Projet de pipeline Northern Gateway

Le projet de pipeline Northern Gateway, d’une valeur de 7,9 milliards, est soumis par Enbridge en 2008. Il est d’abord destiné à transporter dubitumedilué (le «dilbit») sur environ 1 170km, de Bruderheim, en Alberta, à un terminal situé sur l’océan Pacifique, à Kitimat, en Colombie-Britannique. Selon Enbridge, ce projet devrait générer 1,2 milliard de dollars en impôts pour la Colombie-Britannique en plus de créer 560 emplois. La Cour d’appel fédérale a annulé l’approbation du pipeline en 2016. La même année, le gouvernement libéral du premier ministre Justin Trudeau a rejeté le projet.

Le projet de pipeline Northern Gateway, d’une valeur de 7,9 milliards, est soumis par Enbridge en 2008. Il est d’abord destiné à transporter dubitumedilué (le «dilbit») sur environ 1 170km, de Bruderheim, en Alberta, à un terminal situé sur l’océan Pacifique, à Kitimat, en Colombie-Britannique. Selon Enbridge, ce projet devrait générer 1,2 milliard de dollars en impôts pour la Colombie-Britannique en plus de créer 560 emplois. La Cour d’appel fédérale a annulé l’approbation du pipeline en 2016. La même année, le gouvernement libéral du premier ministre Justin Trudeau a rejeté le projet.


Pipeline Northern Gateway d'Enbridge (annulé)

Contexte

La société Enbridge, basée à Calgary, propose le projet Northern Gateway en 2008. Le projet aurait abouti au passage d’environ 220 pétroliers sur les eaux turbulentes entourant la forêt pluviale de Great Bear en route vers l’océan Pacifique. Ces pétroliers auraient livré quelque 525 000 barils de dilbit chaque jour jusqu’au terminal de Kitimat. Nombreux sont ceux qui croient que les déversements sont inévitables dans les eaux difficiles à naviguer du chenal marin de Douglas. Ces déversements sont une menace importante pour les habitats naturels des rorquals, des épaulards et des baleines à bosse.

L’Office national de l’énergie tient des consultations publiques sur le projet ; celles-ci durent 180 jours entre 2012 et 2013. La majorité de ceux qui viennent s’exprimer lors des consultations s’oppose au projet : on compte parmi ses détracteurs les Premières Nations, les groupes écologistes, l’Union des municipalités de la Colombie-Britannique et un syndicat ouvrier, Unifor. Kitimaat, la communauté mère de la nation Haisla vote contre le projet et, deux mois après, en juin 2014, le premier ministre Stephen Harper approuve le projet de pipeline.

Contestations judiciaires

Vers la fin de l’année 2015, la Cour d’appel fédérale examine les procédures judiciaires entamées contre le pipeline Northern Gateway par huit Premières Nations, une coalition de quatre groupes écologistes menés par Ecojustice et Unifor. La poursuite se fonde sur le fait que l’évaluation de l’impact du projet sur l’environnement est incomplète. Dans sa décision de 2016, la cour estime que le gouvernement Harper n’a pas consulté de manière adéquate les Premières Nations vivant le long du tracé du pipeline. Cette décision annule donc l’approbation du projet Northern Gateway par le gouvernement.

Plus tôt la même année, la Cour Suprême de Colombie-Britannique décrète que le gouvernement provincial a « déshonoré la Couronne en manquant à son devoir de consulter » les Gitga’at (voir Tsimshians) et les autres Premières Nations au sujet du Northern Gateway.

Manifestation contre le pipeline Northern Gateway

Rejet

En janvier 2016, et des mois après, le premier ministre Justin Trudeau confirme que le projet ne recevra pas l’approbation de son gouvernement.


Mots clés : Projet de pipeline Northern Gateway

Bitume

Mélange d’hydrocarbures noir et épais extrait de la terre ou formé pendant le processus de traitement du pétrole.

Bitume dilué (« dilbit »)

Bitume dilué avec des pétroles plus légers afin qu’il puisse couler dans les pipelines.

//