Le Canada aux Jeux olympiques d'hiver de 1952

Les Jeux olympiques d’hiver de 1956 se déroulent à Cortina d’Ampezzo, en Italie, du 26 janvier au 5 février 1956. Le Canada, qui y envoie 35 athlètes (27 hommes et 8 femmes), termine à la neuvième position pour le nombre de médailles, en remportant une médaille d’argent et deux de bronze. Le couple de patineurs artistiques formé par Frances Dafoe et Norris Bowden remporte la médaille d’argent, alors que Lucile Wheeler gagne la première médaille canadienne en ski alpin en terminant troisième de l’épreuve de descente féminine. En hockey sur glace, l’équipe du Canada s’empare de la médaille de bronze, après avoir été vaincue à la fois par les Américains et les Soviétiques, qui gagnent la médaille d’or pour leur première participation aux Jeux olympiques d’hiver.

Les Jeux olympiques d’hiver de 1956 à Cortina d’Ampezzo

Les Jeux olympiques d’hiver de 1956 se déroulent à Cortina d’Ampezzo, lieu de villégiature des Dolomites, une chaîne de montagnes située au nord-est de l’Italie. Premiers Jeux à être diffusés à la télévision, ils sont largement parrainés par des commanditaires, qui fournissent des produits « officiels », tels que des automobiles Fiat. Ce sont également les premiers Jeux où le serment olympique est prononcé par une femme, la skieuse alpine Giuliana Chenal-Minuzzo, médaillée de bronze à la descente féminine des Jeux olympiques d’hiver de 1952 à Oslo.

Pour la petite histoire, les Jeux commencent dans la bonne humeur avec les Canadiens et les Allemands qui se lancent dans une bataille de boules de neige juste avant la cérémonie d’ouverture. « Pendant que les athlètes attendent de défiler dans le stade », indique le Globe and Mail, « les Allemands, en poussant des cris de joie, commencent à bombarder les Canadiens de boules de neige. Les 50 membres de la délégation canadienne commencent à riposter et les échanges se prolongent jusqu’à ce que les Canadiens pénètrent dans le stade ».

Domination des Soviétiques et déception des Canadiens

Les Jeux de 1956 marquent le début de la participation d’une équipe de l’Union soviétique, qui finit à la première place. Les athlètes soviétiques deviennent les premiers non-Scandinaves à gagner des médailles olympiques en ski de fond et remportent quatre courses en patinage de vitesse masculin (il n’existe pas à l’époque d’épreuve de patinage de vitesse féminine). Ils remportent également la médaille d’or de hockey sur glace, mettant fin à la suprématie du Canada dans cette discipline.

L’équipe canadienne, les Dutchmen de Kitchener-Waterloo, se qualifie facilement lors du tour préliminaire de la compétition de hockey, mais elle s’incline 4-1 devant les Américains en demi-finale. Le commentateur de la CBC Thom Benson compare l’atmosphère après la défaite à des funérailles. « Pas de liesse ni de débordements joyeux hier soir, car le hockey amateur canadien a subi un revers dont il pourrait ne jamais se remettre. » Le 5 février, les Canadiens jouent contre l’équipe soviétique, mais perdent 2-0 et doivent se contenter du bronze. Cette défaite marque le début d’une longue controverse sur des règles qui empêchent les professionnels canadiens de participer à la compétition olympique, mais laissent le gouvernement soviétique soutenir ses joueurs, en leur offrant des emplois au gouvernement et la possibilité de s’entraîner ensemble tout au long de l’année.

Les Jeux de 1956 mettent également en lumière l’inconvénient que constitue le fait d’envoyer la meilleure équipe de hockey amateur du pays plutôt qu’une équipe nationale composée des meilleurs joueurs. « À l’exception du Canada, tous les pays du tournoi sont représentés par une équipe nationale d’élite », déclare James Dunn, alors président de l’Association canadienne de hockey amateur. « Mon idée serait de constituer un noyau composé de quatre ou cinq joueurs parmi les champions de la coupe Allan, puis de l’entourer des meilleurs joueurs que nous pourrions trouver au pays. » Bobby Bauer, l’entraîneur des Dutchmen, soutient la proposition de Dunn de constituer une équipe nationale d’élite, estimant même qu’il s’agit d’une « nécessité absolue ». Malgré cela, le Canada n’envoie pas d’équipe nationale de hockey aux Jeux olympiques avant les Jeux d’hiver d’Innsbruck, en Autriche, en 1964.

Première médaille du Canada en ski alpin

Lucile Wheeler
Lucile Wheeler du Canada participe \u00e0 une épreuve de ski alpin aux Jeux olympiques d'hiver de Cortina D'Ampezzo de 1956. Wheeler a remporté une médaille de bronze en descente.

Le 1er février 1956, Lucile Wheeler gagne la première médaille en ski du Canada en remportant le bronze en descente. « Une médaille de ski pour une Canadienne », annonce le Globe and Mail.

