Prince Arthur, premier duc de Connaught et de Strathearn

Sa Majesté le prince Arthur William Patrick Albert, duc de Connaught et de Strathearn, troisième fils de la reine Victoria et gouverneur général du Canada de 1911 à 1916 (né le 1er mai 1850 à Londres, au Royaume-Uni; décédé le 16 janvier 1942 dans le Surrey, au Royaume-Uni). En tant que gouverneur général, Arthur a joué un rôle important en matière de recrutement militaire et de philanthropie au Canada pendant la Première Guerre mondiale. Il a aussi créé la Coupe Connaught, un concours de tir de la GRC, et a orchestré d’importantes rénovations à Rideau Hall. Sa fille, la princesse Patricia, est devenue la première colonelle en chef honoraire du Princess Patricia’s Canadian Light Infantry.

Duc de Connaught
Le duc de Connaught passe en revue la garde d'honneur du Princess Patricia's Canadian Light Infantry en septembre 1917

Enfance et Formation

Le prince Arthur, septième enfant et troisième fils de la reine Victoria et du prince Albert de Saxe-Coburg-Gotha, naît au palais de Buckingham. Il est nommé en l’honneur de son parrain, Arthur Wellesley, premier duc de Wellington, avec lequel il partage sa date de naissance. Arthur possède à Greenwich une résidence gouvernée par un ancien combattant de la guerre de Crimée, le capitaine Howard Elphinstone. À la mort d’Albert en 1861, le capitaine Elphinstone devient une figure paternelle importante pour Arthur. En 1867, Arthur entre à la Royal Military Academy de Woolwich et reçoit, dès 1868, un brevet des Royal Engineers.

Affectation militaire et tournée royale du Canada (1869-1870)

De 1869 à 1870, Arthur reçoit sa première affection militaire au Canada, en tant qu’officier du détachement montréalais de la brigade des fusiliers. Il écrit : « J’ai très hâte de me dire chez moi à Montréal, et d’avoir l’occasion de me familiariser avec ses institutions, ses habitants et son commerce. » La brigade des fusiliers est appelée en service actif en 1870, lorsque les Fenians lancent un raid à la frontière canadienne. Arthur se rappellera, plus tard, que « nous avons ouvert le feu et ils se sont rapidement dispersés. » Arthur reçoit plus tard la médaille du service général au Canada pour son rôle dans la répréssion du raid.

Arthur effectue aussi des tournées royales et des missions officielles alors qu’il est au Canada. En effet, avant de rejoindre son régiment à Montréal, il part huit semaines en tournée à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick, au Québec et en Ontario. En 1870, Arthur devient également le premier membre de la famille royale à assister à l’ouverture du Parlement canadien.

À Brantford en Ontario, Arthur est adopté par la Première Nation Mohawk et devient un des chefs de la Confédération iroquoise, sous le nom Kavakoudge (« le soleil volant d’est en ouest sous l’égide du Grand Esprit »). La poète Pauline Johnson, dont le père est un chef présent à la cérémonie, écrit en 1911 : « Le jeune Arthur était ravi — les jeunes de la royauté ressemblent à tous les autres garçons; cette cérémonie unique est un répit bienvenu dans la ronde sans fin de réceptions, de banquets et de discours d’État. »

Arthur se plaît à vivre au Canada. En 1878, il écrit à sa sœur, la princesse Louise, suivant l’annonce que son mari lord Lorne a été nommé gouverneur général : « Tu sais à quel point je me sens Canadien, alors tu peux t’imaginer l’intérêt que je porte à ce qui s’y passe à l’heure actuelle. » À cette époque-là, Arthur est déjà duc de Connaught et de Strathearn, un titre qu’il reçoit en 1874.

