Stampeders de Calgary

Les Stampeders de Calgary sont une équipe professionnelle de football jouant dans la division Ouest de la Ligue canadienne de football (LCF). Faisant partie des neuf équipes fondatrices de la LCF, elle a remporté la Coupe Grey à sept reprises. Elle a joué son premier match en 1945 et détient, avec 16 championnats, le record du nombre de titres de champion de la division Ouest de la LCF.

McMahon Stadium
Stade des Stampeders à Calgary (avec la permission des Stampeders de Calgary).
Faits saillants à propos des Stampeders de Calgary
Date de création : 1945
Stade : McMahon Stadium
Couleurs de l’équipe : noir, rouge et blanc
Victoires en Coupe Grey : 8

Histoire du football à Calgary

C’est à Montréal que l’on joue pour la première fois au rugby‑football au Canada dans les années 1860. Ultérieurement, dans les années 1880, ce sport s’implante à Calgary où il est pratiqué dans les casernements locaux de la Police à cheval du Nord‑Ouest en 1884 et en 1885 (voir aussi Rugby; Football). L’intérêt vis‑à‑vis du rugby‑football et le nombre de personnes qui s’y adonnent à Calgary augmentent parallèlement à l’expansion de la ville.

En 1909, les Tigers de Calgary intègrent l’Alberta Rugby Football Union (ARFU) et s’emparent du titre pour l’Ouest canadien en 1911. La Première Guerre mondiale interrompt le déroulement de la ligue entre 1916 et 1918, mais dès 1919, l’ARFU redémarre, les Canucks de Calgary terminant premiers de la saison régulière. En 1920, il existe encore deux équipes de Calgary jouant dans l’ARFU, les Canucks et les Tigers; toutefois, en 1921, le Calgary Rugby Club demeure la seule équipe calgarienne à participer à la ligue. En 1922, Calgary n’a pas d’équipe; cependant, dès 1923, le football senior revient dans la ville avec le 50e Bataillon, une équipe nommée d’après un bataillon militaire local qui en assure le financement et l’organisation. Le bataillon remporte le titre en 1924, mais échoue en finale de l’Ouest sur la marque de 11 à 9 face à Winnipeg pour disparaître peu de temps après.

Le football revient à Calgary en 1928 sous la bannière des Tigers de Calgary. En 1929, une passe du joueur de Calgary Gerry Seiberling à son partenaire Ralph Losie est considérée comme la première passe légale vers l’avant dans l’histoire du football canadien.

Les Altomahs de Calgary débutent quatre années de présence du football dans la ville en 1931 avant d’être dissous à l’issue de la saison 1934. En 1935, Calgary est représentée par une nouvelle équipe, les Bronks, qui intègre la Western Inter‑Provincial Football Union (WIFU) en 1936 pour terminer en tête de la saison régulière en 1937 et en 1938. Cependant, la Deuxième Guerre mondiale va mettre un coup d’arrêt à la présence du football senior à Calgary.

Les Stampeders de 1945 à 1949

Les Stampeders de Calgary sont créés en septembre 1945 par un groupe d’investisseurs, dont le joueur‑entraîneur Dean Griffing. En 1945, il n’y a pas de saison régulière; toutefois, sous la conduite de leur entraîneur, les Stampeders l’emportent face aux Roughriders de Regina dans une série de deux matchs, le premier sur la marque de 3 à 1 le 27 octobre et le deuxième sur la marque de 12 à 0 le 3 novembre, avant de s’incliner 9 à 5 contre les Blue Bombers de Winnipeg pour le titre de champion de la WIFU.

Sous la houlette du demi-offensif Paul Rowe, les Stampeders terminent premiers de la WIFU en 1946 et deuxièmes en 1947, pour finalement, les deux fois, perdre en finale face aux Blue Bombers de Winnipeg. La saison suivante, Les Lear remplace Dean Griffing en tant qu’entraîneur. Le nouvel entraîneur construit une équipe autour de joueurs américains, comme le quart‑arrière Keith Spaith et le receveur Woody Strode, ainsi que de Canadiens, tels que Norman Kwong, un joueur emblématique du club, Cedric Gyles, Rod Pantages et Norm Hill.

