Come From Away

Come From Away est une comédie musicale canadienne inspirée de l’histoire vécue par les résidents de Gander, à Terre-Neuve-et-Labrador, qui accueillent chez eux les passagers de différents vols déviés de leur trajectoire à la suite des attaques terroristes du 11 septembre. Come From Away, dont le livre et la musique sont créés par le couple torontois formé d’Irene Sankoff et de David Hein, est mis en scène au collège Sheridan de Toronto. Le spectacle connaît un grand succès au Connecticut, à San Diego, à Seattle, à Washington, DC et à Toronto, puis fait sensation à Broadway durant la saison 2016-2017. Come From Away est récipiendaire de plus de 24 prix, dont trois prix Dora et le Tony de la meilleure réalisation pour une comédie musicale. C’est le premier spectacle canadien à avoir remporté le prix Laurence Olivier pour la meilleure comédie musicale dans les quartiers de l’Ouest de Londres. Une adaptation cinématographique est annoncée en novembre 2017.



Come From Away au théâtre Gerald Schoenfeld de Broadway, le 22 janvier 2017.

Contexte

Dans le sillage des attaques terroristes de New York et de Washington, DC perpétrées le 11 septembre 2001, les États-Unis ferment leur espace aérien. Plusieurs centaines d’avions sont ainsi forcés de regagner leurs aéroports d’origine ou d’aller atterrir dans des destinations jugées sécuritaires. Dans le cadre de l’Opération Ruban jaune, on réachemine 38 avions à Gander, à Terre-Neuve-et-Labrador, ajoutant d’un seul coup 6 656 nouvelles personnes à la population locale de 10 000 habitants.

Michael Rubinoff, avocat torontois, avait toujours cru que cette histoire ferait une fantastique comédie musicale, idée qu’il soumet sans succès à plusieurs écrivains. En 2010, il assiste à une représentation de la comédie musicale My Mother’s Lesbian Jewish Wiccan Wedding au théâtre Panasonic de Toronto. Ému par l’étrange authenticité du spectacle, écrit par Irene Sankoff, actrice originaire de Toronto, et son mari David Hein, un auteur-compositeur de Regina, Michael Rubinoff décide d’inviter les coauteurs à dîner en avril 2010 afin de leur présenter son idée. Irene Sankoff et David Hein, installés à New York au moment des attaques, sont immédiatement intrigués par l’idée, se remémorant les liens créés avec les gens grâce à la musique au lendemain de la tragédie.

Création de Come From Away

En 2011, après la nomination de Michael Rubinoff au poste de doyen associé du programme d’arts visuels et de la scène du collège Sheridan à Oakville, celui-ci offre à Irene Sankoff et à David Hein l’occasion de créer le tout premier spectacle en collaboration avec le Canadian Music Theatre Project, projet qu’il a lancé au collège afin d’encourager la production de comédies musicales canadiennes. Les auteurs acceptent l’invitation. Avec l’aide d’une subvention du Conseil des arts du Canada, ils se rendent à Gander à l’occasion du 10e anniversaire des attentats du 11 septembre. Bon nombre des passagers de 2001 sont venus commémorer l’événement. Irene Sankoff et David Hein passent un mois entier à interviewer les habitants locaux et les « étrangers » (en jargon terre-neuvien désignant les personnes nées ailleurs, come from aways), ce qui débouche sur la création d’un spectacle de 45 minutes pour l’atelier étudiant de Sheridan.

Le spectacle est produit directement à partir des propos recueillis par Irene Sankoff et David Hein auprès de milliers de personnes, dont certaines vivaient à Gander en 2001 et d’autres ont dû y atterrir à la suite des réacheminements aériens de ce jour fatidique. Les auteurs combinent les histoires racontées par ces personnes pour créer des personnages composites pour leur spectacle. Par exemple, le personnage de Beulah Davis est né des expériences vécues par Beulah Cooper et Diane Davis, résidentes de Gander. Comme David Hein le racontera à Murray Whyte du Toronto Star, « Évidemment, nous voulions raconter chacune des 16 000 histoires entendues, mais nous étions limités à 100 minutes ». D’autres personnages, comme la pilote Beverley Bass, s’inspirent très étroitement de leurs homologues de la vie réelle.

Après le vif succès remporté par l’atelier du collège Sheridan en 2012, Michael Rubinoff invite Irene Sankoff et David Hein à terminer l’écriture du spectacle en vue d’une production étudiante prévue pour 2013. Le spectacle attire l’attention de la Goodspeed Opera House, un théâtre du Connecticut, qui souhaite le présenter dans le cadre de son festival de nouvelles comédies musicales. Il est ensuite découvert par Christopher Ashley, directeur artistique de La Jolla Playhouse à San Diego et réalisateur de la comédie musicale Memphis, récompensée aux prix Tony. Ensemble, Irene Sankoff, David Hein et Christopher Ashley mettent la touche finale à la production. (Christopher Ashley en sera le directeur tout au long de la présentation sur Broadway.)

