Vancouver Playhouse Theatre Company

Le Vancouver Playhouse adopte la même formule que les théâtres régionaux canadiens : une saison allant de septembre à mai et un répertoire d'environ six pièces, constitué essentiellement de succès récents joués à Londres et à Broadway et de quelques pièces classiques.


Vancouver Playhouse Theatre Company

  En octobre 1963, la Playhouse Company inaugure, avec The Hostage de Brendan Behan, le Vancouver Playhouse Theatre (une salle de 647 places, rue Hamilton). Les premières années de la compagnie sont difficiles. Elle ne bénéficie pas de l'appui de la ville de Vancouver et le bâtiment qui l'abrite n'a pas été conçu pour le théâtre, de telle sorte que les bureaux et les salles d'ateliers ne communiquent pas avec la scène principale.

Le Vancouver Playhouse adopte la même formule que les théâtres régionaux canadiens : une saison allant de septembre à mai et un répertoire d'environ six pièces, constitué essentiellement de succès récents joués à Londres et à Broadway et de quelques pièces classiques. Depuis 1966, au moins une pièce canadienne est présentée chaque saison. On favorise surtout la vente d'abonnements. La compagnie utilise cette pratique pour planifier leurs saisons.

Michael Johnston est le premier directeur artistique du Playhouse. Après lui se succéderont à ce poste Malcolm Black (1964-1967), Joy Coghill (1967-1969), David GARDNER (1969-1971), Paxton WHITEHEAD (1971-1973), Christopher NEWTON (1973-1979), Roger Hodgman (1979-1982), Walter LEARNING (1982-1987), Guy Sprung (1987-1988), Larry Lillo (1988-1993), Susan Cox (1993-1997), Glynis Leyshon (1997-2008), puis Max Reime, nommé en 2008.

À plusieurs reprises, le Playhouse organise une deuxième saison. Il s'agit de pièces expérimentales jouées dans une salle plus petite. Ce programme est généralement de courte durée. Depuis 1964, le Vancouver Playhouse fait face à la concurrence du ARTS CLUB THEATRE, qui commence à présenter des pièces à longueur d'année lorsqu'il acquiert un deuxième théâtre dans les années 1980.

Durant les années 1960, le Playhouse présente des œuvres canadiennes, notamment des comédies d'Eric NICOL. À l'automne 1967, la première de The Ecstasy of Rita Joe, une pièce de George RYGA, est un grand moment pour la troupe. La première d'une autre œuvre canadienne, The Komagata Maru Incident (1975), de Sharon POLLOCK, présentée sur la deuxième scène, connaît aussi beaucoup de succès. Par la suite, le Vancouver Playhouse présente des premières de pièces d'auteurs locaux, comme Aaron Bushkowsky, Tom Cone, Joan MACLEOD et Guillermo VERDECCHIA.

Pendant six ans, sous la direction de Newton, assisté du scénographe Cameron PORTEOUS, le Vancouver Playhouse présente de remarquables productions. Newton s'entoure de metteurs en scène étrangers et crée un style théâtral quelque peu décadent dans des œuvres comme Camille, Le comte de Monte Cristo et Leonce and Lena, mises en scène par Liviu Cielei. Learning devient directeur artistique en 1982 et présente un répertoire de douze pièces, mais sans grand succès. Le Vancouver Playhouse, la plus importante compagnie de théâtre professionnel de la Colombie-Britannique, complète sa saison de six représentations par un programme d'élaboration d'une nouvelle pièce de théâtre et un programme de participation communautaire et d'enseignement. Leyshon, le premier directeur originaire de Vancouver, offre un répertoire des plus varié et remporte un succès bien mérité avec The Overcoat, une œuvre non verbale d'expression corporelle sur musique pour 23 acteurs, créée par Morris PANYCH.

Malgré un renflouement de la ville en 2011, la dette du théâtre Playhouse était de 1 million $ et les pertes annuelles s'élèvant à 500 000 $ étaient à prévoir. Néanmoins, la fermeture soudaine à un jour d'avis en mars 2012 en a surpris plus d'un. L'espoir d'une réouverture un jour, reste vague.

Voir aussiTHÉÂTRE DE LANGUE ANGLAISE.