Saskatoon, Sask, const. en 1906, pop 222 189 (recens. 2011), 202 408 (recens. 2006). Première ville en importance de la Saskatchewan, Saskatoon est située au cœur d'une région boisée et au relief ondulé. Traversée par la Rivière Saskatchewan Sud, qui coule vers le nord, elle se trouve, à vol d'oiseau, à 235 km au nord-ouest de REGINA. La ville est un centre de service régional pour les prairies du Nord, le centre et le nord de la province. Elle est réputée pour son réseau de parcs et de sentiers longeant la rivière, ses larges rues bordées d'arbres et le campus enchanteur de l'Université de la Saskatchewan.

Peuplement

On trouve, sur les deux sites de Gowen, des vestiges révélant la présence, il y a quelque 6000 ans, de tribus de chasseurs. Les vestiges stratifiés des sites amérindiens de Tipperary Creek (maintenant devenu Wanuskewin) révèlent que les lieux étaient occupés par des tribus autochtones en hiver. Cette région a d'abord été principalement habitée par des Cris et des Métis, auxquels sont venus s'ajouter des Dakotas (Sioux) réfugiés des États-Unis, qui se sont installés à Moose Woods, une réserve située au sud de Saskatoon, en 1881.

En 1882, une équipe d'arpenteurs dirigée par le commissaire John Lake arrive pour inspecter les terres concédées à la Temperance Colonization Society de Toronto. Sur l'avis du chef Whitecap des Dakota (Sioux), on choisit un emplacement sur la rive est comme lieu d'implantation de la colonie. Le nom de la ville « Saskatoon » provient peut-être du mot cri Mis-Sask-quah-toomina, qui désigne l'amélanche, petit fruit très répandu dans la région. Les premiers colons arrivent en 1883, mais de maigres récoltes et la Rébellion du Nord-Ouest ne favorisent pas la croissance immédiate de la colonie.

Croissance

En 1890, la ligne de chemin de fer Regina-Prince Albert, qui traverse Saskatoon, provoque l'essor d'un nouveau centre commercial du côté ouest de la rive, en terrain plus plat. La nouvelle localité prend le nom de Saskatoon, tandis que la colonie originale devient Nutana. Un troisième peuplement, Riverdale (aujourd'hui Riversdale), prend naissance au sud de la gare de marchandises. Les trois sont constitués en municipalité (1901-1905) et, en 1906, après leur fusion, elles forment la ville de Saskatoon.

Au cours des sept années suivantes, Saskatoon devient un carrefour ferroviaire important dans l'Ouest canadien, comprenant les trois chemins de fer intercontinentaux, notamment avec la ville ferroviaire de Sutherland, qui se développe à sa périphérie est. Elle connaît un essor rapide et affirme sa vocation comme centre de distribution. L'université de la province s'y installe en 1909. Cet essor entraîne une surenchère du prix des terres et l'adoption de programmes de lotissement urbain trop ambitieux. Les taux d'intérêt élevés et le resserrement monétaire entraînent, à Saskatoon comme dans toutes les villes de l'Ouest, une récession exacerbée par la Première Guerre mondiale. Une deuxième période de prospérité a lieu au milieu des années 1920, mais est arrêtée par la Crise des années 30, qui frappe Saskatoon particulièrement fort.

C'est seulement après la Seconde Guerre mondiale que le développement de la ville reprend avec intensité. Au cours des années 1950, une économie agricole prospère et la migration des populations rurales vers la ville font de Saskatoon une des villes dont la croissance est la plus rapide au Canada. Entre 1955 et 1961, elle continue à connaître une forte expansion. Avec l'ouverture de mines de potasse (1958) à proximité, et de mines d'uranium dans le nord de la province, sa croissance se poursuit pendant les années 1960 et 1970.

Dans les années 1980, le marché de l'uranium décline, mais est compensé par l'émergence de nouvelles industries de haute technologie. De nouvelles usines sont construites. La demande croissante de potasse et d'uranium, l'implantation d'activités minières pour l'or et le diamant et une industrie de la biotechnologie agricole dynamique font que Saskatoon continue de prospérer depuis les années 1990.

Paysage urbain

Située sur des dépôts glaciaires, au milieu des méandres d'une rivière importante, Saskatoon présente une topographie agréable et diversifiée. À proximité, deux lacs en forme de croissant (Moon et Pike) se prêtent à des activités récréatives. La rivière est enjambée par sept ponts routiers et ferroviaires, dont le Traffic Bridge (1907) et le 42nd-Street Bridge (1983), lequel constitue une partie du boulevard périphérique de la ville. Dominant la rive ouest, en contrebas, se dressent l'hôtel Bessborough (de style château), l'église Knox United, les cathédrales St. John's (anglicane) et St. Paul's (catholique). Sur la rive Est, plus élevée, on aperçoit de belles résidences et les édifices de l'université.

