Sainte-Catherine

C'est à Sainte-Catherine que s'établit d'abord la Mission des Jésuites auprès des Iroquois en 1676, avant de déménager plus tard à Caughnawaga (maintenant Kahnawake). Son nom est probablement choisi en l'honneur de Kateri (Catherine) TEKAKWITHA.

Sainte-Catherine

Sainte-Catherine

Sainte-Catherine, ville du Qc, pop. 16 211 (recens. 2006), 15 953 (recens. 2001), const. en 1973. Sainte-Catherine se trouve à quelque 25 km au sud de MONTRÉAL sur la rive Sud du fleuve Saint-Laurent, en face de plusieurs écluses de la VOIE MARITIME DU SAINT-LAURENT. Elle apparaît d'abord comme municipalité paroissiale en 1937 sous le nom allongé de Sainte-Catherine-d'Alexandrie-de-Laprairie, changé au moment de sa constitution.

C'est à Sainte-Catherine que s'établit d'abord la Mission des Jésuites auprès des Iroquois en 1676, avant de déménager plus tard à Caughnawaga (maintenant Kahnawake). Son nom est probablement choisi en l'honneur de Kateri (Catherine) TEKAKWITHA. Sa tombe vide est située en face de l'église catholique. Un sanctuaire, qui lui est dédié, se trouve à Kahnawake, à la Mission Saint-François Xavier à l'ouest de la ville.

Comme pour beaucoup d'autres municipalités de la banlieue de Montréal, le développement de Sainte-Catherine ne débute vraiment que dans les années 1950. Il est stimulé par l'ouverture des ponts Mercier (1934) et Champlain (1962) qui la relient à l'île de Montréal. Son parc industriel actuel, bien desservi par des aménagements routiers, ferroviaires et portuaires, abrite une gamme d'industries légères.

Sainte-Catherine est le point de départ d'un réseau élaboré de pistes cyclables. En bordure du Saint-Laurent, près des rapides de Lachine, le Récré-O-parc, un parc naturel comprenant une plage, offre une vue panoramique de l'île de Montréal.


Liens externes