Elliot Page

Elliot Page (né Ellen Philpotts-Page), acteur, militant, producteur (né le 21 février 1987 à Halifaxen Nouvelle-Écosse). Elliot Page est un acteur sérieux, sensible et intelligent, et l’une des plus grandes vedettes du cinéma au Canada. Enfant-acteur chevronné, Elliot Page a fait ses débuts dans de nombreux longs métrages et séries canadiens, et a remporté deux prix Gemini à 18 ans. Sa prestation intense dans la production indépendante américaine Hard Candy (2005) lui a ouvert la porte vers des rôles de premier plan dans X‑Men : The Last Stand (2006) et le succès indépendant Juno (2007). Juno lui a valu à Elliot Page un Prix Independent Spirit et une nomination aux Oscars. Habile dans les comédies décalées (Whip ItSuper), les drames intimistes (Marion BridgeMouth to Mouth) et les superproductions (Inception, la série X‑Men), Elliot Page est aussi très connu pour son militantisme environnementaliste, sa défense des droits de la communauté LGBTQ et sa personnalité authentique et socialement engagée.

Elliot Page (né Ellen Philpotts-Page), acteur, militant, producteur (né le 21 février 1987 à Halifax, en Nouvelle-Écosse). Elliot Page est un acteur sérieux, sensible et intelligent, et l’une des plus grandes vedettes du cinéma au Canada. Enfant-acteur chevronné, Elliot Page a fait ses débuts dans de nombreux longs métrages et séries canadiens, et a remporté deux prix Gemini à 18 ans. Sa prestation intense dans la production indépendante américaine Hard Candy (2005) lui a ouvert la porte vers des rôles de premier plan dans X‑Men : The Last Stand (2006) et le succès indépendant Juno (2007). Juno lui a valu à Elliot Page un Prix Independent Spirit et une nomination aux Oscars. Habile dans les comédies décalées (Whip It, Super), les drames intimistes (Marion Bridge, Mouth to Mouth) et les superproductions (Inception, la série X‑Men), Elliot Page est aussi très connu pour son militantisme environnementaliste, sa défense des droits de la communauté LGBTQ et sa personnalité authentique et socialement engagée.


Elliot Page

Elliot Page lors d'un événement pour le Studio IMDb au Festival du film de Sundance 2015.

Vie personnelle

Elliot Page est né Ellen Philpotts-Page le 21 février 1987 à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Son père Dennis Page, un concepteur graphiste, et sa mère Martha Philpotts, enseignante, se divorcent lorsqu’Elliot Page est enfant. Au début de sa carrière, il est connu comme Ellen Philpotts-Page, et par la suite en tant qu’Ellen Page d’environ 2001 à décembre 2020.

Elliot Page révèle publiquement qu’il est une femme homosexuelle le jour de la Saint-Valentin, en 2014, lors d’une conférence sur la jeunesse LGBTQ, à Las Vegas. Elliot Page avait commencé à s’identifier comme étant gai vers l’âge de 14 ou 15 ans et il l’a annoncé à sa famille à 20 ans, mais il lutte pendant des années avec les conséquences possibles de cette révélation sur son image et sa carrière publiques.

Lors de la conférence de 2014, Elliot Page déclare : « Je suis ici aujourd’hui parce que je suis gai […] Peut-être puis-je faire une différence, aider d’autres personnes à avoir une vie plus facile et pleine d’espoir […] je suis fatigué de me cacher, et je suis fatigué de mentir par omission. J’ai souffert pendant des années parce que j’avais peur de sortir du placard. Mon esprit en souffrait, ma santé mentale en souffrait, et mes relations en souffraient. »

Le discours d’Elliot Page est vu plus de cinq millions de fois sur YouTube. À la suite de cette déclaration, il parle de son expérience de sortie du placard dans des émissions comme The Ellen DeGeneres Show et Good Morning America. Elliot Page parle également ouvertement de la bataille qu’il a menée pendant des années contre la dépression et les attaques de panique. Après sa révélation, Elliot Page est ajouté à la liste des « 40 Under 40 » de Advocate et nommé artiste de l’année par le magazine Out.

