécutant des numéros semblables aux productions de Las Vegas. Le Toronto Skating Club monte le spectacle de patinage « Carnivals » au Maple Leaf Gardens au milieu des années 1930. Ce spectacle rassemble des ballets sur glace, des champions olympiques et des étoiles internationales du patinage. Cependant, la plupart des premiers spectacles sur glace présentés au Canada sont donnés par des troupes américaines comme les Ice Follies, qui se produisent pour la première fois à Toronto en 1941, et les Ice Capades qui donnent un spectacle à Toronto en 1943 et au Forum de Montréal en 1941 pour y retourner ensuite annuellement, donnant souvent des représentations dans d’autres villes canadiennes. En décembre 1938, la Hollywood Ice Revue, un spectacle sur glace auquel prend part le champion olympique norvégien Sonja Henje et le champion canadien de patinage en couple Stewart Reburn, attire une grande foule à Toronto.

Parmi les patineurs canadiens qui se sont produits avec les Ice Capades, les Ice Follies et les autres spectacles sur glace, on compte Michael J.R. Kirby, Barbara Ann Scott, Barbara Wagner et Robert Paul, Linda Carbonetto, Toller Cranston (qui possède aussi son propre spectacle au milieu des années 1970, Toller Cranston's The Ice Show), Maria et Otto Jelinek, Guy Revell, Brian Pockar, Lynn Nightingale, Barbara Ann Underhill et Paul Martini, Elizabeth Manley, Ron Shaver et Kay Thomson. Plus récemment, un certain nombre de patineurs canadiens ont participé à Stars on Ice, notamment Toller Cranston, Shae-Lynn Bourne et Victor Kraatz, Isabelle Brasseur et Lloyd Eisler, Tessa Virtue et Scott Moir, Kurt Browning, Jeffrey Buttle, Patrick Chan, Josée Chouinard, Meagan Duhamel et Eric Radford, Cynthia Phaneuf, Joannie Rochette et Elvis Stojko.

Patinage artistique et télévision

La diffusion des compétitions de patinage à la télévision atteint un vaste public au Canada et aide à populariser le sport en tant qu’événement sportif populaire. Plusieurs émissions spéciales de patinage ont présenté des patineurs canadiens; par exemple, Brian Orser a remporté un Emmy en 1990 pour sa performance de patinage dans Carmen on Ice. L’émission de télé-réalité populaire Battle of the Blades, dans laquelle des patineuses font équipe avec des joueurs de hockey, est diffusée pour la première fois en 2009. W Network diffuse la série Tessa et Scott, mettant en vedette les deux patineurs Tessa Virtue et Scott Moir.