En 2013, lors d’une présentation à la National Alliance for Musical Theatre à New York, Come From Away suscite l’engouement des sociétés de production : plus de 30 d’entre elles s’arrachent les droits de production du spectacle. C’est Junkyard Dog Productions, dirigée par Kenny Alhadeff, qui décroche finalement une entente avec Irene Sankoff et David Hein.

Productions professionnelles

Après une série d’ateliers, le spectacle est prêt à passer à l’étape suivante : une production professionnelle. Le 7 novembre 2014, on annonce l’ajout de Come From Away à la saison 2015-2016 de La Jolla Playhouse. Le spectacle, inauguré le 29 mai 2015, reste à l’affiche jusqu’au 12 juillet. Il devient par la suite le spectacle le plus lucratif de toute l’histoire du Seattle Repertory Theatre. Come From Away est ensuite présenté au Ford’s Theatre à Washington, DC, puis à l’occasion de deux événements au format concert-bénéfice au Steele Community Centre à Gander. Le prochain arrêt, pour le spectacle, est une dernière série avant Broadway qui est présentée au théâtre Royal Alexandra de Toronto du 15 novembre 2016 au 8 janvier 2017. On vend en une seule semaine l’équivalent de 1,7 million de dollars en billets pour le spectacle, ce qui constitue un record pour ce théâtre fondé 109 ans auparavant.

Présentation à Broadway

Au nombre de toutes les comédies musicales canadiennes, Come From Away est seulement la cinquième à se frayer un chemin jusqu’à Broadway. Parmi les quatre spectacles précédents, un seul, The Drowsy Chaperone, se voit prolongé à Broadway, en plus de gagner de nombreux prix. La première de Come From Away est présentée à Broadway au Gerald Schoenfeld Theatre le 12 mars 2017. Grâce à des critiques élogieuses et à l’enthousiasme du public, le spectacle devient la révélation de la saison 2016-2017. Il reçoit sept nominations aux prix Tony (pour la meilleure comédie musicale, la meilleure musique originale et la meilleure chorégraphie), remporte le prix de la meilleure réalisation pour une comédie musicale et récupère son investissement de 12 millions de dollars en huit mois.

Pendant la présentation du spectacle sur Broadway, on crée une troupe nord-américaine pour une tournée qui commence au théâtre 5th Avenue à Seattle en octobre 2018. Une troisième troupe formée exclusivement d’artistes canadiens est mise sur pied pour un nouvel engagement ouvert au théâtre Royal Alexandra de Toronto à partir du 13 février 2018.

Synopsis

Dans la foulée des attaques terroristes du 11 septembre 2001, les passagers de 38 avions déviés de leur trajectoire atterrissent à Gander, « quelque part au milieu de nulle part » à Terre-Neuve-et-Labrador. L’histoire se concentre sur un groupe de passagers débarqués du même avion, et sur leurs interactions avec la population locale. Comme Christopher Ashley l’explique à Peter Marks du Washington Post, « C’est en fait une histoire sur le 12 septembre, au lendemain de la crise ».

Après avoir été coincés dans un avion pendant de longues heures (jusqu’à 28, dans certains cas), les passagers sont accueillis à bras ouverts par la communauté tissée serrée de Gander, qui les héberge et les nourrit. On a peur, on est confus ; malgré tout, on tisse des liens qui dureront toute la vie. L’ensemble joue différents personnages, chacun des comédiens incarnant au moins un passager et un résident local. Les personnages de Come From Away sont : Beverley Bass, première femme pilote d’American Airlines ; Bonnie, responsable de la SPCA qui s’occupe des animaux qui ne sont pas autorisés à descendre des avions ; Claude, maire de Gander depuis de nombreuses années ; Diane et Nick, deux « étrangers » qui tombent en amour à Gander ; les Kevin, un couple homosexuel qui s’inquiète de l’accueil que leur réservera le village ; Ali, un passager musulman dont plusieurs se méfient au lendemain des attentats ; Hannah et son mari, les parents d’un pompier new-yorkais manquant à l’appel ; et Beulah, organisatrice de la Légion qui héberge chez elle des passagers.

Les habitants de Gander et les passagers des avions vivront cinq jours de deuil, d’espoir, de frustration et d’anxiété. À la fin, tous se rendent bien compte qu’un tout petit peu de gentillesse peut faire toute la différence en temps de crise.