Elliot Page fait sa sortie en tant qu’homme trans le 1er décembre 2020, lorsqu’il publie une déclaration sur ses médias sociaux : « Bonjour mes amis, je veux partager avec vous le fait que je suis trans, que les pronoms qui me désignent sont il/eux, et que mon nom est Elliot. Je me sens chanceux d’écrire ceci. D’être ici. D’être arrivé à cette place dans ma vie… Je ne peux exprimer à quel point il est merveilleux d’aimer enfin assez qui je suis pour pouvoir être moi de manière authentique. J’ai été inspiré sans fin par tant de gens de la communauté trans. Merci pour votre courage, votre générosité, et votre constant travail pour faire de ce monde un endroit plus inclusif et rempli de compassion. J’offrirai tout le soutien qui m’est possible et je continuerai à lutter pour une société plus aimante et équitable. »


Formation et début de carrière

Elliot Page étudie le théâtre à l’école du Neptune Theatre, à Halifax. À 10 ans, il joue dans son premier film, Pit Pony (1997) sous le nom d’Ellen Philpotts-Page. Le téléfilm, qui raconte une enfance dans une ville minière de l’île du Cap Breton, devient une série de CBC (1999-2001), pour laquelle Elliot Page obtient une nomination aux prix Gemini en 2000.

Durant son adolescence, Elliot Page joue régulièrement dans des projets canadiens, comme Trailer Park Boys (2001-2002) ; le trio de films acclamés des Maritimes Marion Bridge de Wiebke von Carolsfeld (2002), qui lui vaut un prix ACTRA ; Love That Boy (v.f. J’aime ce garçon) d’Andrea Dorfman (2003) ; et la tragicomédie Wilby Wonderful de Daniel MacIvor (2004), pour lequel il remporte un prix du Atlantic Film Festival. Elliot Page remporte son premier prix Gemini en 2004 pour le téléfilm Mrs. Ashboro’s Cat (2004).

Elliot Page déménage ensuite à Toronto et s’inscrit au programme Interact de la Vaughan Road Academy, où le chanteur et acteur Drake compte parmi ses camarades de cours. Elliot Page remporte un autre prix Gemini en 2005 pour son rôle de soutien dans la première saison de la populaire série de science-fiction ReGenesis. Après son retour à Halifax, il obtient son diplôme de la Shambhala School, une école progressiste fondée sur le principe bouddhiste de la pleine conscience.

Elliot Page

Percée internationale

Elliot Page aurait pu s’en tenir à la sécurité relative d’une carrière à la télévision avec des incursions au cinéma. Mais ses rôles principaux dans Mouth to Mouth d’Alison Murray (2005) et Hard Candy (v.f. Dur à croquer) de David Slade (2005) le propulsent à un autre niveau. Dans la coproduction internationale Mouth to Mouth, il incarne une adolescente vagabonde et rebelle qui tombe sous l’influence d’un groupe anarchiste en Europe. Puis, dans le film américain indépendant Hard Candy, il offre une composition habile et inquiétante d’une adolescente de 14 ans qui utilise Internet pour piéger un présumé pédophile. Ce film controversé reçoit des critiques mitigées, mais l’interprétation d’Elliot Page est universellement acclamée et le mène à être choisi pour le rôle de Kitty Pryde dans la superproduction X‑Men : The Last Stand (2006).

Alors que sa carrière internationale décolle, Elliot Page continue à participer à des projets canadiens, incluant le film elliptique et semi-expérimental The Tracey Fragments du réalisateur vétéran Bruce McDonald (2007) et l’élégant The Stone Angel (v.f. L’ange de pierre) de Kari Skogland (2007), basé sur le roman de Margaret Laurence.


