Principe de Jordan

Le principe de Jordan est un principe de l’enfant d’abord qui garantit que les enfants des Premières Nations peuvent avoir accès aux mêmes services que les autres enfants du Canada. Le principe de Jordan doit son nom à Jordan River Anderson, un enfant cri décédé à l’âge de cinq ans, après avoir attendu d’être approuvé pour des soins à domicile depuis l’âge de deux ans, soins qui ne sont jamais arrivés en raison d’un différend financier entre le gouvernement fédéral et le gouvernement provincial. Le principe de Jordan a été mis en œuvre afin d’assurer qu’une telle tragédie ne se reproduise plus jamais.




Cet emblème représente le Principe de Jordan.


Définition

Le principe de Jordan est une initiative qui vise à permettre à tous les enfants des Premières Nations d’avoir accès aux mêmes services publics – notamment les soins de santé, les besoins d’éducation et sociaux – que les autres enfants au Canada, selon la recommandation d’un professionnel. Le principe de Jordan est voté unanimement à la Chambre des communes en décembre 2007.

Selon le gouvernement fédéral, de juillet 2016 à mars 2020, plus de 572 000 produits, services et soutiens ont été approuvés pour les enfants des Premières Nations, selon le principe de Jordan.

Jordan River Anderson

Le principe de Jordan est entré en vigueur après la tragique histoire de Jordan River Anderson, un garçon de la Nation crie de Norway House, au Manitoba. Né avec des besoins médicaux complexes, Jordan passe un peu plus de deux ans dans un hôpital de Winnipeg avant que les médecins l’autorisent à retourner dans sa réserve. Cependant, les deux instances de gouvernement (fédéral et provincial) ne veulent pas prendre la responsabilité de financer ses soins à domicile, ce qui force Jordan à passer deux autres années à Winnipeg. Il décède à l’hôpital en 2005, à l’âge de cinq ans.

Tribunal canadien des droits de la personne

Malgré tout, le Tribunal canadien des droits de la personne (TCDP) établit que le gouvernement canadien n’applique qu’une définition limitée du principe. En 2016, il ordonne au gouvernement de mettre en œuvre la pleine portée et le sens du principe de Jordan. Depuis 2016, le TCDP a rendu d’autres ordonnances de non-conformité contre le gouvernement fédéral. (Voir aussi Loi canadienne sur les droits de la personne.)

Le saviez-vous ? Le 10 mai de chaque année, la journée « Bear Witness Day » honore la mémoire de Jordan River Anderson. Le nom Bear Witness est inspiré d’un ours en peluche connu sous le nom de Spirit Bear, qui est devenu le symbole des enfants affectés par l’affaire du Tribunal canadien des droits de la personne en 2016.

Bear Witness Day. Le 10 mai, le Bear Witness Day, les enfants à travers le Canada sont invités à organiser des « fêtes d’ours en peluche » pour susciter la conversation au sujet du principe de Jordan.


Importance

Le cas de Jordan River Anderson démontre à quel point un accès adéquat aux services de soins de santé et aux services publics est une grave préoccupation dans les communautés autochtones. Le principe de Jordan vise à garantir que les enfants des Premières Nations reçoivent le soutien dont ils ont besoin (voir aussi Santé des autochtones et Conditions sociales des peuples autochtones au Canada).

Collection des peuples autochtones

Guide pédagogique perspectives autochtones