Les Stampeders terminent la saison régulière 1948 sans aucune défaite, devenant la seule équipe invaincue durant toute une saison dans l’histoire du football canadien. Ils concluent leur année en apothéose en remportant leur première Coupe Grey grâce à une victoire sur la marque de 12 à 7 face aux Rough Riders d’Ottawa. Des centaines de Calgariens s’entassent dans des trains pour Toronto afin de pouvoir assister à la première participation des Stampeders à la Coupe Grey. Les jours précédant le match tant attendu, la ville regorge de petits‑déjeuners aux crêpes, de chevaux et de cow‑boys. On raconte même qu’au moins un Calgarien est entré à cheval au Royal York Hotel au centre‑ville de Toronto (selon d’autres sources, cet incident aurait eu lieu l’année suivante à l’occasion des festivités de la Coupe Grey de 1949). On estime que ce sont les partisans des Stampeders de Calgary qui ont lancé, lors de cette semaine, le fameux festival annuel de la Coupe Grey qui précède le match décisif.

En 1949, les Stampeders recrutent Ezzrett « Sugarfoot » Anderson qui jouera au poste de demi inséré jusqu’à sa retraite sportive en 1955, mais qui continuera ultérieurement à occuper différentes fonctions pour le club jusque dans les années 1990. Le 22 octobre 1949, les Stamps perdent contre les Roughriders de la Saskatchewan, mettant brutalement fin à une série de 25 matchs victorieux. Cette année‑là, l’équipe réussit une nouvelle fois à atteindre la finale de la Coupe Grey, mais doit s’incliner face aux Alouettes de Montréal sur la marque de 28 à 15.

Les Stampeders de 1950 à 1959

Lors de la saison 1950, bien qu’ils aient réussi à conserver l’essentiel de l’équipe de 1949 et qu’ils aient obtenu la signature du garde Harry Langford, futur membre du Temple de la renommée du football canadien, et du demi-offensif vedette Royal Copeland, les Stampeders rencontrent de nombreuses difficultés et ne réussissent pas à se qualifier pour les matchs éliminatoires.

Avant le début de la saison 1951, l’équipe échange Norman Kwong aux Eskimos d’Edmonton où il mènera une carrière qui le conduira au Temple de la renommée du football canadien et à trois Coupes Grey supplémentaires. Les Stampeders vont, quant à eux, connaître une nouvelle saison très difficile, ne réussissant pas à se qualifier pour les matchs éliminatoires de 1951, avant de recruter Johnny BrightJohnny Bright pour la saison 1952.

En 1952, Calgary est éliminée en demi‑finale par les Eskimos d’Edmonton, un résultat qui conduit au renvoi de Les Lear et au recrutement de Bob Snyder comme entraîneur‑chef. En dépit de ce changement d’entraîneur, les Stampeders manquent une nouvelle fois, en 1953, les matchs éliminatoires avec une fiche de 3‑12‑ 1 en saison régulière. L’année suivante, avec une fiche de 8‑8, l’équipe connaît un nouvel échec sous la houlette de l’entraîneur Larry Siemering et manque la qualification pour les matchs éliminatoires, et ce, en dépit de l’exploit de Howard Waugh qui devient le premier joueur de la LCF à gagner plus de 1 000 verges par la course au cours d’une seule saison.

Jack Hennemeier prend la relève au poste d’entraîneur‑chef pour la saison 1955; toutefois, la réussite n’est pas au rendez‑vous et les Stamps terminent, cette année‑là, derniers de leur division avec une fiche de 4‑12, dépassés même par les Lions de la Colombie‑Britannique qui venaient pourtant d’intégrer la ligue l’année précédente. En 1956, l’équipe de Calgary échoue une nouvelle fois dans sa quête des matchs éliminatoires, ce qui entraîne le licenciement de Jack Hennemeier et l’embauche d’Otis Douglas comme entraîneur.

En 1957, les Stampeders terminent troisièmes de la saison régulière avant de perdre en demi‑finale de l’Ouest face aux Blue Bombers de Winnipeg. En octobre, Jim Finks est nommé directeur général et commence à jeter les bases de futures améliorations qui se matérialiseront dans les années 1960. Toutefois, avant que cette nouvelle stratégie ne porte ses fruits, la franchise de Calgary va une nouvelle fois souffrir en 1958 et en 1959, ne réussissant pas à se qualifier pour les matchs éliminatoires et terminant la décennie avec une fiche sur dix ans de 54‑100‑2.

Les Stampeders de 1960 à 1971

Le 15 août 1960, les Stampeders jouent pour la première fois dans le nouveau McMahon Stadium qui va dorénavant, et jusqu’à aujourd’hui, accueillir leurs matchs à domicile. En dépit d’un premier match en ouverture de saison qui se termine par une défaite, sur la marque de 38 à 23, face aux Blue Bombers de Winnipeg, Calgary prend le dessus 23 à 15, deux semaines plus tard, le 29 août, sur les Roughriders de la Saskatchewan.

