Musique à Rimouski

Rimouski. Ville située à 300 km à l'est de Québec, sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent dont le nom, qui provient de la langue des Micmacs, se traduit par réserve de l'orignal.

Rimouski

Rimouski. Ville située à 300 km à l'est de Québec, sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent dont le nom, qui provient de la langue des Micmacs, se traduit par réserve de l'orignal. À la fin du XVIIe siècle, quelques familles vinrent s'y installer et c'est en 1717 qu'arriva le premier prêtre résident, le Parisien Philippe-Pierre Sauvenier de Chopin. La première église de pierre fut construite en 1824. L'érection de la paroisse Saint-Germain de Rimouski date de 1829 et celle de la ville date de 1835. D'abord connue comme milieu industriel, Rimouski est aujourd'hui une métropole régionale qui comptait environ 35 000 âmes en 1991.

La vie musicale à Rimouski s'organisa d'abord dans les maisons d'enseignement. Au séminaire, fondé en 1864, on encouragea très tôt l'étude de la musique. La Société musicale de Sainte-Cécile instaura, en 1874, l'étude de la musique instrumentale; la Schola cantorum inaugura ses activités en 1911 et un petit orchestre fut formé en 1915 pour l'accompagner. Particulièrement associés à la vie musicale du séminaire figurent Mgr Alphonse Fortin (1899 - 1971), organiste, professeur et auteur de la Briève [sic] histoire de l'Alma Mater pour choeur et orchestre, texte du chanoine Fortunat Charron, les abbés Antoine Perreault pour la chorale et l'orchestre, Raoul Roy pour la chorale d'enfants, Charles Morin pour l'Harmonie Sainte-Cécile, Auguste Lavoie pour le piano et l'orgue, ainsi que Georges Beaulieu qui a coordonné toutes les activités artistiques pendant plusieurs années. La salle actuelle, ancien auditorium du séminaire, porte son nom depuis 1976.

Les Ursulines ont enseigné la musique depuis leur établissement à Rimouski (1906) jusqu'à ce que leur monastère devienne l'Université du Québec (1970). Les pionnières de l'enseignement musical ont été mère Marie-de-Jésus et mère Marie du Sacré-Coeur, dir. du dépt de musique de 1914 à 1938. Les diplômes furent sanctionnés tout d'abord par le Collège de musique Dominion, remplacé plus tard par l'AMQ, puis par l'École de musique de l'Université Laval en 1938. À la fin des années 1960, 125 élèves étudiaient le piano, le violon, l'orgue et la guitare.

Chez les Soeurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire, communauté fondée à Rimouski en 1875 par Élisabeth Turgeon de Beaumont, Québec, à la demande de Mgr Jean Langevin, l'enseignement de la musique commença vers 1935 sous la direction de soeur Victoire Perrault. L'affiliation à l'AMQ fut remplacée en 1960, pour l'orgue et le piano, par l'Extension de l'Université Laval; l'étude du violon se fait selon la méthode Létourneau. Soeur Pauline Charron y a formé de nombreux pianistes et organistes qui se sont distingués aux Concours de musique du Québec et du Canada, et qui ont ensuite poursuivi des études musicales avancées au Canada et à l'étranger.

Depuis les années 1920, plusieurs artistes se sont produits à l'auditorium du séminaire, dont Marcel et Yvonne Hubert, Clara Haskil, Edwin Bélanger, Omer Létourneau, Paul-Émile Corbeil, Arthur LeBlanc, Raoul Jobin et André Mathieu. La Société des concerts fut affiliée aux Community Concerts. Leonard Warren, célèbre baryton du Metropolitan Opera, y donna le premier concert. Entre les années 1941 et 1969, la Société a présenté 111 récitals sans compter ceux donnés par le séminaire, les JMC (depuis 1956) et l'Orchestre symphonique de Québec.

Rimouski est renommée pour la qualité de ses orgues. Le premier orgue de la cathédrale Saint-Germain fut construit en 1875 par Samuel Russell Warren et restauré par Ernest Desmarais en 1886. En 1921, la maison Casavant Frères livrait un nouvel orgue à la cathédrale comprenant 62 jeux répartis sur 4 claviers et un pédalier; l'orgue fut inauguré par un concert sacré donné par Joseph Bonnet. Restauré par la maison Guilbault-Thérien (1979), l'orgue actuel, convenant particulièrement à l'interprétation de la musique française, est placé dans le sanctuaire et possède 63 jeux incluant bombarde, trompette et clairon en chamade, aux claviers et à la pédale. Jean-Guy Proulx en devint le titulaire en 1969. Construit en 1969 par Casavant, l'orgue de l'église Saint-Pie X possède 21 jeux répartis sur 2 claviers et un pédalier. Les Amis de l'orgue de Rimouski (1971 -) avaient présenté, en 1991, 106 concerts sur les principaux orgues de la ville.

Le Cons. de Rimouski a ouvert ses portes en 1973. L'Université du Québec, pour sa part, possède un service d'archives où le folklore régional occupe une place de choix. La station radiophonique CJBR fut inaugurée en 1937; son dir. fut Paul-Émile Corbeil jusqu'en 1941. La ville est aussi l'hôte d'un festival d'été de jazz annuel.

Parmi les musiciens nés à Rimouski ou dans la région, mentionnons Geneviève Albert-Paradis, Josée April, Danny et Nancy Bélisle, Gaston Brisson, Josée et Martin Caron, Marc D'Anjou, Marcelle Deschênes, Danielle Dubé, Patricia, Carmen et Suzanne Fournier, André Laplante, Jean Lapointe, Stéphane Lemelin, Gilles Rioux, Joseph Rouleau, Chantal Roussel, Germain Saint-Pierre et Marie-Claude Sirois.


Lecture supplémentaire

  • Caron, Marie-Ange et al. Mosaïque rimouskoise : une histoire de Rimouski (Rimouski 1979)

    Revue d'histoire du Bas Saint-Laurent, vol 7 (May-Aug 1981)

    Beaulieu, Georges. Regards sur ma vie au séminaire de Rimouski 1938-1968 (Rimouski 1983)

    Langlois, Gabriel. Dossier sur la paroisse de Saint-Germain de Rimouski 1701-1987 (Rimouski 1988)