Haltérophilie

Ce sport de salle spectaculaire comporte deux épreuves : l'arraché et l'épaulé-jeté. À l'arraché, l'athlète soulève la barre pour l'amener à bout de bras au-dessus de la tête, en un seul mouvement continu.

Louis Cyr
Louis Cyr n'a jamais perdu de concours d'haltérophilie (photo de John Boyd/avec la permission des Bibliothèque et Archives Canada/PA-84935).
Haltérophilie
La puissance d'une arrachée impeccable (Corel Professional Photos).

Haltérophilie

L'haltérophilie est une discipline OLYMPIQUE depuis les premiers jeux modernes de 1896. Elle fait aussi partie des JEUX DU COMMONWEALTH, des JEUX PANAMÉRICAINS, ainsi que des Jeux asiatiques, méditerranéens et africains. Avec plus de 130 pays membres, la Fédération internationale d'haltérophilie (FIH) est une des plus grandes fédérations du monde. La Fédération canadienne d'haltérophilie compte environ 1200 membres.

Histoire et développement

Ce sport de salle spectaculaire comporte deux épreuves : l'arraché et l'épaulé-jeté. À l'arraché, l'athlète soulève la barre pour l'amener à bout de bras au-dessus de la tête, en un seul mouvement continu. À l'épaulé-jeté, il ou elle amène la barre à hauteur d'épaules (épaulé) puis, d'un mouvement brusque (jeté), l'élève rapidement à bout de bras au-dessus de la tête. Dans toutes les épreuves, l'athlète a droit à trois essais. Le meilleur arraché est combiné au meilleur épaulé-jeté pour obtenir le score final. Des médailles sont décernées à chaque épreuve, mais le champion est celui qui totalise le plus de points au combiné (arraché et épaulé-jeté). Si deux athlètes terminent au même rang, le moins lourd est déclaré vainqueur. Les deux épreuves demandent rapidité, équilibre, souplesse et force. Elles se déroulent devant trois juges sur une plateforme de 4 m?. L'équipement utilisé répond à des normes définies par la FHI et est fabriqué selon des critères métriques.

Les catégories de poids ont changé plusieurs fois au cours des 100 dernières années. Aujourd'hui, les hommes sont divisés en huit catégories allant de 56 kg à 105 kg et plus. Quant aux femmes, elles sont divisées en sept catégories allant de 48 kg à 75 kg et plus. Le premier Championnat du monde féminin s'est déroulé à Daytona Beach, en Floride, en 1987. Les femmes ont concouru pour la première fois en haltérophilie aux Jeux olympiques aux Jeux de Sydney, en 2000. La seule athlète canadienne inscrite aux épreuves féminines cette année-là, Maryse Turcotte, a terminé quatrième dans la catégorie des 58 kg.

Haltérophiles canadiens

Louis CYR est la figure légendaire de l'haltérophilie au Canada. Il avait mis quiconque dans le monde au défi de le battre en compétition et était resté invaincu. Entre autres exploits remarquables, il réussit à soulever 250 kg d'un seul doigt et, à Boston en 1895, il porte 4337 livres (1967 kg) sur son dos, poids le plus lourd jamais soulevé par un homme, dit-on. Par ailleurs, dans les compétitions officielles, G. Gratton remporte une médaille d'argent aux Jeux olympiques d'Helsinki (1952), Doug HEPBURN remporte le championnat du monde dans la catégorie des poids lourds à Stockholm, en 1953, et Jacques Demers décroche l'argent dans la catégorie des 75 kg aux Jeux olympiques de Los Angeles, en 1984.

Grâce à Christine GIRARD, qui est considérée comme une des meilleures haltérophiles du monde, le Canada connaît depuis quelque temps des succès internationaux. Détentrice de deux records canadiens et deux records panaméricains, elle a également remporté des médailles aux Jeux du Commonwealth (bronze en 2002 et or en 2010) et aux Jeux panaméricains (argent en 2007 et or en 2011).


En savoir plus