Cette année‑là, les Stampeders se qualifient pour les matchs éliminatoires avant d’être éliminés par les Eskimos d’Edmonton en demi‑finale de l’Ouest. En cours d’année, Otis Douglas est renvoyé de son poste d’entraîneur pour être remplacé par Steve Owen. Toutefois, ce dernier ne conservera sa place que jusqu’à l’issue de la saison, Bobby Dobbs lui succédant alors.

En 1961, les Stampeders se qualifient à nouveau pour les matchs éliminatoires, avant de perdre en finale de la division Ouest; cependant, au‑delà des résultats, la grande nouvelle cette année‑là est l’arrivée de Wayne Harris, considéré comme l’un des plus grands secondeurs de l’histoire de la LCF. Grâce à lui, la franchise de Calgary réussit, en 1962, sa meilleure saison depuis 1949, terminant deuxième de la division Ouest avec une fiche de 9‑6‑1. Toutefois, elle n’ira pas plus loin, perdant cette finale de l’Ouest face aux Blue Bombers de Winnipeg.

Ce scénario se reproduit lors des saisons 1963 et 1964 au cours desquelles les Stampeders terminent à la deuxième place en saison régulière, pour perdre en matchs éliminatoires de la division Ouest. Il faut signaler qu’en 1964, le demi-offensif Lovell Coleman devient le premier joueur des Stampeders à remporter le trophée du joueur par excellence de la LCF. Après la promotion au poste de directeur général de son ancien assistant Rogers Lehew, Bobby Dobbs démissionne de son poste d’entraîneur à l’occasion de la fête d’après‑saison de 1964. Jerry Williams le remplace et les Stampeders terminent en tête de la saison régulière en 1965, avant d’échouer en finale de la division Ouest face aux Blue Bombers de Winnipeg.

En 1966, les blessures du demi-offensif vedette Lovell Coleman s’avèrent coûteuses pour la franchise de Calgary qui termine la saison à la quatrième place avec une fiche de 6‑9‑1. En dépit de cet échec, le recrutement du nouveau quart‑arrière Peter Liske constitue un succès puisqu’il totalise lors de cette saison des gains de 2 177 verges par la passe à destination de receveurs comme Herm Harrison et Gerry Shaw. Peter Liske améliore encore son rendement l’année suivante, décrochant, avec 40 passes de touché, un nouveau record de la ligue. En 1967, les Stampeders terminent en tête de la division Ouest et Jerry Williams est nommé meilleur entraîneur de la LCF; toutefois, son équipe perd la finale de division face aux Roughriders de la Saskatchewan.

Il s’agit là de la première de cinq finales de division consécutives entre les Stampeders et les Roughriders. L’année suivante, en 1968, les Stamps prennent le dessus sur les Riders dans la finale de l’Ouest et participent à leur première Coupe Grey depuis 1948, une finale qu’ils vont perdre sur la marque de 24 à 21 contre les Rough Riders d’Ottawa. Jim Duncan devient entraîneur‑chef pour la saison 1969; toutefois, les Stampeders s’inclinent à nouveau, lors de la finale de l’Ouest, face aux Roughriders de la Saskatchewan.

Les Stampeders de 1970 à 1979

Les Stampeders débutent la décennie 1970 en beauté, se qualifiant pour deux Coupes Grey consécutives. En 1970, la franchise de Calgary est toutefois dominée 23 à 10 par les Alouettes de Montréal à l’occasion d’une rencontre au cours de laquelle le quart‑arrière de Montréal, Sonny Wade, réalise une performance qui lui vaudra le titre de joueur par excellence de la Coupe Grey. Cependant, l’année suivante, en 1971, les Stampeders mettent la main sur la deuxième Coupe Grey de leur histoire.

Cette année‑là, John Forzani, formé localement, intègre l’équipe pour jouer avec son frère Joe. À Vancouver, dans un Empire Stadium trempé par la pluie, les Stampeders s’imposent face aux Argonauts de Toronto, conduits par Joe Theismann, et remportent la Coupe Grey sur la marque de 14 à 11, Wayne Harris décrochant le prix du joueur par excellence de la finale.

Tous ceux qui espèrent que ce départ canon dans les années 1970 marque le début d’une « dynastie » du football canadien vont toutefois être fortement déçus. À compter de 1972, année au cours de laquelle les Stampeders rendent une fiche de 6‑10 en saison régulière, l’équipe entame une longue période de recul qui durera près de deux décennies. En 1974, en dépit de l’excellente nouvelle que constitue l’émergence des frères Forzani — Joe, John et Tom — et de l’arrivée du demi-offensif Willie Burden qui permet d’animer le jeu au sol de l’équipe, les Stampeders ne terminent que cinquièmes de la saison régulière, ne réussissant pas à se qualifier pour les matchs éliminatoires, sous la houlette de l’entraîneur Jim Wood. Avant le début de la saison 1975, Bob Baker remplace ce dernier, mais, sous sa direction, Calgary manque à nouveau les matchs éliminatoires, et ce, malgré les performances de Willie Burden qui décroche un nouveau record de la LCF en matière de gains par la course avec 1 896 verges et remporte, cette année‑là, le prix du joueur par excellence de la ligue.

