Musée de l'Amérique francophone

Établi par le Séminaire de Québec en 1806, le Musée de l’Amérique francophone est le plus ancien musée au Canada. D’abord connu sous le nom de Musée du Séminaire, il devient en 1993 le Musée de l’Amérique française, puis en 2013, le Musée de l’Amérique francophone. Témoin de l'implantation et du développement de la culture française en Amérique du Nord, il est situé dans l’arrondissement historique du Vieux-Québec.

Vieux Québec et du Séminaire de Québec
Vue aérienne d'ensemble (avec la permission de la Division des archives de l'Université Laval)
Séminaire de Québec
Le Séminaire, Québec, 1886 (avec la permission du Musée McCord, M662).

Établi par le Séminaire de Québec en 1806, le Musée de l’Amérique francophone est le plus ancien musée au Canada. D’abord connu sous le nom de Musée du Séminaire, il devient en 1993 le Musée de l’Amérique française, puis en 2013, le Musée de l’Amérique francophone. Témoin de l'implantation et du développement de la culture française en Amérique du Nord, il est situé dans l’arrondissement historique du Vieux-Québec.

Du Musée du Séminaire au Musée de l’Amérique francophone

Le Musée de l’Amérique francophone est hébergé dans l’un des bâtiments attenant au Séminaire de Québec, fondé par Monseigneur François-Xavier de Montmorency-Laval en 1663 à Québec.

Dès la construction du Séminaire, Mgr de Laval encourage les prêtres à mettre en commun les livres, créant ainsi le noyau d’une des premières bibliothèques de la Nouvelle-France. Contenant non seulement les récits d'explorateurs des XVIIe et XVIIIe siècles, cette bibliothèque compte aussi des éditions anciennes d’une très grande valeur allant du XVIe siècle au XXe siècle.

Lors de l’inauguration du musée, le 22 octobre 1806, la collection comprend des objets ayant servi à l'enseignement des sciences sous la direction de l’abbé Jérôme Demers. Des collections de monnaies, de timbres et d'objets de minéralogie, de géologie, de zoologie et de botanique de même que des fossiles, des peintures et des livres anciens furent ajoutés par la suite.

En 1838, l'architecte Thomas Baillairgé conçoit les plans d’un édifice devant accueillir le Musée du Séminaire. Donnant sur la côte de la Fabrique, l’édifice se distingue par sa façade arrondie.

En 1991, les collections du musée sont inventoriées. Environ 110 000 pièces sont classées en fonction de critères historiques, ethnologiques et scientifiques. On regroupe ensemble tous les items qui se rapportent à la numismatique (l’étude des pièces de monnaie), à la philatélie (voir Collection de timbres), aux beaux-arts et aux arts décoratifs.

En 1993, le Musée du Séminaire change officiellement de nom et devient le Musée de l'Amérique française. Il fait désormais partie du complexe muséal des Musées de la civilisation de Québec (MCQ) qui a la responsabilité de ses collections. En 2013, à l’occasion du 25e anniversaire du MCQ, il est renommé Musée de l’Amérique francophone.

Les expositions

Les expositions présentées au Musée ont pour objectif de faire découvrir les plus beaux trésors du patrimoine religieux, issus de la collection du Séminaire de Québec. Le Musée de l’Amérique francophone accueille plusieurs expositions permanentes dont Révélations, réalisée en 2013 à l’occasion du 350e anniversaire du Séminaire de Québec. Celle-ci présente une centaine d’œuvres tirées de la collection d’œuvres d’arts du Séminaire dont des tableaux d’artistes québécois réputés tels que Joseph Légaré, Marc-Aurèle de Foy Suzor-Côté et Jean Paul Lemieux ainsi que des sculptures, des gravures et des pièces d’orfèvrerie.

L'exposition Partir sur la route des francophones permet aux visiteurs de découvrir la grande aventure des francophones en Amérique du Nord en retraçant leur migration à partir de trois foyers de colonisation (l’Acadie, la vallée du Saint-Laurent et la Louisiane) vers d’autres lieux. Ce portrait magistral du rayonnement francophone à travers tout le territoire nord-américain amène le visiteur à prendre conscience de l’impact de ces communautés et rappelle que la francophonie nord-américaine ne se limite pas à la vallée du Saint-Laurent ou au Québec.

Autres attraits

La Chapelle du Musée, érigée sur le site du Séminaire de Québec, est considérée comme l'un des plus beaux fleurons du patrimoine religieux du Québec. Elle fait partie intégrante des lieux à visiter. Autrefois un lieu de culte pour les prêtres et les séminaristes, elle est désacralisée en 1992. Elle sert maintenant de salle de conférences, de banquets et de concerts.

Les archives, la collection de livres rares et la base de données de l’ensemble des collections des Musées de la civilisation sont accessibles aux chercheurs sur rendez-vous au Centre de référence de l’Amérique française. En 2007, les Archives du Séminaire de Québec ont été inscrites au prestigieux Registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO qui comprend le patrimoine documentaire d’« intérêt international et [de] valeur exceptionnelle ».


En savoir plus

Lecture supplémentaire

  • Noël Baillargeon, Le Séminaire de Québec de 1800 à 1850 (1994).

    Yves Bergeron, dir., Trésors d'Amérique française (1996).

    Raymond Brodeur, Hermann Giguère et Gilles Routhier, dir., Parce qu’ils y ont cru, on le voit! Le Séminaire de Québec célèbre ses 350 ans (2014).

    David Mendel, Le Séminaire de Québec, un patrimoine exceptionnel (2013).