Mariage et enfants

Le 13 mars 1879, le prince Arthur épouse la princesse Louise Margaret de Prusse à la chapelle St. George du château de Windsor. Trois enfants naissent de cette union : la princesse Margaret (1882-1920), qui se marie au futur roi Gustave VI Aldophe de Suède; le prince Arthur (1883-1938), qui est gouverneur général de l’Afrique du Sud de 1920 à 1924; et la princesse Patricia, également lady Ramsay (1886-1974).

Carrière militaire en Égypte et en Inde

Au cours d’une carrière militaire s’étalant sur plusieurs décennies, le prince Arthur travaille aux quatre coins de l’Empire britannique de l’époque. Il fait d’ailleurs partie des membres de la famille royale ayant le plus voyagé dans sa génération. En 1882, il devient le dernier membre de la royauté à commander une formation de combat importante en dirigeant une brigade de la garde à la bataille de Tel-el-Kebir, en Égypte. De 1883 à 1890, Arthur est commandant en chef des forces britanniques à Mumbai, en Inde.

Tournée du Canada de 1890

En 1890, sur le chemin du retour de l’Inde vers l’Angleterre, le prince Arthur fait une tournée du Canada en compagnie de sa femme, la duchesse. Ils sont les premiers membres de la famille royale à traverser le Canada sur le tout nouveau chemin de fer du Canadien Pacifique. Les médias traitent la tournée d’Arthur comme un véritable retour au bercail, en référence au service militaire que le prince a fait au Canada il y a plus de 20 ans, alors qu’il était encore « un jeune homme à la chevelure d’or fraîchement sorti de l’Académie Woolwich et animé d’une grande ferveur militaire. »

L’itinéraire de la tournée de 1890 comprend des arrêts à Victoria, Vancouver, Banff, Calgary, Medicine Hat, Regina, Winnipeg, Fort William (Thunder Bay), Toronto, Niagara Falls, Montréal, Ottawa et Québec. Arthur écrit d’ailleurs à la reine Victoria qu’il aime particulièrement Montréal, où il a la chance de revoir des amis de longue date. Victoria, satisfaite de l’accueil que le public canadien réserve à son fils, lui répond qu’il est grandement admiré et aimé au pays.

Gouverneur général du Canada

Arthur poursuit sa carrière militaire en Angleterre pendant les années 1890, obtenant même le grade de feld-maréchal en 1902. Il devient ensuite inspecteur général des Forces armées en 1904, avant d’être affecté au commandement des garnisons britanniques en Méditerranée de 1908 à 1909.

En 1911, il devient gouverneur général du Canada pour le compte de son neveu, le roi George V. La nomination est vue d’un bon œil au Canada, mis à part ce que le Times décrit comme un « faible mouvement de critique » qui est motivé par la crainte que l’étiquette formelle de la cour royale soit appliquée à Rideau Hall. Néanmoins, le premier ministre sir Wilfrid Laurier envoie des félicitations au prince Arthur au nom de toute la population canadienne.

Au cours de son mandat au Canada, Arthur entreprend plusieurs grandes tournées du pays, se rendant notamment à Toronto, Kingston, Hamilton et Montréal en 1911 avec la duchesse. En 1912, il visite Winnipeg et les Maritimes avec sa fille Patricia, puis part en tournée dans l’Ouest canadien avec sa femme, pour assister, entre autres, au Stampede de Calgary. Au cours de ces tournées, on salue la « dignité empreinte d’un sentiment démocratique » dont le prince Arthur fait preuve. Le journaliste sir John Willison écrit qu’Arthur se comporte « avec la dignité d’un prince, la sympathie d’un démocrate et la courtoisie d’un gentilhomme anglais. »

Le duc et la duchesse de Connaught commandent des rénovations majeures à Rideau Hall, qui selon la duchesse ressemble à « un gymnase flanqué d’un centre équestre réunis par un triste et petit portique. » Rideau Hall adopte donc sa forme actuelle, caractérisée par une longue galerie, une serre agrandie et des armoiries royales taillées dans la pierre, pendant le mandat du prince Arthur. Le parc est également réaménagé à l’aide de centaines d’arbres.