En 1976, l’équipe termine la saison avec la pire fiche de son histoire (2‑12‑ 2), incitant la direction à se séparer de Bob Baker qui est remplacé par Joe Tiller jusqu’à la fin de l’année. En 1977, Jack Gotta prend la relève, sans toutefois qu’une véritable amélioration s’ensuive, puisque les Stampeders rendent, à l’issue de la saison régulière, une fiche de 4‑12, manquant les matchs éliminatoires pour la sixième année consécutive. En 1978 et en 1979, toujours sous la houlette de Jack Gotta, Calgary réussit à se qualifier pour les matchs éliminatoires, sans toutefois atteindre la finale de la Coupe Grey.

Les Stampeders de 1980 à 1989

Les Stampeders débutent la décennie avec une fiche de 9‑7, mais sont toutefois éliminés, en 1980, en demi‑finale de la division Ouest avant, l’année suivante, de terminer à la dernière place de la saison régulière. Ils vont retrouver des couleurs en 1982; toutefois, cette année‑là, une nouvelle défaite en demi‑finale de division pousse le conseil d’administration à insister pour que Jack Gotta renonce à certaines de ses fonctions de directeur général et se concentre sur ses tâches d’entraîneur. Le club embauche Walter Prisco pour prendre en charge les fonctions administratives, notamment la comptabilité, le marketing et les relations publiques et, dans ce contexte, l’entraîneur ne reste en poste au sein de l’équipe qu’une seule année supplémentaire.

En 1984, le nouvel entraîneur, Steve Buratto, n’obtient pas de meilleurs résultats, puisque la franchise de Calgary termine à la dernière place de sa division. Après un début de saison catastrophique l’année suivante avec une fiche de 0‑5, la direction licencie son entraîneur. Les choses ne se passent pas réellement mieux sous l’autorité de son remplaçant, Bud Riley, qui quitte les Stampeders après les avoir conduits à une dernière place en saison régulière en 1985. À ce stade de son histoire, la franchise de Calgary n’attire en moyenne que 15 000 partisans pour les matchs à domicile au McMahon Stadium et fait face à un risque de faillite. Dans ce contexte difficile, la direction lance une campagne de la dernière chance, intitulée « Save Our Stamps », incluant des téléthons et des concours, qui permet de vendre plus de 22 000 abonnements saisonniers et d’assurer la sécurité financière de l’équipe pour au moins deux ans.

Avec Earl Lunsford en tant que directeur général et Bob Vespaziani au poste d’entraîneur‑chef, les Stampeders retrouvent le succès sur le terrain et décrochent une fiche de 11‑7 en 1986 à l’occasion de la première année de la LCF proposant un calendrier de 18 matchs. Le quart‑arrière Rick Johnson termine en tête du classement de la ligue au chapitre des passes de touché et décroche une sélection dans l’équipe virtuelle des joueurs étoiles canadiens. Toutefois, lors de la demi‑finale de l’Ouest, les Eskimos d’Edmonton éliminent les Stampeders. En 1987, le directeur général et l’entraîneur sont tous deux licenciés après des débuts poussifs; toutefois, l’équipe semble parfaitement s’adapter au style d’entraînement de Lary Kuharich qui vient juste d’être promu à ce poste, et elle engrange huit victoires au cours de ses dix derniers matchs, avant de perdre en demi‑finale de division face à Edmonton.

Cependant, bien que la franchise de Calgary ne soit pas en mesure de reproduire ces résultats l’année suivante, 1988 reste tout de même une année importante pour les Stampeders puisqu’elle voit Norman Kwong, joueur emblématique de la LCF, remplacer Jim Silye en tant que président de l’équipe, un changement qui va s’avérer décisif et remettre très rapidement le club sur le chemin du succès. L’année suivante, en 1989, après une défaite en demi‑finale de l’Ouest, Lary Kuharich abandonne ses fonctions d’entraîneur à Calgary et part pour Vancouver afin de prendre en charge les Lions, ouvrant la voie à la décennie la plus riche en succès dans l’histoire des Stampeders.