Juno (2007)

Elliot Page partage ensuite la vedette avec Michael Cera dans Juno (2007), un succès record du cinéma indépendant, primé à plusieurs reprises et acclamé par la critique. Réalisé par le cinéaste d’origine montréalaise Jason Reitman, et créé du scénario de Diablo Cody primé aux Oscars, Juno met en scène Elliot Page dans le rôle d’une adolescente excentrique et vive d’esprit qui décide de trouver de bons parents pour le bébé qu’elle attend. Réalisé au coût de 7 millions de dollars US, le film rapporte d’énormes profits de 143 millions en Amérique du Nord. Il vaut de nombreux honneurs à Elliot Page, dont un prix Independent Spirit pour la meilleure actrice, et des prix BAFTA et Golden Globes.

Dans cette comédie atypique tournée en Colombie-Britannique, Elliot Page crée un personnage qui est contre la culture obsédée par le glamour. Sa petite taille, son capuchon, ses espadrilles et sa beauté épurée la font paraître bien différente des célébrités dysfonctionnelles de la génération Twitter (en 2011, le commentateur politique américain Bill Maher a présenté le personnage de Juno comme une « anti-Kardashian »). Elliot Page crée un personnage qui, bien qu’encore campé dans l’enfance, est doué d’une grande maturité verbale et projette une aura d’intelligence confiante. Elliot Page a le don de paraître unique tout en représentant les adolescents de son époque.


Faits saillants de carrière

Sa nomination aux Oscars pour le rôle de Juno élève Elliot Page au statut de vedette de premier plan, et a pour résultat de le faire passer par des étapes de carrière comme la couverture de l’édition Hollywood 2008 de Vanity Fair, ainsi qu’une inclusion sur la liste des 15 artistes d’Hollywood à surveiller du Entertainment Weekly. Il n’en continue pas moins à jouer dans des productions marginales et indépendantes, ainsi que dans l’occasionnelle superproduction. Elliot Page joue le rôle de la fille d’un professeur de collège à la vie dissolue, interprété par Dennis Quaid, dans Smart People (2008) ; il joue une reine de beauté qui devient concurrente dans un roller-derby dans le premier film de Drew Barrymore, Whip It (2009) ; et il joue l’acolyte vêtue d’un costume ridicule de l’aspirant superhéros, joué par Rainn Wilson, dans la très excentrique parodie de bande dessinée Super (2010). Elliot Page joue également dans l’un des plus grands succès du box-office, Inception (v.f. Origine) de Christopher Nolan, où il incarne une architecte de génie chargée de concevoir des décors oniriques.

Elliot Page incarne aussi une séductrice narcissique dans To Rome with Love (v.f. Rome mon amour) de Woody Allen (2012) ; une militante anti-entreprises déchaînée dans The East (2013) ; la protagoniste médium du populaire jeu vidéo de PlayStation Beyond Two Souls (2013) ; puis Kitty Pryde dans X‑Men : Days of Future Past (2014) (v.f. X-Men : L’engagement ultime). Elliot Page travaille également comme porte-parole de Cisco Systems dans les publicités fantaisistes de la compagnie qui sont tournées en Nouvelle-Écosse.

Elliot Page

Elliot Page à la première de Super au Toronto International Film Festival en 2010.   

D’autres projets d’Elliot Page comprennent ses deux premiers films en tant que producteur ; le drame post-apocalyptique Into the Forest (v.f. Dans la forêt) de Patricia Rozema (2015), où il partage la vedette avec Evan Rachel Wood et Callum Keith Rennie ; et un film qui lui tient particulièrement à cœur, Freeheld (2015) (v.f. Freeheld: Le combat de Laurel Hester), où il tient la vedette en compagnie de Julianne Moore. Basé sur des faits réels, Freeheld raconte l’histoire d’une détective du New Jersey (Julianne Moore) atteinte d’une maladie terminale, qui doit se battre pour le droit de sa conjointe (Elliot Page) à recevoir ses prestations de retraite. En 2016, Elliot Page produit et coanime une série de Vice intitulée Gaycation (2016-2017) qui explore ce que cela signifie d’être lesbienne, gai, bi ou trans à travers le monde. La série reçoit des nominations pour le prix Primetime Emmy, pour le meilleur programme de téléréalité non structuré en 2016 et en 2017. 

