Marchandises au Canada

En commerce, les marchandises sont des biens ou des services interchangeables. De nombreuses ressources naturelles au Canada sont considérées comme des marchandises. Elles représentent une source majeure de richesse pour le pays. Par exemple, un baril de pétrole brut, une once d’or ou un contrat de déneigement pendant l’hiver constituent des marchandises. Elles sont souvent utilisées dans la production d’autres biens ou services. Nombre d’entre elles sont négociées à grande échelle dans les marchés à terme (voir Opérations sur marchandises).



Marchandises

Depuis ses origines coloniales avec le commerce des fourrures, l’économie du Canada dépend des marchandises. La vision traditionnelle selon laquelle les Canadiens sont des « bûcherons et porteurs d’eau » demeure pertinente, même si ce profil a beaucoup changé avec l’essor de l’industrie manufacturière et des technologies de l’information. (Voir aussi Théorie des principales ressources.)

Par exemple, le Canada exporte pour 111 milliards de dollars de produits énergétiques en 2018 ainsi que d’importantes quantités d’aliments, de produits du bois et de minéraux. Le marché boursier canadien, pour sa part, demeure fortement tributaire des marchandises. De nombreux investisseurs internationaux considèrent donc les placements suivant des indices boursiers canadiens généraux ou l’achat de parts dans des fonds négociés en bourse (FNB) comme un excellent moyen d’investir dans le secteur.

Voir aussi Winnipeg Commodity Exchange.


Lecture supplémentaire