Les années Wally Buono : 1990‑2001

Avec le départ de Lary Kuharich, Norman Kwong choisit de promouvoir le coordonnateur défensif, Wally Buono, en tant qu’entraîneur‑chef, inaugurant une période de succès sur le terrain comme les partisans de football à Calgary n’en avaient jamais connue.

Lors de la saison 1990, les Stampeders entament l’ère Buono avec une formation comptant pas moins de 14 recrues. Ce manque d’expérience n’empêche pas l’équipe de terminer en tête de l’Ouest, tout en échouant lors de la finale de division. En 1991, les Stampeders bouclent la saison régulière avec une fiche de 11‑7 et remportent la finale de l’Ouest en battant les Eskimos sur la marque de 38 à 36. Cependant, ils cèdent en finale de la Coupe Grey face aux Argonauts de Toronto, conduits par Rahgib « Rocket » Ismail, sur la marque de 36 à 21.

Le 23 octobre 1991, l’homme d’affaires local Larry Ryckman acquiert la franchise de Calgary, mettant ainsi fin à la propriété collective de l’équipe. Quatre mois plus tard, il obtient la signature du quart‑arrière Doug Flutie dans le cadre d’un contrat de services personnels.

Lors de la saison 1992, ce dernier affole les compteurs au point d’être nommé joueur par excellence de la ligue, conduisant les Stampeders à la première place de leur division, avec à leur actif une fiche de 13‑5. Cette année‑là, lors de la finale de la Coupe Grey disputée contre les Blue Bombers de Winnipeg, Doug Flutie, Dave Sapunjis et Allen Pitts accumulent tous trois de brillantes statistiques pour offrir à Calgary sa première Coupe Grey depuis 1971, grâce à une victoire 24 à 10.

L’année suivante, les Stampeders terminent à nouveau en tête de la division Ouest, mais s’inclinent face à Edmonton en finale de division, laissant passer leur chance de jouer une finale de la Coupe Grey à domicile. En 1994, après avoir accumulé 698 points, soit le plus grand nombre de points en saison régulière dans l’histoire de la LCF, les Stampeders se retrouvent à nouveau en finale de l’Ouest face aux Lions de la Colombie‑Britannique; toutefois, ils vont perdre ce match sur la marque de 37 à 36, conduisant les observateurs à se demander pourquoi la meilleure équipe en saison régulière continue de perdre ses matchs décisifs.

En 1995, la franchise de Calgary termine une nouvelle fois en tête du classement de la saison régulière, rendant une fiche de 15‑3, et ce, en dépit de la blessure de Doug Flutie dont Jeff Garcia assurera le remplacement à mi-saison. Cependant, dans un scénario qui semble vouloir se répéter régulièrement, les Stampeders perdent la finale de la Coupe Grey cette année‑là face aux Stallions de Baltimore. Larry Ryckman étant revenu sur son contrat de services personnels, ce match sera le dernier disputé par Doug Flutie avec l’uniforme des Stampeders sur le dos; en effet, après cette défaite, il part dans l’Est et signe pour la saison suivante avec les Argonauts de Toronto. À l’issue de cette saison, l’équipe de Calgary est fortement endettée et son propriétaire la vend à Sig Gutsche. En février 1996, Stan Schwartz, futur membre du Temple de la renommée de la LCF, devient président du club.

Après le départ de Doug Flutie, les Stampeders ont un remplaçant tout trouvé au poste de quart‑arrière en la personne de Jeff Garcia qui, à l’issue de la saison régulière 1996, mène l’équipe à une nouvelle première place de la division Ouest avec une fiche de 13‑5. Toutefois, il se blesse au genou lors de la finale de l’Ouest, et Calgary perd ce match contre les Eskimos d’Edmonton sur la marque de 12 à 15.

En 1997, les Stampeders terminent à la deuxième place de leur division avant de s’avouer vaincus face aux Riders en demi‑finale de l’Ouest. Cependant, dans ce contexte maussade, les performances de Jeff Garcia, qui n’est battu que par Doug Flutie pour le prix du joueur par excellence de la ligue, constituent, cette année‑là, une véritable éclaircie pour la franchise de Calgary.

Pour la saison 1998, Dave Dickenson soutient Jeff Garcia à titre de quart-arrière de remplacement, tandis que Henry Burris devient le troisième choix de l’équipe. Globalement, Calgary aligne sept joueurs étoiles canadiens et quatre finalistes des prix attribués par la ligue. Les Stampeders décrochent cette année‑là une fiche de 12‑6, une performance suffisante pour prendre la tête de la division Ouest pour la septième fois de la décennie 1990. Lors de la finale de la Coupe Grey, ils prennent le dessus sur les Tiger‑Cats de Hamilton 26 à 24 grâce à un botté de placement marqué à la dernière seconde par Mark McLoughlin.

