Igor Gouzenko

Igor Sergeievitch Gouzenko, officier de renseignements soviétique et auteur (né le 26 janvier 1919 à Rogachev, en Russie; décédé le 25 juin 1982 à Mississauga, en Ontario). Igor Gouzenko était chiffreur à l’ambassade de l’Union soviétique à Ottawa durant la Deuxième Guerre mondiale. Quelques semaines à peine avant la fin de la guerre, il se rend au gouvernement du Canada en emportant des preuves que son pays a espionné ses alliés, le Canada, la Grande-Bretagne et les États-Unis. C’est le début de l’affaire Gouzenko. Igor Gouzenko cherche alors asile pour lui et sa famille au Canada. Sa défection entraîne une crise internationale potentiellement dangereuse. De nombreux historiens considèrent l’incident comme le début de la guerre froide.

Igor Sergeievitch Gouzenko, officier de renseignements soviétique et auteur (né le 26 janvier 1919 à Rogachev, en Russie; décédé le 25 juin 1982 à Mississauga, en Ontario). Igor Gouzenko était chiffreur à l’ambassade de l’Union soviétique à Ottawa durant la Deuxième Guerre mondiale. Quelques semaines à peine avant la fin de la guerre, il se rend au gouvernement du Canada en emportant des preuves que son pays a espionné ses alliés, le Canada, la Grande-Bretagne et les États-Unis. C’est le début de l’affaire Gouzenko. Igor Gouzenko cherche alors asile pour lui et sa famille au Canada. Sa défection entraîne une crise internationale potentiellement dangereuse. De nombreux historiens considèrent l’incident comme le début de la guerre froide.


Igor Gouzenko


Importance et héritage

Plusieurs historiens et chroniqueurs considèrent que l’exposition d’Igor Gouzenko au réseau d’espionnage mis en place par les Soviétiques en Occident a marqué le début de la guerre froide. Il a jeté les bases de la « Peur rouge », qui sévit dans les années1950.

Deux plaques, érigées en 2003 et en 2004, commémorent la défection d’Igor Gouzenko. Elles sont toutes les deux installées dans le parc Dundonald, juste en face de l’appartement qu’occupait Gouzenko à Ottawa. L’une d’entre elles a été approuvée par la Commission des lieux et monuments historiques. (Voir Lieu historique.)

Voir aussi Éditorial: La défection d’Igor Gouzenko ; Loi sur les secrets officiels ; Canadiens d’origine russe.


//