Albertosaurus

Albertosaurus est un genre des grands dinosaures carnivores appelés théropodes. Il vivait il y a entre 73,1 et 69,6 millions d’années. On a découvert de ses restes osseux seulement dans le centre sud de l’Alberta, dans la formation géologique de Horseshoe Canyon (voir Badlands). Albertosaurus trônait au sommet des prédateurs dans son écosystème. Son proche parent, Tyrannosaurus rex, n’est apparu qu’environ un million d’années après son extinction. Albertosaurus est le premier dinosaure carnivore découvert au Canada, par Joseph Burr Tyrrell en 1884.

Albertosaurus est un genre des grands dinosaures carnivores appelés théropodes. Il vivait il y a entre 73,1 et 69,6 millions d’années. On a découvert de ses restes osseux seulement dans le centre sud de l’Alberta, dans la formation géologique de Horseshoe Canyon (voir Badlands). Albertosaurus trônait au sommet des prédateurs dans son écosystème. Son proche parent, Tyrannosaurus rex, n’est apparu qu’environ un million d’années après son extinction. Albertosaurus est le premier dinosaure carnivore découvert au Canada, par Joseph Burr Tyrrell en 1884.


Description

Albertosaurus

Albertosaurus is one of more than 100 species of dinosaurs discovered in Alberta.

("Albertosaurus" by Cryptonaut is licensed under CC BY-NC-SA 2.0.)

Albertosaurus marchait sur deux pattes et pouvait mesurer jusqu’à 10 m de longueur ‒ à peu près la longueur d’un autobus scolaire. Il pesait entre 1,3 et 2,5 tonnes. Comme d’autres membres célèbres de la famille Tyrannosauridæ , il avait de puissantes pattes arrière et de courtes pattes avant, terminées par deux doigts. Sur un coucourt reposait un énorme crâne robuste qui pouvait faire jusqu’à 1 m de longueur. Albertosaurus et son proche parent Gorgosaurus font partie de la sous-famille Albertosaurinæ, caractérisée par une carrure moins massive et des pattes relativement plus longues que la sous-famille Tyrannosaurinæ (p. ex., Tyrannosaurus rex, Daspletosaurus). Ces différences ont amené certains paléontologues à penser qu’ Albertosaurus ait pu être un prédateur rapide.

Ses dents a u nombre de 34 à 38 à la mâchoire supérieure et de 28 à 32 à la mâchoire inférieure, tranchantes comme un couteau à steak, étaient clairement faites pour entailler la chair.

Si plusieurs théropodes étaient couverts de plumes d’aspect capillaire, rien ne permet d’affirmer encore que c’était le cas d’Albertosaurus, ou de tout autre tyrannosauridé d’ailleurs.Des empreintes de peau fossilisée révèlent qu’il avait plutôt des écailles, mais commeces empreintes ne correspondent qu’à une petite partie du corps, on ne peut écarter l’idée qu’Albertosaurus ait pu avoir des plumes par endroits, servant peut-être à distinguer les individus ou à faire la cour. Devant chaque œil, des protubérances osseuses, comme de petites cornes, avaient probablementces mêmes fonctions, auquel cas leurs écailles étaient peut-être colorées.

Aire de répartition et habitat

On trouve des restes fossiles d’Albertosaurus dans des affleurements de la formation de Horseshoe Canyon, dans le centre sud de l’Alberta. On en trouve aussi loin au nord qu’Edmonton et aussi loin au sud que Drumheller, et la datation les situe entre 73,1 et 69,6 millions d’années. On a aussi mis au jour des dents, des os et des empreintes de pied de tyrannosauridés encore plus au nord (formation de Wapiti), à l’ouest (formation de Brazeau) et au sud (formation de St. Mary River, en Alberta et au Montana). On ne sait pas cependant si ces fossiles appartiennent à Albertosaurus ou à d’autres espèces des tyrannosauridés.

Albertosaurus vivait dans la plaine côtière subtropicale du littoral ouest de la Mer intérieure occidentale, une mer intérieure qui reliait l’actuel océan Arctique au golfe du Mexique et divisait l’Amérique du Nord en deux. Selon les baisses du niveau de la mer, l’évolution des conditions de drainage et les fluctuations du climat survenues en près de quatre millions d’années, Albertosaurus a dû s’adapter à différents habitats, depuis les milieux humides et chauds jusqu’au plus froid et sec des milieux boisés. Conifères et gingkos dominaient alors la végétation et formaient le couvert forestier, tandis que le sous-bois était le domaine des fougères et desplantes à fleurs.

