Prince Rupert

Prince Rupert, ville de la Colombie-Britannique, constituée en 1910, population 12220 (recensement 2016), 12508 (recensement 2011). La ville de Prince Rupert est située dans l’île Kaien, à l’embouchure de la rivière Skeena  dans la chaîne côtière  de la Colombie-Britannique . La plus pluvieuse des villes canadiennes, Prince Rupert reçoit en moyenne 2619 mm de précipitations par année. Elle constitue le terminal ouest de la route transcanadienne Yellowhead, et en tant que port de mer le plus profond toutes saisons, elle relie la partie inférieure des États-Unis, Vancouver et l'Alaska. C’est pour ces raisons qu’elle est le centre industriel, commercial et institutionnel de la Côte du Nord-Ouest de la Colombie-Britannique.



Colonisation et développement

L’île Kaien était autrefois un lieu de rencontre pour les Tsimshians et les Ha ïdas . Prince Rupert (qui porte le nom du premier gouverneur de la Compagnie de la Baie d'Hudson ) est perçue au début des années 1900 comme le terminal ouest du Grand Trunk Pacific Railway (GTPR). Certains espèrent que la ville rivalisera Vancouver comme point principal du Canada sur la côte Pacifique, mais cet essor ne se matérialisera jamais. Ce n'est qu'après la Première Guerre mondiale que l'industrie de la pêche acquiert de l'importance pour l'économie de la ville. Durant la Deuxième Guerre mondiale , le port devient un centre de construction navale et sert de liaison à l'armée américaine pour le transport des hommes et du matériel vers l'Alaska, les îles du Pacifique et l'Extrême-Orient. Après la guerre, l'économie est favorisée par l'établissement d'une usine de pâte à papier dans l'île Watson.

Le port de Prince Rupert (1912) est désigné port national en 1972. Fairview, un terminal pour le transport de marchandises diverses et de produits forestiers, est aménagé en 1977. Vingt ans plus tard, en 1997, l’Administration portuaire de Prince Rupert est établie comme organe directeur du port. Au début des années 1980, un nouvel intérêt pour les gisements de charbon du nord-est de la Colombie-Britannique touche la ville. Les terminaux Ridley, une installation d’entreposage de charbon, ouvrent leurs portes sur l’île voisine de Ridley en 1984. En 2019, le terminal d’exportation de l’île Ridley commence à envoyer du propane en Asie.

Économie

La majorité des exportations qui transitent à Prince Rupert sont destinées aux pays de la côte du Pacifique. Bien que la ville souffre de la fermeture des mines de charbon du nord-est de la Colombie-Britannique dans les années 1990 et de celle de l'usine de pâtes à papier en 2001, le commerce avec la Chine et d'autres pays de l'Asie a repris. Prince Rupert est le plus important port de débarquement de poisson sur la côte Nord-Ouest ainsi que le terminus des réseaux de traversiers de la Colombie-Britannique et de l'Alaska. L'industrie touristique est en plein essor grâce à l'augmentation du nombre de navires de croisière et à l’échelle locale, grâce à la pêche sportive.

Vie culturelle

Le Kwinitsa Railway Station Museum (musée de la gare Kwinitsa), qui est situé dans l'une des dernières gares du Grand Trunk Pacific Railway (construite vers 1912), décrit l'histoire du développement de Prince Rupert. Le Museum of Northern British Columbia (musée d'histoire du Nord de la Colombie-Britannique), qu'abrite la longue maison du village de Chatham, gagnante d'un prix, et la visite de l'île Pike donnent un excellent aperçu de la culture et de l'histoire des Premières nations. Le Lester Centre of the Arts est la salle de spectacle de la ville. Le Prince Rupert Daily News a été publié pendant 100 ans de 1910 à 2010. Prince Rupert héberge deux établissements d'enseignement postsecondaire : le Coast Mountain College et l’Université de Northern British Columbia.


    Lecture supplémentaire

    • P. Bowman, Prince Rupert (1973); R.G. Large, Prince Rupert: Gateway to Alaska (1960).