Michel Dumont

Michel Dumont, O.Q., acteur, directeur, traducteur et narrateur (né le 29 janvier 1941 à Kénogami, devenu Jonquière, ville aujourd’hui intégrée à la Ville de Saguenay).

Michel Dumont
Cérémonie de remise de l'Ordre national du Québec en 2013.

Michel Dumont, O.Q., acteur, directeur, traducteur et narrateur (né le 29 janvier 1941 à Kénogami, devenu Jonquière, ville aujourd’hui intégrée à la Ville de Saguenay). Directeur artistique du Théâtre DUCEPPE depuis 25 ans, il a profondément marqué la scène théâtrale québécoise.

Homme de théâtre

C’est dans sa ville natale que Michel Dumont monte sur les planches pour la première fois lors du festival de théâtre amateur et recevant des mains de l’acteur Paul Hébert son tout premier prix d’interprétation. Toutefois, c’est à Québec, sur la scène du Théâtre du Trident, après avoir enseigné brièvement au Collège de Jonquière et au Cégep du Vieux-Montréal, que débute la carrière professionnelle de Michel Dumont, l’homme de théâtre.

En regardant jouer le grand acteur québécois Jean Duceppe dans La mort d’un commis voyageur d’Arthur Miller, Michel Dumont caresse le rêve de jouer à ses côtés. En 1973, il décroche le rôle de Biff, fils de Willy Loman, personnage principal de cette même pièce interprété par Duceppe. Ce dernier, vient alors de fonder sa propre compagnie et a installé ses pénates au Théâtre Port-Royal de la Place des Arts, à Montréal. La mort d’un commis voyageur marque le début d’une longue, merveilleuse et précieuse collaboration entre les deux hommes.

On a dit de l’ampleur de la carrière de Michel Dumont qu’elle « n’a d’égal que la prestance et la profondeur de jeu de ce grand homme (Duceppe) ». Chaque rôle que Dumont assume au cours de sa carrière est rendu avec professionnalisme et justesse. Au fil des ans, on le retrouve dans Des souris et des hommes de John Steinbeck (1987), dans Douze hommes en colère de Réginald Rose (1987), dans À toi pour toujours, ta Marie-Lou de Michel Tremblay (1996), Un simple soldat de Marcel Dubé (1998), La chatte sur un toit brûlant de Tennessee Williams (2000), Oncle Vania et La Mouette d’Anton Tchekhov (2006 et 2007 respectivement) et Amadeus de Peter Shaffer (2009). L’acteur participe également à la traduction vers le français de nombreuses pièces de théâtre dont plusieurs de l’Américain Arthur Miller.

En 1991, à la suite du décès de Jean Duceppe, Michel Dumont devient directeur artistique de la compagnie qui prend le nom de Théâtre Jean-Duceppe (ou simplement DUCEPPE). Poursuivant la mission de son mentor, il offre au public un théâtre de « sentiments et d’identification » à l’image de ce qu’a voulu transmettre Duceppe.

Télévision

Son talent s’exprime aussi en dehors de la scène théâtrale. À la télévision, dès 1972, il tient le rôle de Fantoche au sein de l’émission jeunesse Picotine présentée à Radio-Canada et dont il signe les textes avec Linda Wilscam. Il campe au petit écran d’autres rôles marquants tels Jos dans le téléroman Race de monde (1978–1981) de Victor Lévy-Beaulieu, le ministre Alain Robert dans Monsieur le ministre (1982–1986) de Solange Chaput-Rolland et Michèle Bazin ou encore Gilbert Trudel dans Les dames de cœur (1986–1989) de Lise Payette. De la même auteure, il prête ses traits à Henri St-Jean dans Marilyn (1991–1994) et dans la série policière de Luc Dionne au capitaine Gilbert Tanguay dans Omertà, la loi du silence (1996–1997). On peut aussi apprécier le talent de Michel Dumont dans La part des anges (1998–1999), ou encore dans la télésérie Bunker, le cirque (2002), ainsi quedans les populaires séries Providence (2009–2011) et Yamaska (2009–2016).

Narration

Proche de ses origines saguenéennes, Michel Dumont prête sa voix au narrateur de la pièce de théâtre à grand déploiement La fabuleuse histoire d’un royaume écrite et créée par Ghislain Bouchard et présentée dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean depuis 1988. En 2006, il assure également l’animation et la narration d’une nouvelle version de la populaire émission Dossiers mystères présentée à Canal D. Sa voix grave et théâtrale fait partie d’une production de l’Orchestre symphonique de Montréal en 2010, Les créatures de Prométhée de Beethoven et texte de Yann Martel.

Cinéma

Les plateaux de tournage ont pu apprécier le grand talent de ce comédien. Son premier rôle à l’écran lui est offert par le cinéaste Jean-Claude Lord en 1979 dans Éclair au chocolat. En 1980, Michel Dumont joue dans le film de Robert Desrosiers intitulé De jour en jour, puis, en 1990, François Girard fait appel à son talent pour interpréter le rôle de Philippe dans son long métrage Cargo. Presque 10 ans plus tard, on peut admirer le talent de Michel Dumont dans le rôle de Michel Collard que lui confie Denise Filiatrault dans le film Laura Cadieux...la suite. En 2012, on le retrouve dans Café de flore du réalisateur Jean-Marc Vallée et en 2015, dans Le Garagiste de Renée Beaulieu qui décroche trois nominations aux prix Écrans canadiens en 2016.

Distinctions et héritage

À trois reprises, soit en 1998, en 2003 et en 2013, Michel Dumont obtient un prix Gémeaux pour le meilleur rôle de soutien masculin dans les catégories dramatique ou téléroman. En 2001, il reçoit un doctorat honorifique de l’Université du Québec à Chicoutimi et en 2010, son engagement à titre de porte-parole de la Société d’Alzheimer de la Rive-Sud est souligné par l’Assemblée nationale du Québec. Il est fait officier de l’Ordre national du Québec en 2013.

Depuis le début de sa carrière, Michel Dumont a joué dans plus de 70 pièces de théâtre, une quinzaine de téléromans et de téléséries et plusieurs films. Considéré comme une figure de proue du théâtre québécois, cet acteur remarquable laisse sa marque chaque fois qu’il incarne un personnage. Dans les entretiens accordés à Pierre Maisonneuve pour le livre Michel Dumont, grandeur nature (1999), il précise qu’il n’est jamais aussi heureux que lorsqu’il monte sur scène.


Lecture supplémentaire

  • Pierre Maisonneuve, Michel Dumont, grandeur nature (1999).

Liens externes