La belle Lucille [sic] Wheeler a donné aux admirateurs du Canada l’occasion de se réjouir aujourd’hui en remportant la première médaille canadienne en ski de l’histoire des Jeux olympiques. La meilleure skieuse du Canada, une casse-cou rousse avec des taches de rousseur de St-Jovite au Québec, a dévalé la piste d’un kilomètre et demi sur les pentes du mont Tofana en 1 min 46 s pour se classer troisième de la descente. Outre sa médaille et les quatre points supplémentaires inscrits au palmarès de l’équipe canadienne, elle remonte un peu le moral de l’effectif olympique canadien suite à la défaite du mardi précédent de l’équipe de hockey des Dutchmen de Kitchener-Waterloo 4-1 face aux Américains.

Elle termine également sixième du slalom géant des Jeux de 1956. Sa coéquipière de 17 ans, Anne Heggtveit, qui termine loin du podium pour ses débuts olympiques, décrochera plus tard l’or pour le Canada aux Jeux olympiques d’hiver de Squaw Valley, en Californie, en 1960. En ski alpin masculin, l’Autrichien Toni Sailer remporte les trois épreuves.

Le podium du patinage artistique

Les Jeux olympiques de Cortina en 1956 sont les derniers à organiser les compétitions de patinage artistique à l’extérieur. Les patineurs américains s’emparent de la totalité du podium masculin et remportent l’or et l’argent dans la compétition féminine. Pour le patinage en couple, cependant, la compétition est serrée entre les Canadiens Frances Dafoe et Norris Bowden, et les Autrichiens Elisabeth Schwartz et Kurt Oppelt.

Frances Dafoe et Norris Bowden
Frances Dafoe et Norris Bowden du Canada remportent une médaille d'argent en patinage artistique en couple aux Jeux olympiques d'hiver de Cortina D'Ampezzo de 1956.

Après leur cinquième place aux Jeux olympiques d’hiver de 1952, Frances Dafoe et Norris Bowden ajoutent de nouveaux éléments à leur programme, tels que des portées/levées et, en 1954 ils gagnent le championnat du monde. Certaines de leurs innovations sont critiquées par des juges européens, qui maintiennent que les portées/levées ne sont pas autorisées. Les Canadiens devancent de justesse leurs rivaux Elisabeth Schwartz et Kurt Oppelt, représentant un style européen plus classique, lors des championnats du monde de 1955. Aux Jeux olympiques d’hiver de 1956, les Canadiens livrent une prestation exceptionnelle, mais Frances Dafoe, fatiguée, faiblit au cours d’une levée. « Mademoiselle Dafoe, 26 ans, en bleu marine, et Norris Bowden, 29 ans, en noir, n’ont rien cédé aux Autrichiens pour la fluidité du patinage, mais ils ont connu deux ruptures de rythme », signale le Globe and Mail. « À la fin, mademoiselle Dafoe a faibli sur une levée, mais s’est vite rattrapée, mais malheureusement leur musique est arrivée à la fin avant qu’ils ne puissent glisser une dernière fois et s’arrêter net. »

Tant les Canadiens que les Autrichiens reçoivent quatre votes de première place. Ce sont les juges canadien, américain, britannique et suisse qui votent en faveur de la première place pour Frances Dafoe et Norris Bowden. Cependant, Elisabeth Schwartz et Kurt Oppelt bénéficient de plus de votes de seconde place et remportent par conséquent la médaille d’or. « Je crois qu’il ne faut pas trop en demander », déclare Frances Dafoe en retenant ses larmes après avoir pris connaissance des résultats. « Nous avons eu notre moment de gloire. Maintenant, c’est à eux. » (Globe and Mail, le 4 février 1956)

La médaille de bronze du patinage en couple revient à nouveau au frère et à la sœur hongrois Mariana et László Nagy, qui avaient terminé troisièmes en 1952. Les patineurs allemands Marika Kilius et Franz Ningel terminent à la quatrième place, ce qui mécontente une grande partie des spectateurs. La foule se plaint du jugement tout au long de la compétition, mais les critiques deviennent particulièrement virulentes lorsque les notes de Marika Kilius, 12 ans, et Franz Ningel, 19 ans, qui sont très aimés, sont connues. Les spectateurs bombardent les juges d’oranges et d’autres projectiles, et il faut 45 minutes pour nettoyer la glace avant que la compétition ne puisse reprendre.

Le second couple de patineurs canadiens formé par Barbara Wagner, 17 ans, et Robert Paul, 18 ans (futurs médaillés d’or) termine à la sixième place.

Statistiques de l’équipe canadienne

Équipe : 35 athlètes (27 hommes, 8 femmes)
Médailles : 3 (1 argent, 2 bronze)
Classement : 9e (nombre total de médailles)

Tableau des médailles

Athlètes Sport Médaille
Frances Dafoe
Norris Bowden
Patinage artistique (en couple) Argent
Lucile Wheeler Ski alpin Bronze
Dutchmen de Kitchener-Waterloo Denis Brodeur
Charles Brooker
William Colvin James Horne
Arthur Hurst
Byrle Klinck
Paul Knox
Ken Laufman
Howard Lee
James Logan
Floyd Martin
John McKenzie
Donald Rope
George Scholes
Gerry Théberge
Rob White
Keith Woodall
Hockey (masculin) Bronze