Les trois localités qui ont constitué la ville à l'origine sont encore identifiables. Nutana, seul lieu d'implantation d'une colonie, se démarque par sa rue d'anciennes résidences, ses vieilles écoles et le plus ancien quartier des affaires (avenue Broadway). Dans le cœur du centre-ville, on trouve des édifices anciens ou construits à l'époque de l'essor de la ville, comme le Land Titles Building, le Canada Building, la gare du Canadien Pacifique et le temple de l'Église unie de la 3e Avenue. Le Rumely Tractor Building domine le quartier des entrepôts. Les écoles de type « château » construites en période de prospérité sont d'importants éléments architecturaux de la ville, tout comme les belles maisons de Nutana, Caswell Hill et City Park. On compte, dans Riversdale, deux cathédrales ukrainiennes, tandis que le quartier Caswell Hill s'enorgueillit de grandes résidences.

Parmi les nouvelles constructions dignes de mention, on trouve le Saskatoon Centennial Auditorium (appelé maintenant le TCU Place - Arts and Convention Centre; 1968), l'édifice en pierre du gouvernement provincial (1979), la Saskatchewan Place (appelée maintenant le Credit Union Centre; 1988) et le City Hospital (1993).

Bien que des plans d'urbanisme ambitieux aient été proposés en 1911 et en 1913, il faudra attendre jusqu'en 1929 pour qu'un plan de zonage soit établi. Les terrains acquis par la Ville à la suite de leur abandon par leurs propriétaires au cours des deux périodes de crise vécues par Saskatoon forment le noyau de la réserve foncière que la Ville constitue en 1957 en achetant progressivement les propriétés disponibles sur le marché. Le retrait des anciennes gares de triage et de leurs passerelles piétonnières caractéristiques (1964-1965) permet l'aménagement d'un centre commercial au centre-ville.

Au milieu des années 1970, les citoyens obtiennent que soit créée la Meewasin Valley Authority (1979), dont la mission est de préserver les berges de la rivière. Le projet River Landing est actuellement mis de l'avant sur la rive sud de la rivière, au centre-ville. La première phase comprend un parc riverain, une berge, une salle de spectacle et un centre urbain à usages multiples. Le secteur nord fait actuellement l'objet d'une recrudescence de constructions résidentielles et le marché exerce des pressions pour que la municipalité régionale de Corman Park augmente la superficie vouée à cette fin.

Population

Les premiers colons arrivent de l'est du Canada, du Royaume-Uni et des États-Unis. Plus tard, des immigrants originaires des principaux pays d'Europe, notamment de l'Ukraine et de l'Empire austro-hongrois, se joignent à la colonie. Les groupes religieux persécutés (mennonites, huttérites et doukhobors) qui ont trouvé refuge en Saskatchewan ont une grande influence sur l'identité culturelle de la ville de Saskatoon. De 1946 à 1960, la ville connaît une immigration continue, notamment avec les épouses de guerre.

Une migration importante des populations rurales vers la ville et un agrandissement du territoire de la municipalité, notamment avec l'annexion de la ville de Sutherland (1956), contribuent eux aussi à l'accroissement démographique. Au cours des décennies suivantes, on assiste à l'arrivée d'importants contingents d'immigrants venus de l'Inde, du Pakistan et de la Chine, puis des Philippines, du Vietnam et de l'Amérique latine. Le mouvement migratoire de la campagne vers la ville continue et la population autochtone connaît une croissance rapide.

Économie et main-d'œuvre

En raison de sa dépendance de l'agriculture, Saskatoon a connu bien des périodes de croissance et de ralentissement. Son tout premier essor a lieu en 1903, avec l'arrivée des colons de Barr. Il est suivi par le boom immobilier de 1911-1912. D'autres cycles suivent. Toutefois, la diversification continue, qui a commencé avec l'expansion de l'industrie minière dans les années 1970, a atténué cette tendance jusqu'au boom de 2007. Les prix des maisons ont connu une hausse de plus de 50 % et les conversions en condominiums se sont produites à une vitesse record. Les hausses de prix sont principalement attribuées aux anciens résidants qui reviennent, à la hausse de la migration et à une économie prospère.

Parmi les tendances récentes, on note une augmentation marquée des industries de technologie de pointe et de la fabrication qui viennent servir les secteurs de l'agriculture et de l'exploitation des ressources. Saskatoon demeure un centre de distribution et de commerce de détail ainsi qu'un centre de services de santé et d'éducation, de services commerciaux et miniers, de transformation alimentaire et de recherche. Les capacités de recherches de l'université et la présence de l'Innovation Place Research Park ont une influence importante sur l'économie de Saskatoon, particulièrement dans le domaine de la technologie de l'information et celui de la biotechnologie agricole, qui prend de l'expansion. Les membres des Premières nations jouent un rôle sans cesse grandissant dans l'économie.

