Theatre Calgary

La première pièce présentée au théâtre, situé au rez-de-chaussée, A Taste of Honey (novembre 1964), connaît un grand succès. Il s'ensuit quatre saisons fructueuses pendant lesquelles la compagnie présente des pièces contemporaines.

EPCOR CENTRE for the Performing Arts
Le EPCOR CENTRE for the Performing Arts présente du thé\u00e2tre, de la musique symphonique, de l'opéra ainsi que d'autres événements (photo de John Dean/Take Stock Inc).

Theatre Calgary

 La première compagnie théâtrale professionnelle de Calgary a des origines populaires. En 1963, Don Boyes, Eddie Wong et Harry Pinchin inaugurent le Musicians and Actors Club (le MAC Club) dans le sous-sol d'un ancien cinéma désaffecté du centre-ville, l'Isis. Ils ont pour objectif de fournir aux musiciens, chanteurs, gens de théâtre et autres artistes de Calgary, un endroit où se rencontrer et échanger des idées. Le succès qu'ils rencontrent les encourage à étendre leur mandat aux productions théâtrales.

La première pièce présentée au théâtre, situé au rez-de-chaussée, A Taste of Honey (novembre 1964), connaît un grand succès. Il s'ensuit quatre saisons fructueuses pendant lesquelles la compagnie présente des pièces contemporaines. Le MAC devient le MAC 14 lorsqu'il fusionne avec Workshop 14, célèbre compagnie amateur fondée par Betty MITCHELL. En 1967, Kenneth Dyba, qui a mis en scène au cours des deux saisons précédentes plusieurs pièces ayant reçu un accueil favorable, est nommé directeur artistique le temps d'une saison de transition pour que le MAC 14 devienne une compagnie semi-professionnelle. La troupe quitte l'Isis et s'installe dans une salle plus moderne de 500 places, le Betty Mitchell Theatre, situé dans le Union Tractor Building rénové et rebaptisé Allied Arts Centre.

En 1968, Christopher NEWTON, un jeune acteur de Stratford, en Ontario, ayant peu d'expérience de la mise en scène devient le directeur artistique de la compagnie. Avec Fred Scot, président du MAC 14 Theatre Society, il rebaptise la compagnie Theatre Calgary (TC). Le Theatre Calgary se joint à un réseau de théâtres régionaux en plein essor, mis au point par le MANITOBA THEATRE CENTRE et subventionné par le CONSEIL DES ARTS DU CANADA, dont la mission consiste à offrir aux villes canadiennes des saisons de théâtre professionnel variées.

Le Theatre Calgary encourage souvent les auteurs dramatiques. Newton écrit You Two Stay Here, The Rest Come With Me (musique d'Allen Laing). La production de Back to Beulah, d'Harold Balbridge, marque le début de la collaboration de W.O. MITCHELL avec le TC. Cette collaboration se poursuit sous la direction de Rick McNair avec les premières de The Black Bonspiel of Wullie MacCrimmon et The Kite. Le TC présente aussi les premières de Whiskey Six Rebellion, de Sharon POLLOCK, et de Farther West, de John Murrell.

En 1970, Don Shipley fonde Caravan, une troupe itinérante pour le jeune public, qui prospère sous la direction de David Lander (1971-1975). En 1977, Caravan devient la Stage-Coach Players sous la direction de Rick McNair, lequel écrit de nombreuses pièces pour la compagnie. Napi, the First Man remporte un succès international pendant une tournée au Pays de Galles.

La direction du Theatre Calgary change fréquemment. Clark Rogers et Sharon Pollock ne restent en poste que quelque mois et ne finissent pas la saison. Joel Miller et James Brewer sont directeurs artistiques intérimaires pendant quelque temps. Joseph Shaw tombe malade et démissionne avant d'exercer réellement ses fonctions. Les principaux administrateurs sont Newton (1968-1971), Baldridge (1972-1978), McNair (1978-1984), Martin Kinch (1985-1991) et Brian Rintoul (1991-1996). Les efforts des trois premiers directeurs visant à encourager les nouvelles pièces et le théâtre pour le jeune public sont en grande partie abandonnés en 1985, quand la compagnie déménage au Max Bell Theatre, une salle de 750 places située dans le Calgary Centre for the Performing Arts (maintenant EPCOR Centre for the Performing Arts) et dont la grande scène et l'emplacement diffus des sièges sont propices à la production de classiques, de pièces d'époque et de comédies musicales. La production annuelle de A Christmas Carol est l'une des pièces les plus populaires auprès du public.

Le soutien du public, les campagnes de financement et les subventions ne suivent pas toujours le rythme des dépenses du théâtre. En 1996, le Theatre Calgary est fortement endetté, mais une campagne publique permet de recueillir un million de dollars et de le remettre à flot. Le conseil d'administration embauche en 1997 un jeune homme relativement peu expérimenté, Ian PRINSLOO, en tant que directeur artistique. Il a travaillé avec Newton au SHAW FESTIVAL. Après une période de crise fiscale et artistique, le Theatre Calgary, pendant huit ans sous la direction de Ian Prinsloo, renaît et prospère. Prinsloo consacre à nouveau les activités du Theatre Calgary aux drames classiques, y inclut de nouvelles productions de classiques canadiens et augmente de façon significative le nombre de directeurs, de décorateurs, de dramaturges et d'acteurs locaux participant aux productions.

De 1997 à 2005, le nombre d'abonnés du Theatre Calgary passe de 3600 à 8600 et le déficit de 1,2 million de dollars de 1996 se transforme en fonds d'affectation spéciale de 2,4 millions de dollars, grâce à sept années de bénéfices. Lorsque Prinsloo s'en va en 2005, il laisse à son successeur, Dennis Garnhum, un théâtre financièrement et artistiquement bien assis.

Dennis Garnhum, un Ontarien qui a fait de la mise en scène au Shaw et au STRATFORD FESTIVAL, déclare qu'il a bien l'intention de poursuivre et d'enrichir le travail de son prédécesseur au cours de son mandat de cinq ans.


Liens externes