À l’issue de la saison 1998, Jeff Garcia quitte la franchise de Calgary pour les 49ers de San Francisco, laissant ainsi à Dave Dickenson le poste de quart‑arrière pour la saison suivante. En 1999, l’équipe rend une fiche de 12‑6 à l’issue de la saison régulière, ce qui lui vaut une deuxième place en division Ouest. Cependant, les Stampeders réussissent à se qualifier une nouvelle fois pour la finale de la Coupe Grey et y retrouvent leurs adversaires de l’année précédente, mais ce sont les Tiger‑Cats qui l’emportent cette fois, sur la marque de 32 à 21.

Les Stampeders de 2000 à 2009

À l’orée des années 2000, dans un contexte où les Stampeders ont terminé la décennie 1990 avec une fiche cumulée de 127‑52‑ 1 et ont atteint les matchs éliminatoires chaque année, les attentes vis‑à‑vis du club sont élevées.

En 2000, les Stampeders terminent à la première place de leur division en rendant une fiche de 12‑5‑1, et Dave Dickenson est désigné joueur par excellence de la LCF. Cependant, le club échoue face aux Lions en finale de l’Ouest. Pendant l’intersaison, Dave Dickenson quitte Calgary pour tenter sa chance en NFL aux Chargers de San Diego; Allen Pitts, qui mène, pour la franchise, le classement de tous les temps du nombre de touchés, est, quant, à lui libéré. Aujourd’hui, le receveur des Stamps détient toujours le record de la LCF du plus grand nombre de matchs (64) à plus de 100 verges gagnées sur des réceptions.

En 2001, avec Marcus Crandell comme quart‑arrière partant pour la majorité de la saison, les Stampeders, qui affichent un visage largement renouvelé, réussissent à se glisser en matchs éliminatoires, puis, lors de la finale du championnat de la LCF, ils s’imposent sur la marque de 27 à 19 face aux Blue Bombers de Winnipeg pour remporter la cinquième Coupe Grey de leur histoire. Alors que la victoire en Coupe Grey semblait de bon augure, le rachat de l’équipe par l’homme d’affaires californien Michael Feterik en cours de saison va déboucher sur trois années de turbulences.

En effet, après avoir acquis l’équipe auprès de Sig Gutsche en octobre 2001, le nouveau propriétaire insiste pour que son fils, le quart‑arrière Kevin Feterik, fasse partie de la formation. Les Stampeders terminent la saison régulière avec une fiche de 6‑12. À la mi‑saison, Fred Fateri, un homme controversé, est recruté comme chef des opérations et Wally Buono démissionne de son poste le 13 janvier 2003, pour être remplacé par Jim Barker comme entraîneur‑chef.

En 2003, les choses empirent, la franchise de Calgary terminant à la dernière place de la division Ouest avec une fiche de 5‑13. Fred Fateri quitte l’équipe en septembre, tandis que le botteur Mark McLoughlin prend sa retraite de joueur et remplace Stan Schwartz en tant que président de l’équipe, provoquant la colère des joueurs, des anciens joueurs et de la plupart des membres de la communauté des Stamps. Il ne reste toutefois en poste que 56 jours avant d’être remplacé par Ron Rooke. Ce dernier licencie, trois jours avant Noël, Jim Barker de son poste d’entraîneur et embauche Matt Dunigan en tant que directeur général et entraîneur‑chef; toutefois, ces changements ne vont pas s’avérer payants. Les Stampeders terminent la saison 2004 à la dernière place de la division avec, à leur actif, une fiche de 4‑14; la réputation de la franchise est alors désastreuse.

En janvier 2005, l’équipe change à nouveau de mains lorsque Michael Feterik la cède, pour un montant d’environ six millions de dollars, à un groupe dirigé par Ted Hellard, John Forzani et Doug Mitchell. Dans les jours qui suivent, Matt Dunigan et Ron Rooke sont congédiés. Jim Barker retrouve l’équipe pour occuper le poste de directeur général, tandis que Tom Higgins l’intègre au poste d’entraîneur‑chef et vice‑président des opérations football. Ted Hellard devient président de l’équipe, John Forzani président du conseil d’administration et Stan Schwartz vice‑président directeur.

Sur le terrain, les changements ne sont pas moins radicaux. L’ancien remplaçant Henry Burris retrouve l’équipe comme quart‑arrière titulaire. Les Stampeders rebondissent en terminant la saison régulière à la deuxième place de leur division avec une fiche de 11‑7, pour être finalement éliminés en demi‑finale de l’Ouest par les Eskimos d’Edmonton sur la marque de 33 à 26.

