Mina Benson Hubbard | l'Encyclopédie Canadienne

article

Mina Benson Hubbard

Mina Benson Hubbard (née Mina Benson, et aussi appelée Mina Benson Hubbard Ellis), exploratrice, géographe, autrice, infirmière, enseignante (née le 15 avril 1870 près de Bewdley, en Ontario; décédée le 4 mai dans le comté de Surrey, en Angleterre). Après le décès de son mari alors qu’il explorait l’intérieur du Labrador, Mina Benson Hubbard s’est lancée dans une expédition pour terminer le travail qu’il avait commencé. En 1905, elle a effectué un périple de neuf semaines en canot à travers au moins 900 km dans le Labrador. Mina Benson Hubbard a été l’une des premières personnes non autochtones à beaucoup voyager dans cette région. En utilisant des mesures et des notes qu’elle a prises durant son voyage, elle a développé une des premières cartes géographiques de la région.

Mina Benson Hubbard assise sur un tronc d’arbre.
Mina Benson Hubbard avec des vêtements.
Mina Benson Hubbard plus tard dans sa vie.
Mina Benson Hubbard dans la contrée sauvage avec son groupe.
Mina Benson Hubbard embarquant sur un bateau.

Jeunesse et éducation

Mina Benson est née de parents irlandais et anglais sur une ferme près de Bewdley, en Ontario, dans le coin de Rice Lake. Elle est l’une de huit enfants. Mina Benson Hubbard étudie dans une école à classe unique près de chez elle avant d’aller à l’école secondaire à Cobourg. Elle passe une décennie à enseigner à l’école primaire. Après avoir quitté l’enseignement, elle étudie à la Brooklyn Training School for Nurses à New York, et obtient son diplôme en 1899.

Mariage avec Leonidas Hubbard

Alors qu’elle travaille comme surintendante auxiliaire à la S.R. Smith Infirmary sur Staten Island à New York, Mina Benson rencontre Leonidas Hubbard Jr en mai 1900, un journaliste qui se remet de la fièvre typhoïde à l’hôpital. Le couple se marie à New York en janvier de l’année suivante. Mina et Leonidas aiment tous deux le plein air et ils passent leur lune de miel en camping.

Durant leur mariage, Leonidas travaille comme journaliste pour Outing, un magazine américain de sport et de plein air. Inspiré par les récits d’exploration de l’Arctique et par le désir de se faire un nom, Leonidas entreprend un voyage à travers l’intérieur du Labrador. Au début du 20e siècle, le Labrador est l’une des dernières régions de l’Amérique du Nord à ne pas encore avoir été cartographiée et visitée par les peuples non autochtones. Leonidas et son ami Dillon Wallace, un avocat de New York, embauchent le guide cri-écossais George Elson pour leur voyage. L’expédition commence en juillet 1903. Presque dès le début, le groupe se perd parce qu’ils ont pris un tournant à la mauvaise rivière, et ils se retrouvent dans un labyrinthe de lacs. En octobre, Leonidas meurt de faim et d’épuisement à l’intérieur du Labrador. George Elson réussit à se rendre à la colonie la plus près et à obtenir de l’aide pour sauver Dillon Wallace. George Elson et Dillon Wallace retournent tous deux à New York, plus tard en mai 1904. Après son retour, Dillon Wallace publie un livre, The Lure of the Labrador Wild (1905), qui dépeint Leonidas négativement.

Expédition au Labrador en 1905

Après le décès de son mari, Mina Benson Hubbard décide de faire la même expédition au Labrador. Ceci est fait en partie pour terminer le travail de Leonidas et également pour rétablir sa réputation après le récit négatif de Dillon Wallace. Mina Benson Hubbard n’a aucune expérience en exploration ou en géographie. Elle embauche George Elson, le même guide de l’expédition de Leonidas, qui sait que les cartes et les informations erronées de la dernière fois ont mené à un désastre. George Elson engage trois autres hommes autochtones, Job Chapies, Joseph Iserhoff, et Gilbert Blake, pour le voyage. Dillon Wallace a également prévu de refaire le même périple cette année-là, et donc la presse dépeint cela comme une rivalité entre les deux camps.

Le 27 juin 1905, Mina Benson Hubbard part de North West River au Labrador pour commencer son expédition. Le groupe de Dillon Wallace est parti un jour plus tôt, mais il prend une route différente. Au cours de neuf semaines, Mina Benson Hubbard parcourt au moins 900 km en canot jusqu’au poste de la Compagnie de la Baie d’Hudson de la rivière George dans la baie d’Ungava, dans les Territoires du Nord-Ouest (maintenant le Nord du Québec). Son groupe arrive à la baie d’Ungava le 27 août. Le groupe de Dillon Wallace n’arrive que sept semaines plus tard. Marie Benson Hubbard retourne chez elle par le navire de ravitaillement qui ne visite la baie d’Ungava qu’une fois par année.

