Victoriaville

 Victoriaville, ville du Québec; pop. 40 486 (recens. 2006), 38 841 (recens. 2001); const. en 1993. Victoriaville est le résultat de la fusion des villes de Victoriaville (const. en 1890) et d'Arthabaska (const. en 1903), ainsi que de la paroisse de Sainte-Victoire-d'Arthabaska (1860). Pendant une brève période après sa fusion, elle est connue sous le nom de Victoriaville-Arthabaska. Le nom de la nouvelle ville soulève une controverse et est décidé par référendum. Elle est située sur la rivière Nicolet dans le Piémont appalachien, à 117 km au sud-ouest de la ville de QUÉBEC.

Elle porte à l'origine le nom d'un homme d'affaires local, Demersville, mais est renommée en 1861 pour honorer la reine VICTORIA. Au début, Victoriaville n'est qu'une petite gare du chemin de fer GRAND TRUNK entre Richmond et Québec. Aujourd'hui, elle est réputée pour ses usines de meubles, de vêtements, de cercueils et de bateaux, pour ses érablières et pour la mise en marché des produits agricoles locaux, notamment les produits de l'érable. Centre administratif du comté d'Arthabaska, elle est située au coeur de la région des Bois-Francs, et sa croissance ainsi que son dynamisme lui valent à juste titre le surnom de « Reine des Bois-Francs ».

Ses principales attractions sont le Musée Laurier, l'ancienne résidence d'été de style victorien de Sir Wilfrid LAURIER (1876), la Maison Suzor-Côté (1859), où est né le peintre Marc-Aurèle de Foy SUZOR-CÔTÉ, et l'École québécoise du meuble et du bois ouvré, unique au Québec pour la conception de meubles en bois. Par ailleurs, chaque année, la ville accueille le Festival international de musique actuelle.