Tionontati (Pétuns)

Les Tionontati (aussi appelés Pétuns) sont un peuple autochtone de langue iroquoienne très proche des Hurons-Wendats. Les Français les appelaient Pétuns parce qu’ils cultivaient le tabac, ou petún, mais ils s’appelaient eux-mêmes Tionontatis. Après la guerre contre les Haudenosaunee au milieu des années 1600, les Tionontati et d’autres survivants, comme les Attignawantan (un peuple huron-wendat) et les Wenrohronon (ou Wenro), se rassemblent pour former les Wendat, aujourd’hui appelés Nation Wyandotte (ou Wyandot). De nos jours, la Nation Wyandotte est une tribu reconnue par le gouvernement fédéral de l’Oklahoma aux États-Unis. On retrouve aussi des communautés Wyandotte au Michigan (les Wyandots de la Nation Anderdon) et au Kansas (Nation Wyandot du Kansas).



Le territoire traditionnel des Tionontati (Pétun).
(avec la permission de Victor Temprano/Native-Land.ca)

Territoire traditionnel

À l’époque des premiers contacts avec les Européens, les Tionontati occupent entre huit et dix villages situés près de l’Escarpement du Niagara, le long de la rive sud-ouest de la baie Georgienne. On ignore leur nombre avant les contacts, mais il s’élevait probablement à plusieurs milliers. (Voir aussi Territoire autochtone.)

Vie traditionnelle

Les Tionontati sont peu différents des Hurons-Wendats, qui vivent à une journée de marche au nord-est de leur territoire. Selon les sources historiques et archéologiques, il semble que le peuple Tionontati se soit formé à la fin de la période préhistorique par la réunion de groupes de langue iroquoienne se déplaçant vers l’ouest à partir de Wendake, et d’autres groupes iroquoiens provenant des régions où se trouvent aujourd’hui Toronto ou Hamilton. (Voir aussi Peuples autochtones des forêts de l’Est au Canada.)

Les Tionontati entretiennent des relations commerciales avec les Neutres et les Hurons-Wendats, ainsi qu’avec les Odawas et les Nipissings de langue algonquienne. Ils vivent dans des villages entourés de palissades qu’ils occupent à l’année et qui contiennent de nombreuses maisons longues. La population subvient à ses besoins en cultivant le maïs, les fèves et la courge, et grâce à la chasse et la pêche.

Les Tionontati sont un des groupes autochtones les moins connus au Canada, en partie parce qu’ils étaient peu nombreux, mais surtout parce qu’ils ont été éclipsés dans l’attention des Français par la Confédération huronne, plus vaste et plus importante politiquement.

Femme Tionontati (Pétun) cultivant le tabac.

Dispersion et création de la Nation Wyandotte

Les Tionontati et les Hurons-Wendats sont dispersés par les Haudenosaunee en 1649. Les Tionontati survivants se joignent à d’autres réfugiés autochtones et parcourent de grandes distances dans le Midwest américain. Dans les années 1850, ils s’installent dans l’Oklahoma, où les descendants des deux groupes vivent aujourd’hui sous le nom de Wyandottes, une variante de l’appellation que les Hurons se donnent à eux-mêmes (Wendats).

Langue et culture

La culture Wyandotte comprend un système de clans, qui est utilisé pour désigner des groupes sociaux dont les membres descendent d’un ancêtre commun. Les Wyandottes célèbrent leur culture en participant à divers événements et cérémonies, incluant des pow-wow.

Les Wyandottes parlent une langue iroquoienne nordique. De nos jours, les Wyandottes s’efforcent de protéger et promouvoir leur langue. (Voir aussi Langues autochtones au Canada.)

Confédération Wendat

En 1999, les chefs de quatre nations autochtones contemporaines descendant du peuple huron-wendat original, soit la Nation Wyandotte de l’Oklahoma, la Nation Wyandot du Kansas, la Nation Wyandot d’Anderdon (Michigan) et la Nation huronne-wendat de Wendake (Québec) – ont signé un document réaffirmant leur union au sein de la Confédération Wendat.


Guide pédagogique perspectives autochtones

Collection des peuples autochtones

Liens externes