Liste des choses à emporter

En 1908, dans le récit de son périple A Woman’s Way through Unknown Labrador, Mina Benson Hubbard fait une liste détaillée de ce que son groupe de cinq personnes a emporté pour l’expédition de neuf semaines. La liste comprend :

  • Deux canots de 19 pieds (5,8 m).
  • Deux tentes ballon en soie
  • 1 réchaud
  • 7 sacs de toile imperméable
  • Douze sacs ballon en soie imperméables de 10 livres
  • 3 bâches
  • 392 livres de farine
  • 4 livres de poudre à pâte
  • 15 livres de riz
  • 20 canettes de rations d’urgence standard
  • 12 livres de thé
  • 12 livres de chocolat
  • 60 livres de sucre
  • 20 livres d’erbswurst (saucisse)
  • 4 boîtes de conserve de lait condensé
  • 4 boîtes de conserve de soupe condensée
  • 5 livres de biscuits de mer
  • 200 livres de bacon
  • 14 livres de sel

Travail d’expédition

Tout au long du voyage, Mina Benson Hubbard prend des notes dans son carnet d’observation. Elle écrit en détail son expérience et ses observations sur la flore et la faune de la région, sur la grande migration des caribous du Labrador, et sur ses rencontres avec les Innus. Elle prend également plus de 300 photos avec ses appareils photo Kodak.

Carte créée par Mina Benson Hubbard à la suite de son expédition au Labrador en 1905.

Durant son voyage, Mina Benson Hubbard prend des mesures, ce qui lui permet de cartographier correctement les rivières, les lacs, et les affluents de la région. Les sociétés géographiques de l’Amérique et de la Grande-Bretagne acceptent la carte qu’elle a dessinée durant son périple. Cette carte est utilisée jusque dans les années 1930, lorsque la photographie aérienne permet d’en donner des versions plus précises. Les travaux de Mina Benson Hubbard prouvent que les rivières Naskaupi et North West sont en fait la même rivière, et que le lac Seal et le lac Michikamau partagent le même bassin versant. Après l’expédition, Mina Benson Hubbard donne le nom des membres de sa famille à plusieurs éléments géographiques qu’elle trouve, comme le lac Agnes, le lac Marie, et les chutes Maid Marion. Elle nomme le lac Hubbard, dans qui est maintenant le Québec, en l’honneur de son défunt mari.

« Le sentier descendait dans une vallée s’ouvrant vers l’est jusqu’au lac Seal, et il était cloisonné sur trois côtés par des collines. De chaque côté, sur leurs pentes abruptes, se trouvaient des forêts d’épinettes avec de magnifiques bouleaux blancs qui allégeaient le paysage sombre, et au-dessus, des falaises à pic. Un réseau de petits cours d’eau reflétait des images de mélèzes délicats qui poussaient sur de longues pointes entre les deux. Pas une feuille ne bougeait, et le silence, qui était musique, régnait. La vallée était inondée de lumière dorée et semblait tout retenir dans un calme mystérieux, le seul mouvement étant celui des rapides : le seul son était leur chant, et parfois, le cri clair d’un oiseau. »


-Mina Benson Hubbard, A Woman’s Way through Unknown Labrador (1908)


Vie après l’expédition

Après son retour du Labrador, Mina Benson Hubbard publie des récits de son périple dans des magazines et dans son livre, A Woman’s Way through Unknown Labrador (1908). Elle entreprend également des tournées de conférences en Amérique du Nord et en Angleterre. Lors de sa tournée en Angleterre, elle rencontre son deuxième mari, Harold Ellis, qui est issu d’une riche famille de quakers. Le couple se marie en 1908 et ils ont trois enfants avant de divorcer en 1926.

En Angleterre, Mina Benson Hubbard s’implique dans le mouvement du droit de vote des femmes. En 1927, elle est nommée membre de la British Royal Geographical Society. Elle vit en Angleterre durant le reste de sa vie, mais elle retourne fréquemment au Canada. Lors d’une visite en 1936, elle fait un voyage en canot sur la rivière Moose dans le nord de l’Ontario avec son ancien guide, George Elson.

Mina Benson Hubbard meurt le 4 mai 1956 à l’âge de 86 ans, après avoir été frappée par un train en Angleterre.

Distinctions

La ville de North West River au Labrador, où Mina Benson Hubbard a commencé son périple, et le Centre for Newfoundland Studies de la Memorial University of Newfoundland célèbrent le 100e anniversaire de son expédition avec une série d’événements lors de l’été 2005. En 2018, le gouvernement du Canada désigne Mina Benson Hubbard comme personnage historique national.

(Voir aussi L’expédition au Labrador de Mina Benson Hubbard.)