Reproduction et développement

Bien qu’on suppose qu’ils étaient ovipares, on n’a pas découvert d’œufs ou de fragments de coquilles d’œufs d’Albertosaurus ou de tout autre tyrannosauridé. C’est peut-être parce qu’ils faisaient leurs nids en des endroits où leurs œufs n’ont guère pu être ensevelis par les sédiments fluviaux et finir par se fossiliser. Une étude récente donne à penser toute fois que, comme de nombreux lézards et tortues, ils pondaient des œufs à coquille molle, moins susceptibles de se fossiliser que les œufs à coquille rigide.

Régime alimentaire

Comme tous les tyrannosauridés, Albertosaurus était carnivore. Des marques de ses dents relevées sur des os montrent qu’au stade adulte, il se nourrissait fréquemment d’herbivores géants comme les dinosaures à cornes (cératopsiens) ou à bec de canard (hadrosaures). On sait que les grands de la famille comme Tyrannosaurus rex et Daspletosaurus étaient capables de broyer et d’ingérer des os, mais c’était peut-être moins courant chez Albertosaurus et Gorgosaurus, dont les mâchoires étaient adaptées autrement.

Albertosaurus Skeleton

An Albertosaurus skeleton on display at the Royal Tyrrell Museum of Palaeontology in Drumheller, Alberta.

("Poised Over His Kill" by Jerry Bowley is licensed under CC BY-NC-SA 2.0.)

Comportement

Les fortes mâchoires d’Albertosaurus lui permettaient d’attraper sa proie et de ne pas la lâcher. En comparaison, la plupart des autres théropodes se contentaient de lacérer la chair à coups de morsures, comme le font les varans d’aujourd’hui. Les petites pattes avant étaient trop courtes pour servirà la capture.

Le comportement social d’Albertosaurus fait l’objet d’un débat. Un dépôt d’ossements découvert dans le parc provincial de Dry Island Buffalo Jump contient les restes de nombreux individus (entre 12 et 16, selon les méthodes d’estimation) dont l’âge varie entre 2 et 28 ans. Certains voient dans cette accumulation de fossiles la preuve de mœurs grégaires chez Albertosaurus. D’autres objectent qu’un tel amas d’ossements a pu résulter d’un événement catastrophique, qui aurait balayé un groupe d’individus réunis durant une sécheresse, par exemple. La scène mise au jour n’éclaire donc pas nécessairement le comportement typique d’Albertosaurus.

Découverte


Albertosaurus est exhumé pour la première fois au bord de la rivière Red Deer, près de l’endroit où se trouve aujourd’hui la ville de Drumheller, en Alberta, par Joseph Burr Tyrrell, un géologue à l’emploi de la Commission géologique du Canada. Représenté par un crâne muni de dents, le spécimen de Tyrrell est le premier dinosaure carnivore qu’on découvre au Canada et le premier squelette dinosaurien digne de ce nom qu’on découvre en Alberta. On croit au début que ce crâne est celui d’un théropode déjà connu,Lælaps incrassatus. Ce n’est qu’après la découverte et la description deTyrannosaurusrexen 1905 que le spécimenestreconnu comme une espèce distincte de théropode, qu’on baptise Albertosaurus en l’honneur de la province de l’Alberta, crée officiellement la même année.

En 1910, une expédition dirigée par Barnum Brown pour le compte de l’American Museum of Natural History découvre un dépôt d’ossements abritant plusieurs spécimens d’Albertosaurus. En l’espace d’environ deux semaines, elle recueille les restes d’au moins neuf individus, principalement des os de jambe et de pied. Pendant des décennies, ces objets sont mentionnés çà et là dans des publications, sans jamais faire l’objet d’une étude détaillée. En 1997, Philip J. Currie, qui travaille alors au Royal Tyrrell Museum of Palæontology, étudie des photographies et des notes de terrain datant de 1910 etre découvre le dépôt mis au jour par Brown, dans ce qui est aujourd’hui le parc provincial de Dry Island Buffalo Jump. De 1998 à 2010, le Royal Tyrrell Museum et l’Université de l’Alberta reprennent les fouilles de plus belle et exhument des centaines d’ossements représentant plusieurs individus (voir Comportement, ci dessus). À ce jour, les paléontologues ont découvert environ 13 squelettes et au moins un dépôt d’ossements d’Albertosaurus.

External Links: