Nellie J. Cournoyea

Nellie J. Cournoyea, OC, femme politique, première ministre des Territoires du Nord-Ouest de 1991 à 1995 (née le 4 mars 1940 à Aklavik, au Nunavut). Nellie Cournoyea a été la première femme autochtone à diriger un gouvernement provincial ou territorial au Canada.

Jeunesse, formation et carrière

Nellie Cournoyea est éduquée dans le mode de vie traditionnel de son peuple, les Inuvialuits du delta du Mackenzie et de la mer de Beaufort, voyageant et chassant le long de la côte ouest de l’océan Arctique. Son père est un trappeur, qui a immigré de Norvège ; sa mère est une femme inuvialuite de l’île Herschel, au  Yukon.

À la fin des années 1940, Nellie Cournoyea fréquente les pensionnats indiens pendant une brève période, puis elle suit les cours par correspondance de l’Alberta fournis par l’externat fédéral d’Aklavik, depuis le campement isolé de sa famille. Pendant les années 1960, Nellie travaille pour CBC Radio à  InuvikTerritoires du Nord-Ouest, en tant que présentatrice et directrice régionale.

COPE et revendications territoriales

En 1969, Nellie Cournoyea fonde avec Agnes Semmler, une métisse Gwich’in, le Comité d’étude des droits des autochtones (CEDA), une organisation politique qui défend les droits des Inuvialuits. En 1984, le CEDA et Nellie Cournoyea jouent un rôle actif dans la négociation du règlement des revendications territoriales des Inuvialuits.

Dans les années 1970, Nellie Cournoyea travaille aussi comme observatrice sur le terrain de revendications territoriales pour un organisme aujourd’hui appelé Inuit Tapiriit Kanatami.

Carrière parlementaire

Nellie Cournoyea est élue pour la première fois à l’Assemblée législative des Territoires du Nord-Ouest en 1979, en tant que députée de la circonscription de Western Arctic, puis de celle de Nunakput. Elle détient bon nombre de portefeuilles ministériels, dont ceux de la santé et des services sociaux et de l’énergie, des mines et des ressources, avant de devenir, en novembre 1991, la première femme autochtone à diriger un gouvernement provincial ou territorial au Canada.

Comme chef du gouvernement, Nellie Cournoyea s’est particulièrement consacrée à simplifier l’administration territoriale, donnant davantage de responsabilités aux dirigeants communautaires. Elle a joué un rôle clé dans les négociations conduisant à l’Accord sur les revendications territoriales du Nunavut. Nellie Cournoyea s’est retirée de la politique après un seul mandat de chef du gouvernement.

Présidence à la Société régionale d’Inuvialuit

Suivant sa retraite politique, Nellie Cournoyea devient présidente-directrice générale de la Société régionale d’Inuvialuit (SRI). La SRI est fondée en 1984 dans la foulée de la Convention définitive des Inuvialuits (CDI), une entente sur les revendications territoriales globales signée par les Inuvialuits et le gouvernement du Canada. La SRI représente les intérêts collectifs des Inuvialuits, en particulier vis-à-vis du gouvernement, et gère la réserve établie en vertu de la CDI. De 1996 à 2016, Nellie Cournoyea défend 9 mandats consécutifs à la tête de la SRI. Après 20 ans de service comme présidente, elle décide ne pas se représenter aux élections.

Activités communautaires actuelles

Nellie Cournoyea est une des membres fondatrices de l’organisation maintenant connue sous le nom de Northern Games Society, qui encourage la pratique et la promotion des jeux traditionnels autochtones. Elle a aussi été membre du conseil du centre d’amitié d’Ingamo Hall, une organisation d’Inuvik qui a pour but d’aider les jeunes autochtones tout en jouant le rôle de centre communautaire.

Nellie Cournoyea a été membre du conseil consultatif de Nutrition Nord Canada depuis 2010 et elle en est actuellement la présidente. Elle est aussi membre du comité de sélection du Prix Inspiration Arctique et membre fondatrice du conseil de l’Aboriginal Pipeline Group. Elle a occupé plusieurs autres postes de direction dans des organismes autochtones, dont la Inuvialuit Petroleum Corporation et la Inuvialuit Development Corporation.

Les femmes et la politique

En 2019, Nellie Cournoyea participe à Pas de deuxième fois, un projet spécial de Canada 2020, un groupe de réflexion indépendant. Le projet inclut des entrevues et des balados avec 12 femmes qui ont été premières ministres - 11 premières ministres provinciales et la seulement première ministre au fédéral à ce jour, Kim Campbell. Le 19 juin 2019, ces anciennes premières ministres écrivent une lettre ouverte aux Canadiens soulignant l’importance de la participation des femmes en politique. « Tant que nous n’aurons pas obtenu la participation complète et égale des femmes en politique, nous n’atteindrons pas notre plein potentiel en tant que pays ».

No Second Chances Letter_FR_page 1

Vie personnelle

Nellie Cournoyea a deux enfants d’âge adulte, John et Maureen. À travers ses activités variées, elle continue à soutenir les droits ancestraux, les revendications territoriales et le développement économique du Nord.

Prix et distinctions

  • Nellie Cournoyea a reçu plusieurs prix et distinctions de diverses institutions, incluant :
  • Prix de la femme de l’année, Northwest Territories Native Women’s Association (1982)
  • Prix Wallace Goose, Société régionale inuvialuite (1986)
  • Prix national d’excellence décerné aux Autochtones (1994)
  • Doctorats honorifiques en droit de l’Université Lakehead(1995), de l’Université Carleton (1996), de l’Université de Toronto (1996), de l’Université de Lethbridge (2001) et de l’Université de l’Alberta (2004)
  • Personnalité canadienne de l’année dans le domaine de l’énergie, Conseil canadien de l’énergie (2004)
  • Temple de la renommée du commerce autochtone (Prix d’excellence pour l’ensemble des réalisations), Conseil canadien pour le commerce autochtone (2008)
  • Médaille polaire, gouverneur général du Canada (2008)
  • Officier, Ordre du Canada(2008)
  • Depuis 2013, un centre de recherche sur l’Arctique à l’Université du Manitoba porte le nom de Nellie Cournoyea.

Liens externes