Elliot Page joue ensuite une série de personnages complexes et imparfaits, dans des drames difficiles et acclamés par la critique. Elliot Page et sa co-vedette de Juno, Allison Janney, proposent une vision différente de la grossesse accidentelle dans Tallulah (2016), où son personnage vole un bébé et le fait passer pour le sien afin d’obtenir du soutien de la mère de son ex-petit ami. Dans My Days of Mercy (2019), il interprète une femme dont le père (Elias Koteas) est condamné à mort, mais qui tombe amoureuse d’une avocate qui défend la peine capitale. Elliot Page est aussi en vedette dans The Cured (2018) (v.f. La troisième vague), un drame de science-fiction sur une société qui tente de réhabiliter d’anciens zombies qui ont été guéris de leur maladie. Il joue également dans le film d’animation primé d’Ann Marie Fleming Window Horses (2017) (v.f. La vie en Rosie - L’épopée persane de Rosie Ming), et dans la série de superhéros The Umbrella Academy de Netflix (2019 —…).


Militantisme

Elliot Page est une vedette qui sait gérer les exigences de la célébrité avec un calme désarmant et désinvolte. Il utilise sa célébrité pour parler fréquemment de nombreux enjeux sociaux et politiques, allant de la défense de la pilule du lendemain à la critique des stéréotypes des genres. Environnementaliste engagé, il a étudié la conception de la permaculture dans un écovillage près d’Eugene, en Oregon. Il a également fait la narration pour le documentaire Vanishing of the Bees (2009) et il soutient de nombreux organismes dédiés à la pérennité. Elliot Page a participé à une série de publicités en ligne en 2008, pour attirer l’attention du public sur les violations des droits de l’homme en Birmanie, et il a également appuyé le Lunchbox Fund, qui fournit des repas aux enfants défavorisés.

Prix

  • Meilleure prestation féminine (Marion Bridge), ACTRA Maritimes Award (2003)
  • Meilleure prestation dans un programme pour jeunes ou enfants (Mrs Ashboro’s Cat), Gemini Awards (2004)
  • Atlantic Canadian Award — Meilleure prestation d’acteur, Femmes (Wilby Wonderful), Atlantic Film Festival (2004)
  • Meilleure prestation d’une actrice dans un second rôle dans une série dramatique (ReGenesis), Gemini Awards (2005)
  • Meilleure actrice (Hard Candy), Austin Film Critics Association (2005)
  • Relationship from Hell (Hard Candy, partagé avec Patrick Wilson), Fangoria Chainsaw Awards (2006)
  • Meilleure actrice (Juno), Austin Film Critics Association (2007)
  • Meilleure actrice (Juno), Chicago Film Critics Association Awards (2007)
  • Meilleure prestation féminine – Film (Juno), Canadian Comedy Awards (2008)
  • Prix canadien, meilleure actrice (The Tracey Fragments), Atlantic Film Festival (2007)
  • Meilleur nouveau talent (Juno), EDA Female Focus Award (2007)
  • Nouvelle actrice de l’année, Hollywood Film Awards (2007)
  • Meilleure prestation féminine (Juno, avec Julie Christie), Toronto Film Critics Association Awards (2007)
  • Meilleur premier rôle (Juno), Independent Spirit Awards (2008)
  • Meilleure prestation « Scared-As-Shit » (Inception), MTV Movie Award (2010)
  • Meilleur baiser (Inception, partagé avec Joseph Gordon-Levitt), MTV Movie Award (2010)

//