Cap-Rouge

Elle voit tout d'abord le jour comme municipalité, en 1872. Son nom lui vient du schiste argileux de couleur rouge dont sont composées les falaises avoisinantes et du cap qui surplombe le Saint-Laurent. Le centre de l'ancien village est colonisé la première fois par Jacques CARTIER, de 1541 à 1543.

Cap-Rouge

Cap-Rouge

Cap-Rouge, ville du Qc; pop. 13 700 (recens. 2001), 14 163 (recens. 1996), 14 105 (recens. 1991); superf. 6,81 km2; const. en 1983. Elle est située sur la rive Nord du fleuve Saint-Laurent, à l'embouchure de la rivière Cap-Rouge, à 16 km au sud-ouest de QUÉBEC.

Elle voit tout d'abord le jour comme municipalité, en 1872. Son nom lui vient du schiste argileux de couleur rouge dont sont composées les falaises avoisinantes et du cap qui surplombe le Saint-Laurent. Le centre de l'ancien village est colonisé la première fois par Jacques CARTIER, de 1541 à 1543. Cap-Rouge revit en tant que colonie au milieu du XVIIe siècle, lorsque la région est concédée à Jean Juchereau comme seigneurie. Au tout début du XIXe siècle, l'embouchure de la rivière Cap-Rouge, tout comme les anses de Sillery et de Québec, devient un centre important de l'industrie du bois d'équarrissage et de pratiques commerciales avec la Grande-Bretagne.

Cap-Rouge est avant tout une banlieue résidentielle de Québec. Le père Léon PROVANCHER est l'un des personnages clés de son histoire. Le centre d'interprétation, la Maison-Léon-Provancher, évoque son séjour à Cap-Rouge de 1872 à 1892. Au-dessus de la ville, se dresse le « tracel » , pont (55 m de haut et 1000 m de long) sur chevalets construit entre 1906 et 1912 par le Canadien National. Il est aujourd'hui considéré comme un monument en hommage aux ingénieurs des chemins de fer du début du XXe siècle.