Mascouche

L'histoire de Mascouche est étroitement liée aux rôles joués par Gabriel Christie, Peter Pangman et son fils John, trois des derniers propriétaires de la seigneurie de La Chesnaye.

Mascouche

Mascouche

Mascouche, ville du Qc, pop. 33 764 (recens. 2006), 29 556 (recens. 2001), const. en 1971. Mascouche est située dans une région agricole riche et fertile, au nord de Montréal, à 7 km au nord-est de TERREBONNE, sur les rives de la rivière Maskouche. Le nom est d'origine algonquine, maskwa signifiant « ours » et maskoch, un dérivé, « petit ou bébé ours ». On a découvert sur la berge de la rivière Maskouche, près du centre-ville, des preuves attestant l'existence d'un campement autochtone il y a plus de 3000 ans.

L'histoire de Mascouche est étroitement liée aux rôles joués par Gabriel Christie, Peter Pangman et son fils John, trois des derniers propriétaires de la seigneurie de La Chesnaye. Deux églises protestantes qui y sont construites, l'église anglicane Grace (1840) et l'église méthodiste (1856), attestent que la minorité de langue anglaise y a déjà joué un rôle important dans la croissance et le développement de Mascouche. Fondée en tant que paroisse de Saint-Henri-de-Mascouche en 1855, elle abrège son nom au moment de sa constitution en 1971.

Mascouche est bien connue comme région résidentielle estivale, auparavant prisée par les Montréalais de langue anglaise qui avaient des chalets dans « Terrebonne-Heights » ou « Terrebonne-Gardens ». À l'ouverture de l'autoroute 25 en 1971, cette vieille ville gagne en importance. Sa taille a plus que doublé en l'espace de dix ans, passant de 8812 habitants en 1971 à 20 345 en 1981.