Transports

Saskatoon est située sur la route transcontinentale de Yellowhead. Cinq ponts routiers enjambent la rivière Saskatchewan Sud et une route périphérique presque terminée traverse la ville. L'inauguration, en 1884, d'un service de traversier marque les débuts du transport en commun. Ses activités se poursuivront jusqu'en 1907, soit jusqu'à la construction du premier pont. En 1913, des tramways commencent à circuler, puis sont remplacés graduellement par des trolleybus et, enfin, par des autobus. Bien qu'elle ne soit plus un centre ferroviaire comme au début des années 1900, Saskatoon est encore desservie par la ligne principale transcontinentale du Canadien National (CN) et une ligne secondaire du Canadien Pacifique (CP) pour le transport de marchandises. Via Rail maintient un service minimal de transport transcontinental à l'intention des voyageurs.

En 1919, Keng Wah Aviation entraîne de jeunes pilotes de la Chine nationaliste à Saskatoon. Pendant la Seconde Guerre mondiale, la ville accueille l'une des écoles du Programme d'entraînement aérien du Commonwealth. L'aéroport actuel, John G. Diefenbaker, dessert le Canada et les États-Unis. Le service d'autocar provincial est assuré par la Saskatchewan Transportation Company et le service de transport à longue distance par Greyhound Lines of Canada Ltd. La situation centrale de Saskatoon permet à plus de 100 compagnies locales de transport de marchandises d'y exercer leurs activités.

Communications

Saskatoon possède dix stations de radio, incluant une station de radio communautaire, et trois stations de télévision. SaskTel, la compagnie de téléphone de la province, est encore le premier fournisseur de services de télécommunications, même si des compagnies extérieures s'infiltrent dans ce marché. La ville compte deux journaux : un quotidien, le Star-Phoenix, et un hebdomadaire agricole, le Western Producer. Un magazine indépendant, le Planet S. Saskatchewan Business, la revue littéraire Grain et le périodique annuel Saskatoon History Review y sont aussi publiés. Parmi les éditeurs, on trouve Thistledown Press, pour les publications littéraires, la maison Purich Publishing, spécialisée dans le domaine du droit, de l'agriculture et des questions autochtones, et l'Université de Saskatoon. SaskTel fournit l'accès à internet à la population ainsi qu'à d'autres fournisseurs de services Internet. Un service libertel local, exploité par des bénévoles, est offert.

Administration et politique

La charte de 1906 spécifie que la Ville doit être dirigée par une commission dont les principaux responsables sont le maire et un ou plusieurs commissaires mandatés par le gouvernement. Au début, ce mode d'administration est critiqué, mais la direction énergique du commissaire C.J. Yorath (1913-1921) lui assure des assises solides. À l'occasion des premières élections aux postes de conseillers, les hommes peuvent voter dans chaque quartier où ils possèdent une propriété. En 1920, le système des quartiers est aboli, en même temps que les femmes obtiennent le droit de vote. En 1973, les élections par quartier sont réintroduites par le gouvernement provincial; elles sont abolies de nouveau en 1988, puis réintroduites en 1991 devant l'insistance des citoyens.

Actuellement, le conseil municipal se compose d'un maire et de dix conseillers, soit un pour chaque quartier, dont le mandat est de trois ans. Deux comités permanents et plusieurs comités consultatifs siègent à l'hôtel de ville. Il existe d'autres bureaux et comités où l'on trouve aussi des citoyens. Les rapports entre les administrations municipale et provinciale sont définis par l'Urban Municipality Act (1984) et, dans une moindre mesure, par la Planning and Development Act (1983). La Meewasin Valley Authority s'occupe de l'aménagement des berges de la rivière.

Vie culturelle

L'Université de la Saskatchewan et ses collèges confessionnels affiliés, le Saskatchewan Institute of Applied Sciences and Technology (SIAST)-Kelsey Institute, le First Nations University of Canada (campus de Saskatoon) et la bibliothèque publique de Saskatoon sont les principaux établissements d'enseignement de la ville.

Un climat culturel propice a favorisé l'éclosion d'une colonie dynamique d'écrivains. Les romanciers Farley Mowat, Max Braithwaite et Edward McCourt et la poétesse Anne Szumigalski ont élu domicile à Saskatoon. Parmi les auteurs contemporains de l'endroit, mentionnons la poétesse primée Elizabeth Brewster ainsi que le lauréat du Prix du Gouverneur général, le romancier Guy Vanderhaeghe, le biographe Bob (Robert) Calder et l'historien Bill Waiser.

