Rivière-du-Loup

Son développement doit beaucoup à son emplacement géographique qui en fait la porte d'entrée de la vallée et du portage de la Témiscouata. En 1783, l'administration britannique y construit une route militaire afin de faciliter les communications avec les autres colonies anglaises.

Rivi\u00e8re-du-Loup

Rivière-du-Loup

Rivière-du-Loup, ville du Qc; pop. 18 586 (recens. 2006), 17 772 (recens. 2001); const. en 1874 sous le nom de Fraserville. Rivière-du-Loup est située à 200 km à l'est de Québec, au bord du SAINT-LAURENT. Sise à l'embouchure de la rivière du même nom, elle occupe un territoire ayant déjà appartenu aux anciennes seigneuries de la rivière du Loup, de Verbois et du Parc, concédées en 1673 à Charles Aubert de La Chesnaye, le négociant le plus riche de la Nouvelle-France.

Son développement doit beaucoup à son emplacement géographique qui en fait la porte d'entrée de la vallée et du portage de la Témiscouata. En 1783, l'administration britannique y construit une route militaire afin de faciliter les communications avec les autres colonies anglaises. Rivière-du-Loup devient un centre ferroviaire important dans les quarante dernières années du XIXe siècle. La ville accueille le terminus de la GRAND TRUNK RAILWAY OF CANADA (1860) et sert de point de départ au CHEMIN DE FER INTERCOLONIAL (1870) et du chemin de fer Temiscouata (1887-1888).

Les industries forestière, de la pulpe et du bois d'oeuvre ainsi que le tourisme sont les principaux facteurs de son développement économique, surtout après la fermeture des ateliers de réparation des compagnies ferroviaires. La ville bénéficie toujours d'un lien fluvial saisonnier avec la rive nord.

Elle est devenue une ville de services, axée sur le commerce, l'enseignement et l'administration publique. Plusieurs centaines de personnes travaillent à son usine de papier.


Liens externes