Accueil de la critique et du public

Come From Away a droit à des éloges presque unanimes du public et de la critique. À San Diego, Seattle, Toronto et Washington, les billets pour les représentations se vendent à un rythme record. À Toronto, les places viennent à manquer, si bien que l’on ajoute des sièges et des places debout pour répondre à la demande. À cet égard, John Karastamatis, porte-parole de Mirvish Productions, confie à Tony Wong, du Toronto Star, que « nous ne nous attendions pas à une réaction émotionnelle aussi forte lors de la première présentation de Come From Away. Cela nous a pris par surprise. En 26 années de carrière, je n’ai vu aucun autre spectacle susciter ce genre de réaction. »

Du côté des critiques, on partage le même sentiment. Ben Brantley, critique de théâtre du New York Times, écrit ceci : « Vous ne résisterez pas longtemps au vent de bonté qui souffle dans Come From Away, cette comédie musicale pleine de chaleur humaine. Même les cyniques les plus endurcis se laisseront émouvoir par cette histoire de générosité et de bravoure dans des circonstances extrêmement difficiles. » Au Toronto Star, Karen Fricker décrit Come From Away comme une « comédie musicale très divertissante qui vient du cœur », tandis qu’au Globe and Mail, J. Kelly Nestruck parle d’une « histoire accessible, d’émotions pures et de belles chansons qui ne font que rehausser l’originalité et la qualité de ce superbe spectacle ».

Ceux dont l’histoire est racontée dans Come From Away parlent eux aussi du spectacle en termes élogieux. Diane Marson, en entrevue avec Peter Marks du Washington Post, dit de Come From Away que « nous ne nous en lassons tout simplement pas ». De son côté, Beulah Cooper confie à Sue Bailey, de la Presse canadienne, qu’« un tel succès était au-delà de mes rêves les plus fous… Cela me touche tellement. »

Adaptation cinématographique

En novembre 2017, la Mark Gordon Company conclut une entente visant à adapter Come From Away au cinéma. Ce sont Irene Sankoff et David Hein qui assureront l’adaptation du scénario de théâtre en scénario de cinéma. La Mark Gordon Company assurera le financement du projet, tandis que la société eOne gérera la distribution internationale du film.

Prix

Prix San Diego Theatre Critics Circle 2015

  • Nouvelle comédie musicale exceptionnelle
  • Réalisation exceptionnelle pour une comédie musicale (Christopher Ashley)
  • Musique originale exceptionnelle (Irene Sankoff, David Hein)
  • Ensemble exceptionnel
  • Actrice vedette exceptionnelle dans une comédie musicale (Jenn Colella)
  • Conception sonore exceptionnelle (Gareth Owen)

Prix Gypsy Rose Lee (Seattle) 2016

  • Excellence dans la production pour une comédie musicale
  • Excellence dans la réalisation pour une comédie musicale (Christopher Ashley)
  • Excellence dans la prestation en tant qu’ensemble
  • Excellence dans la direction musicale (Ian Eisendrath)

Prix Helen Hayes (Washington, DC) 2017

  • Comédie musicale exceptionnelle
  • Meilleure réalisation pour une comédie musicale (Christopher Ashley)
  • Ensemble exceptionnel pour une comédie musicale
  • Actrice de soutien exceptionnelle dans une comédie musicale (Jenn Colella)

Prix Drama Desk (New York) 2017

  • Comédie musicale exceptionnelle
  • Actrice vedette exceptionnelle dans une comédie musicale (Jenn Colella)
  • Livre exceptionnel pour une comédie musicale (Irene Sankoff, David Hein)

Prix Outer Critics Circle (New York) 2017

  • Nouvelle comédie musicale exceptionnelle sur Broadway
  • Livre exceptionnel pour une comédie musicale (Irene Sankoff, David Hein)
  • Réalisation exceptionnelle pour une comédie musicale (Christopher Ashley)
  • Conception sonore exceptionnelle (Gareth Owen)
  • Actrice vedette exceptionnelle dans une comédie musicale (Jenn Colella)

Prix Tony 2017

  • Meilleure réalisation pour une comédie musicale (Christopher Ashley)

Prix Dora 2017

  • Production exceptionnelle, division du théâtre musical
  • Performance féminine exceptionnelle (Jenn Colella), division du théâtre musical
  • Nouvelle comédie musicale/nouvel opéra exceptionnel (Irene Sankoff, David Hein)

Prix Olivier 2019

  • Meilleure conception sonore (Gareth Owen)
  • Réalisation exceptionnelle en musique (Irene Sankoff, David Hein, et al.)
  • Meilleur chorégraphe de théâtre (Kelly Devine)
  • Meilleure nouvelle comédie musicale

Prix Drama Critics Circle (Los Angeles)

  • Production (Center Theatre Group/Ahmanson Theatre)
  • Prestation en tant qu’ensemble (Center Theatre Group/Ahmanson Theatre)
  • Partition musicale (Irene Sankoff, David Hein)
  • Direction musicale (Ian Eisendrath)