La saison 2006 voit l’émergence de l’un des duos de receveurs les plus dynamiques de la LCF : celui de Nik Lewis et de Jeremaine Copeland. À nouveau, Les Stampeders terminent deuxièmes de la division Ouest avant de perdre en demi‑finale.

En 2007, après ces deux échecs en demi‑finales, Tom Higgins est sous pression et une nouvelle défaite en demi‑finale de l’Ouest face aux Roughriders de la Saskatchewan sonne le glas de son mandat d’entraîneur‑chef à Calgary. John Hufnagel, autrefois coordonnateur offensif des équipes des Stampeders sous Wally Buono dans les années 1990 et nouvellement licencié de son poste auprès des Giants de New York en NFL, le remplace.

De fait, en 2008, l’équipe s’améliore rapidement, Joffrey Reynolds accumulant des statistiques impressionnantes au poste de demi offensif, tandis que Henry Burris décroche une sélection pour le prix du joueur par excellence. Après avoir terminé en tête de la division Ouest, les Stampeders mettent la main sur leur sixième Coupe Grey grâce à une victoire 22 à 14 sur les Alouettes de Montréal.

En 2009, les Stampeders alignent une équipe comptant pas moins de quatre joueurs étoiles, mais sont finalement battus par les Roughriders de la Saskatchewan dans la finale de l’Ouest.

Les Stampeders de 2010 à nos jours

Sous la supervision de John Hufnagel, les Stampeders terminent la saison régulière 2010 en tête de leur division, mais sont, encore une fois, victimes des Roughriders de la Saskatchewan dans la finale de l’Ouest, et ce, malgré les performances de Henry Burris qui reçoit, cette année‑là, le prix du joueur par excellence de la LCF. En 2011, c’est l’ancien quart‑arrière Dave Dickenson qui assume les fonctions de coordonnateur offensif, ce qui n’empêche pas l’équipe de Calgary d’être éliminée en demi‑finale de l’Ouest. L’année suivante, les Stamps prennent le meilleur sur les Roughriders de la Saskatchewan lors de la demi‑finale de division, puis l’emportent face aux Lions de la Colombie‑Britannique en finale, avant de s’incliner lors de l’ultime match, pour la centième Coupe Grey, face aux Argonauts de Toronto qui jouent à domicile.

En 2013, Calgary échoue contre les Roughriders en finale de l’Ouest, et ce, bien que le demi offensif Jon Cornish soit devenu, cette année‑là, le troisième Canadien à remporter le prix du joueur par excellence de la LCF et le quatrième joueur de football à gagner le trophée Lou‑Marsh attribué au meilleur athlète canadien de l’année. Il est, d’ailleurs, à ce jour, le seul, avec Russ Jackson, à avoir mis la main sur ces deux récompenses.

En 2014, avec Bo Levi Mitchell au poste de quart‑arrière partant, les Stampeders décrochent une fiche de 15‑3 en saison régulière, égalant le record de la franchise à ce chapitre. Ils mettent finalement la main sur leur septième Coupe Grey en venant à bout des Tiger‑Cats de Hamilton sur la marque de 20 à 16. Toutefois, la franchise de Calgary s’avère incapable de reproduire ce succès en 2015, s’inclinant face aux Eskimos d’Edmonton dans la finale de l’Ouest. À compter de la saison 2016, John Hufnagel se retire en tant qu’entraîneur‑chef, remplacé à ce poste par Dave Dickenson, pour se concentrer sur ses fonctions de président et directeur général du club.

Pour sa première saison le nouvel entraîneur‑chef décroche un record de la LCF pour une recrue à ce poste en amenant son équipe à une fiche de 15‑2‑1. Cette année‑là, les Stampeders dominent les prix de la LCF de l’après‑saison : Bo Levi Mitchell est désigné joueur par excellence de la ligue, Jerome Messam est sélectionné dans l’équipe des étoiles, Derek Dennis remporte le prix du joueur de ligne offensive par excellence, DaVaris Daniels est nommé recrue par excellence, et Dave Dickenson reçoit le trophée de l’entraîneur‑chef de l’année. Cependant, la saison va se terminer sur une note décevante, puisque c’est le Rouge et Noir d’Ottawa qui met la main sur la Coupe Grey 2016 en prenant le meilleur sur les Stampeders en prolongation.

Le 25 septembre 2016, l’équipe est frappée par une tragédie lorsque le demi défensif Mylan Hicks est assassiné par balles à l’extérieur d’une discothèque de Calgary. En 2017, les Stampeders finissent premiers en division Ouest avec une fiche record de 13-4-1, mais perdent 24 à 27 contre les Argonauts de Toronto en match de la Coupe Grey, à Ottawa. 