La fille du couple, Patricia, devient elle aussi une figure reconnue du public, en servant notamment d’hôtesse à Rideau Hall lorsque sa mère est malade ou qu’elle est en tournée avec Arthur. Patricia devient la marraine du Princess Patricia’s Light Infantry, un régiment dont elle choisit et brode elle-même les couleurs (et que l’on surnomme « Rick-a-Dam-Doo »). Patricia expose également ses peintures dans plusieurs expositions d’art canadien et fait don de ses œuvres à des musées partout au pays. En 1917, son portrait apparaît sur le billet de 1 dollar.

La princesse Patricia de Connaught
La princesse Patricia de Connaught passe en revue le Princess Patricia's Canadian Light Infantry en compagnie du colonel Agar Adamson, au bout \u00e0 droite de la photo, Angleterre, 1919

Première Guerre mondiale

Pendant la Première Guerre mondiale, le prince Arthur s’intéresse beaucoup au recrutement des troupes et aux stratégies militaires, tant et si bien qu’il inspecte plusieurs régiments et services auxiliaires de l’armée canadienne et fait le tour des hôpitaux militaires. C’est que le prince Arthur en a long à dire sur le leadership du Canada en temps de guerre. En effet, bien qu’il entretienne des liens cordiaux avec le premier ministre Robert Borden, il est d’avis que ce dernier n’est pas un très bon dirigeant militaire. Robert Borden, de son côté, trouve que le prince Arthur passe trop de temps à s’encombrer l’esprit de détails insignifiants. Lorsque le prince Arthur demande la démission de Sam Hughes, ministre de la Milice et de la Défense, il s’attire des critiques du public parce qu’il s’ingère dans les affaires internes du Canada. Le duc exprime son désaccord par rapport aux décisions du ministre Hughes en ce qui a trait au ravitaillement et au recrutement du Corps expéditionnaire canadien. Le ministre Hughes en retour interdit à son personnel de discuter des affaires militaires avec le prince sans sa permission expresse.

Avant son départ du Canada en 1916, le prince Arthur pose la première pierre du nouvel édifice du Parlement, dont l’immeuble central a été ravagé par un incendie. Lors d’un discours à l’Exposition nationale canadienne à Toronto en 1916, il déclare : « C’est avec grand regret que la duchesse, ma fille et moi-même vous annonçons que nous quitterons la rive canadienne… J’aimerais que vous ne me voyiez pas simplement comme un Canadien de passage. En revenant ici, j’ai retrouvé un pays que je connaissais déjà bien et qui m’avait déjà démontré la plus grande gentillesse. »

Dernières années

Après son départ du Canada, le prince Arthur continue de participer à des événements publics et à des tournées royales. Il survit à sa femme, décédée en 1917, et à ses deux enfants aînés. Tout au long de sa vie, il cultive un intérêt marqué pour les affaires canadiennes, entretenant pendant plusieurs décennies une correspondance avec Robert Borden et accueillant même Vincent Massey, haut-commissaire du Canada à Londres et futur gouverneur général, chez lui dans le Surrey en 1940.

Le prince Arthur est l’un des parrains de la reine Elizabeth II. Avant que son record de longévité ne soit brisé en 2013 par le consort de la reine, le prince Philip, duc d’Édimbourg, le prince Arthur était l’homme de la famille royale ayant vécu le plus longtemps.

Legs

Le prince Arthur a laissé sa marque au Canada. En effet, la ville de Port Arthur, à Thunder Bay; la rue Prince Arthur à Montréal; l’édifice Connaught à Ottawa; et le tunnel ferroviaire Connaught, qui traverse la chaîne de Selkirk, sont tous nommés en l’honneur du duc de Connaught. Rideau Hall doit également sa forme actuelle aux rénovations que le prince Arthur a commandées en tant que gouverneur général, et la Coupe Connaught, encore aujourd’hui, demeure le trophée du concours de tir de la GRC.


En savoir plus