Raisin d'ours

On trouve le raisin d'ours partout au Canada sur des sols secs et sablonneux (souvent appelé « raisin des sables »). On le trouve aussi sur des terrasses en gravier, des dunes de sable et dans la forêt boréale.

Raisin d
Le raisin d'ours cro\u00eet partout au Canada en sol sec et sablonneux; il sert de couverture végétale et permet de contr\u00f4ler l'érosion dans la ligne de partage des eaux (illustration de Claire Tremblay).

Raisin d'ours

Le raisin d'ours, ou kinnickinnick, est un arbrisseau rampant à feuillage persistant de famille de la bruyère. Les tiges rampantes et souples atteignent jusqu'à 2 m de long. Elle sont couvertes d'écorce filamenteuse rougeâtre et portent des feuilles alternes, oblongues et vert foncé. Les fleurs sont petites, luisantes, en forme de calice, blanches ou roses, teintées de rouge. Elles poussent en petites grappes, à l'extrémité des tiges, tard au printemps et au début de l'été et se développent en fruits charnus rouge brillant. Le nom du genre Arctostaphylos vient du grec arctos, qui signifie « ours », et staphylos, « grappe de raisins ». Le nom de l'espèce Uva-Ursi (du latin uva, qui signifie « grappe de raisins », et ursus, « ours ») veut littéralement dire « raisin d'ours ».

On trouve le raisin d'ours partout au Canada sur des sols secs et sablonneux (souvent appelé « raisin des sables »). On le trouve aussi sur des terrasses en gravier, des dunes de sable et dans la forêt boréale. Il est précieux comme plante couvre-sol pour limiter l'érosion dans les bassins de drainage. Il est moins commun au nord de la limite forestière. Lors de leurs rites religieux, les Pieds-Noirs et d'autres tribus d'autochtones fumaient les feuilles de kinnickinnick (mot algonquien signifiant « qu'on peut mélanger ») qu'ils mélangeaient à des feuilles de tabac.

L'extrait de raisin d'ours contient un taux élevé d'acide gallique et beaucoup de tannin qui le rendent astringent. Il contient aussi de l'arbutin, qui devient un germicide dans le canal rénal du système urinaire. La tribu des Thompsons de la Colombie-Britannique l'utilisait pour traiter les maladies du rein, et les Pieds-Noirs le prenaient en infusion pour traiter l'irritation des gencives, et en pommade pour les maladies de peau.


En savoir plus