Danny Grossman Dance Company

Dans ses meilleures années, la compagnie fait d'innombrables tournées au pays et en Europe, en Israël, en Amérique du Sud et aux États-Unis, devenant une des troupes de danse moderne les plus populaires du Canada.


Danny Grossman Dance Company

 C'est en 1977, à Toronto, que le danseur et chorégraphe Danny GROSSMAN, un Américain d'origine, fonde La Danny Grossman Dance Company dans le but de créer ses propres chorégraphies. Au total, la compagnie a présenté 36 oeuvres de Grossman, des productions modestes aux pièces d'envergure. À l'instar de nombreux chorégraphes à l'aube de leur carrière artistique, Grossman a fait naître une profusion d'oeuvres à succès. Malgré leur diversité thématique, elles se rejoignent toutes par un mouvement distinctif, des propos directs, un côté théâtral et une chaleur humaine, des qualités qui les ont rendues populaires auprès d'un vaste public. L'aspect populaire et l'accessibilité de l'oeuvre de Grossman se reflètent aussi dans ses goûts musicaux. En effet, Grossman a toujours suivi les courants musicaux, notamment grâce à sa passion du jazz, en comparaison avec d'autres chorégraphes plus audacieux et avant-gardistes. Sa méthode de sélection des danseurs est aussi inhabituelle du fait qu'il privilégie davantage la forte personnalité que les traditionnels critères axés sur la forme corporelle et la technique. L'authenticité qui émane de ses danseurs touche le public, qui est vite conquis.

Dans ses meilleures années, la compagnie fait d'innombrables tournées au pays et en Europe, en Israël, en Amérique du Sud et aux États-Unis, devenant une des troupes de danse moderne les plus populaires du Canada. Entre-temps, Grossman crée et met en scène des oeuvres pour le BALLET NATIONAL DU CANADA, LES GRANDS BALLETS CANADIENS, le THÉÂTRE-BALLET CANADIEN et le ballet de l'Opéra de Paris.

Dans les années 90, les compressions budgétaires dans le domaine des arts obligent la compagnie à restreindre ses tournées et à écourter les saisons de production. Grossman ralentit son rythme de production. Pour maintenir un répertoire varié, il commence donc à inclure d'autres œuvres de danse moderne qu'il juge de qualité mais vouées à l'oubli. Parmi les chorégraphes canadiens dont les œuvres ont été reprises par Grossman, mentionnons Paula ROSS, Judy JARVIS, Patricia BEATTY, Anna Blewchamp, Peter RANDAZZO, Lawrence GRADUS et Robert DESROSIERS. Cette nouvelle approche fondée sur la conservation lui permet d'enrichir et de diversifier le répertoire, en plus de donner une nouvelle vocation à la compagnie.

Malheureusement, le rajeunissement d'importantes œuvres chorégraphiques canadiennes ne reçoit pas suffisamment d'aide financière. Dès 2005, la Danny Grossman Dance Company effectue une transition : de compagnie qui présente des chorégraphies, elle devient un institut d'enseignement et d'accréditation du répertoire de Grossman. La compagnie a cessé de présenter des productions en 2008. Le personnel artistique se déplace désormais pour se rendre dans les écoles de danse, l'Adelphi University par exemple, pour y enseigner plus de vingt chefs-d'œuvre de danse, surtout ceux de Grossman.