Les Stampeders terminent la saison 2018 en première place dans l’Ouest avec une fiche de 13-5. Ils battent également les Blue Bombers de Winnipeg avec un score de 22 à 14 pour obtenir leur troisième participation consécutive à la Coupe Grey. Ils vengent ensuite leur défaite de 2016 en s’imposant 27-16 contre le Rouge et Noir d’Ottawa, en partie grâce à Terry Williams, qui attrape un retour de botté de 97 verges et en fait un touché, un record dans l’histoire de la Coupe Grey. Le quart-arrière Levi Mitchell, qui a remporté son deuxième prix de la LCF du meilleur joueur de la saison régulière, est nommé joueur le plus utile de la Coupe Grey, tandis que le receveur des Stampeders, Lemar Durant, est nommé meilleur joueur canadien du match.

Résultats des Stampeders de Calgary en Coupe Grey


Année Vainqueur Vaincu Ville hôte
1948 Stampeders de Calgary – 12 Rough Riders d’Ottawa – 7 Toronto
1949 Alouettes de Montréal – 28 Stampeders de Calgary – 15 Toronto
1968 Rough Riders d’Ottawa – 24 Stampeders de Calgary – 21 Toronto
1970 Alouettes de Montréal – 23 Stampeders de Calgary – 10 Toronto
1971 Stampeders de Calgary – 14 Argonauts de Toronto – 11 Vancouver
1991 Argonauts de Toronto – 36 Stampeders de Calgary – 21 Winnipeg
1992 Stampeders de Calgary – 24 Blue Bombers de Winnipeg – 10 Toronto
1995 Stallions de Baltimore – 37 Stampeders de Calgary – 20 Regina
1998 Stampeders de Calgary – 26 Tiger‑Cats de Hamilton – 24 Winnipeg
1999 Tiger‑Cats de Hamilton – 32 Stampeders de Calgary – 21 Vancouver
2001 Stampeders de Calgary – 27 Blue Bombers de Winnipeg – 19 Montréal
2008 Stampeders de Calgary – 22 Alouettes de Montréal – 14 Montréal
2012 Argonauts de Toronto – 35 Stampeders de Calgary – 22 Toronto
2014 Stampeders de Calgary – 20 Tiger‑Cats de Hamilton – 16 Vancouver
2016 Rouge et Noir d’Ottawa – 39 Stampeders de Calgary – 33 Toronto
2017 Argonauts de Toronto – 27 Stampeders de Calgary – 24 Ottawa
2018 Stampeders de Calgary – 27 Rouge et Noir d'Ottawa – 16 Edmonton

Membres des Stampeders de Calgary intronisés au Temple de la renommée du football canadien


Nom Poste Année d’intronisation
A.G. (Tony) Anselmo Bâtisseur 2009
Danny Bass Secondeur 2000
Johnny Bright Centre arrière 1970
T.L. (Tom) Brook Bâtisseur 1975
Wally Buono Bâtisseur 2014
Willie Burden Demi offensif 2001
Jerry (Soupy) Campbell Secondeur 1996
Royal Copeland Demi offensif 1988
Eddie Davis Demi offensif 2015
Dave Dickenson Quart‑arrière 2015
Terry Evanshen Receveur 1984
Doug Flutie Quart‑arrière 2008
Gregory B. Fulton Bâtisseur 1995
Dean Griffing Centre 1965
Fritz Hanson Demi offensif 1963
Rodney Harding Plaqueur défensif 2016
Wayne Harris Secondeur 1976
Herm Harrison Demi inséré 1993
John Helton Plaqueur défensif 1986
Dick Huffman Joueur de ligne 1987
Alondra Johnson Secondeur 2009
Joe Kapp Quart‑arrière 1984
Jerry Keeling Demi défensif 1989
Normie Kwong Demi offensif 1969
Les Lear Joueur de ligne offensive 1974
Earl Lunsford Centre arrière 1983
Don Luzzi Joueur de ligne 1986
Danny McManus Quart‑arrière 2011
Ray Nettles Secondeur 2005
Bob O’Billovich Bâtisseur 2015
Tony Pajaczkowski Garde offensif 1988
Rudolph Phillips Joueur de ligne 2009
Allen Pitts Receveur 2006
Larry Robinson Maraudeur 1998
Rocco Romano Joueur de ligne 2007
Paul Rowe Centre arrière 1964
Tom Scott Demi inséré 1998
Terry Vaughn Receveur 2011
James West Secondeur 2016

En savoir plus // Les Stampeders de Calgary

En savoir plus