Les arts de la scène ne sont pas en reste non plus, la ville comptant trois troupes de théâtre professionnelles, Persephone, 25th Street Theatre et Shakespeare on the Saskatchewan. On y trouve aussi La Troupe de Jour, une troupe francophone de théâtre amateur, les Saskatoon Gateway Players et le Fringe Festival.

La ville possède en outre son propre orchestre symphonique et elle compte des compagnies d'opéra, des chorales, des groupes de musique folklorique, des orchestres et une compagnie de jazz qui se produit au festival de jazz annuel de la Saskatchewan. La chanteuse de folk Joni Mitchell et le pianiste de jazz John Ballantyne ont grandi à Saskatoon. Lyell Gustin, professeur canadien de musique bien connu, s'y est installé. Les associations ethniques sont chapeautées par la Saskatchewan Intercultural Association et présentent leurs spectacles à l'occasion du Folkfest. Saskatoon est réputée pour son ensemble de ballet folklorique ukrainien. Le Centennial Auditorium est le principal lieu de présentation des arts de la scène, et le Broadway Theatre compte parmi les quelques salles à présenter encore du cinéma de répertoire au Canada.

Les principales galeries d'art de la ville sont la Mendel Art Gallery, sur les berges de la rivière; la Kenderdine Gallery, abritée par l'université; la collection d'art primitif canadien du Nutana Collegiate; l'A.K.A. Gallery, galerie d'art actuel; la Photographers' Gallery et la Saskatchewan Craft Gallery. La faculté des arts de l'université a une forte influence sur le plan artistique, surtout par l'entremise des Emma Lake Artsists' Workshops. Ernest Linder, William Perehudoff et Dorothy Knowles sont des artistes de renommée internationale, tout comme Eli Bornstein, directeur de la revue The Structurist.

Les principaux musées de la ville sont le Western Development Museum, réputé pour sa rue des pionniers et sa superbe collection de machines agricoles et de voitures anciennes, le Diefenbaker Canada Centre, l'Ukrainian Museum of Canada et le Meewasin Valley Centre. L'université possède plusieurs musées, dont le plus spectaculaire, le Musée de géologie et de biologie, possède des répliques de dinosaures. Parmi les lieux historiques, on trouve la résidence Marr (1884), utilisée comme hôpital de campagne pendant la Rébellion du Nord-Ouest; la maison Trounce (1883), la plus ancienne de Saskatoon; le cimetière des pionniers (Nutana); la Stone School House (1887); la Rugby Chapel (1911); et la tombe de John G. Diefenbaker, au bord de la rivière. Deux sites historiques ont récemment été restaurés : le théâtre d'atmosphère Roxy (1930) et le College Building (1912), à l'université, un site historique provincial et national.

Le charmant Forestry Farm Park and Zoo se trouve à l'endroit où était située l'une des deux pépinières du Service fédéral de sylviculture (1913). Le Wanuskewin Heritage Park, un site du patrimoine d'importance internationale, est un lieu d'interprétation de la culture et de l'histoire des autochtones des plaines. L'exposition annuelle, la Saskatoon Prairieland Exhibition, a célébré son 110e anniversaire en 1996.

L'équipe de hockey junior, les Blades, et celle de football, les Hilltops (13 fois championnes canadiennes, dont la dernière fois en 2007), ainsi que les équipes de hockey et de football universitaires, les Huskies, sont les équipes les plus connues. Saskatoon a eu une équipe de hockey professionnelle dans les années 1920 et les années 1950, et un certain nombre d'équipes de balle rapide connues à l'échelle du pays. Parmi les célébrités du sport originaires de Saskatoon, citons Ethel Catherwood, médaillée du saut en hauteur aux Jeux olympiques de 1928; Gordie Howe, joueur de hockey; Diane Jones Konihowski, athlète du pentathlon; et Catriona Le May Doan, patineuse de vitesse. Saskatoon a été l'hôte de nombreux événements sportifs nationaux et a accueilli le Championnat mondial de hockey junior en 1990. La ville compte de nombreuses installations sportives et de loisirs dont le Gordie Howe Park, le Harry Bailey Aquatic Centre (1976), le Saskatoon Field House (1978-1979), la marina (1987) et la Saskatchewan Place (1988).

Les sentiers et les parcs sur les berges de la rivière constituent une attraction supplémentaire, particulièrement le barrage-déversoir de Saskatoon avec sa colonie estivale de pélicans. À l'extérieur de la ville, la Beaver Creek Conservation Area et les Cranberry Flats sont des centres de découverte de la nature, tandis que les parcs provinciaux voisins de Pike Lake et de Blackstrap, qui possède une montagne artificielle, offrent des possibilités d'activités récréatives aquatiques et de camping.